altamusica
 
       aide













 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




L'ACTUALITE DE LA DANSE 30 mai 2020

Roméo et Juliette de Thierry Malandain au festival Estate Teatrale Veronese.

Les amants in loco
© Matthias Creutziger

Tout le monde à Vérone, à Biarritz ou ailleurs connaît l’histoire des amants Roméo et Juliette. Aussi Thierry Malandain en a-t-il adapté librement la légende. Il a utilisé la musique de Berlioz, sans suivre strictement le plan de sa Symphonie dramatique. Une superbe réussite et très certainement le meilleur de Malandain.
 

Teatro Romano, Verona
Le 28/08/2010
Olivier BRUNEL
 



Les 3 dernières critiques de danse

  • Le ravissement de Raymonda

  • LamĂ©, le corps

  • Solde de tout conte

    [ Tout sur la danse ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Pour illustrer l’histoire des amants de VĂ©rone, les chorĂ©graphes choisissent plus volontiers la partition de Prokofiev que celle de Berlioz, comme les théâtres lyriques prĂ©fèrent gĂ©nĂ©ralement la version de Gounod Ă  celle de Bellini. ComposĂ©e en 1839 par le jeune Berlioz, amoureux Ă©perdu du théâtre shakespearien, c’est l’œuvre d’un visionnaire qui regarde avec une forme neuve vers un avenir qui s’appellera les Troyens.

    Maurice Béjart en 1966 en a laissé une grande chorégraphie et plus récemment le Ballet de l’Opéra de Paris a fait entrer à son répertoire celle qu’a réalisée, en suivant scrupuleusement la partition de Berlioz, la Berlinoise Sasha Waltz. Thierry Malandain a préféré son propre montage de la partition, ne gardant d’une heure-dix de musique, commençant par le récit final du Frère Laurent et conservant l’essentiel des pages symphoniques de cette œuvre patchwork et splendide qui ne fut pas composée pour être dansée.

    L’enregistrement retenu est celui de John Elliot Gardiner dans lequel Gilles Cachemaille chante le rôle de Frère Laurent. Le minimalisme du décor, de superbes malles de voyage en acier poli et une toile de fond blanche et l’étrangeté des costumes, robes de mariées de récupération et costumes noirs portés sans chemise pour les hommes et beaucoup de scènes dansées dans la quasi nudité, tranche avec le romantisme du propos et de la musique et permet à la fois beaucoup d’effets théâtraux et de se concentrer sur l’essentiel : le drame de l’amour contrarié.

    Malandain a privilégié l’émotion qui se dégage de cette histoire, l’action proprement dramatique résumée dans la musique de Berlioz par le scherzo central n’étant pas négligée avec une superbe danse de la reine Mab, fée des songes, un solo d’une virtuosité épatante dansé par l’interprète de Mercutio Arnaud Mahouy avant un combat avec Tybalt (Daniel Vizcayo) promptement mené.

    Si Silvia Magalhaes et Giuseppe Chiavaro sont admirables dans la scène d’amour qui suit la fête, ils se démultiplient en nombreux Roméos et Juliettes dans les scènes du jardin et du tombeau créant avec un jeu de reflet sur l’acier des malles un effet dramatique formidablement efficace.

    Très riche en idées chorégraphiques et utilisant un vocabulaire privilégiant toujours l’expression et l’émotion, ce spectacle présenté en avant-première au petit Théâtre Romain (excellente alternative à la très commerciale saison d’opéra des Arènes) dans le cadre du festival d’été véronais Estate Teatrale Veronese, certainement l’un des meilleurs que l’on ait pu voir de Thierry Malandain avec une compagnie de vingt danseurs récemment renouvelée en partie dans une forme éblouissante.

    Il ne faudra pas manquer sa première représentation française le 11 septembre au festival biarrot le Temps d’aimer ou son passage dans de nombreuses villes françaises et étrangères au cours de cette nouvelle saison.




    Prochaines représentations :
    Biarritz (le Temps d’aimer) le 11 septembre, Villefontaine les 11 et 12 octobre, Luxembourg les 15 et 16 octobre, Nevers le 1er décembre, Courbevoie le 11 décembre, Vendôme le 14 décembre, et Arcachon le 17 décembre.




    Teatro Romano, Verona
    Le 28/08/2010
    Olivier BRUNEL

    Roméo et Juliette de Thierry Malandain au festival Estate Teatrale Veronese.
    Roméo et Juliette
    chorégraphie : Thierry Malandain
    musique : Hector Berlioz
    décors et costumes : Jorge Gallardo
    éclairages : Jean Claude Asquié

    Par le Malandain Ballet Biarritz

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com