altamusica
 
       aide













 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




L'ACTUALITE DE LA DANSE 30 mai 2020

Reprise de Roméo et Juliette de Rudolf Noureev au Ballet de l’Opéra national de Paris.

Roméo & Juliette (1) :
Tous amoureux de Juliette

© Julien Benhamou

Très bien remonté, le Roméo et Juliette de Rusolf Noureev sur la musique de Prokofiev est aussi imposant par sa taille que par sa décoration ou la complexité de sa chorégraphie a vu triompher l’Étoile Laetitia Pujol en Juliette idéale au sein d’une distribution ne comptant pas moins de quatre autres Étoiles.
 

Opéra Bastille, Paris
Le 11/04/2011
GĂ©rard MANNONI
 



Les 3 dernières critiques de danse

  • Le ravissement de Raymonda

  • LamĂ©, le corps

  • Solde de tout conte

    [ Tout sur la danse ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • En dehors des grands classiques qu’il a remontĂ©s Ă  partir des diffĂ©rentes versions qu’il a eu l’occasion de danser de par le monde, ce RomĂ©o et Juliette est le seul ballet conçu par lui vraiment rĂ©ussi que signa Rudolf Noureev. Quelques longueurs et quelques complaisances de ci de lĂ  ne gâchent pas la force avec laquelle le drame shakespearien est racontĂ©, ni la puissance des structures gĂ©nĂ©rales, ni l’efficacitĂ© d’une chorĂ©graphie particulièrement riche mais lourde Ă  assumer pour les deux rĂ´les principaux.

    Le tout se déroule en outre dans les somptueux décors d’Ezio Frigerio et les costumes qu’il dessina avec Mauro Pagano, Vérone de légende, où les ors rivalisent avec de délicates couleurs à la Botticelli, très bien éclairés par Vincio Cheli. Et, comme on le sait, la partition de Prokofiev est elle aussi d’une force expressive magistrale, servie ici au plus haut niveau par l’Orchestre de l’Opéra dirigé par Vello Pähn.

    Mais il faut des interprètes eux aussi d’une présence et d’un talent exceptionnels pour exister dans un contexte pareil, dans des rôles illustrés dans un passé pas si lointain par des individualités aussi fortes que Manuel Legris, Laurent Hilaire, Monique Loudières ou Elisabeth Maurin. Laetitia Pujol a certainement trouvé avec Juliette un rôle qui marquera sa carrière et qu’elle marquera de sa personnalité.

    Il y a là l’une de ces rencontres qui font rêver et qui créent les légendes. Totalement investie dans son personnage dont elle traduit autant par l’éclat d’une danse parfaite que par le jeu théâtral tous les aspects d’une évolution psychologique permanente, femme-enfant puis femme passionnée, innocence, passion, rage, désespoir, angoisse, hésitations, le visage expressif comme celui d’une tragédienne, bouleversante d’énergie intérieure, elle ne laisse pas indifférent une seule seconde.

    C’est vraiment le type d’incarnation que peut faire une artiste en plein possession de ses moyens, dans un rôle convenant aussi bien à ses qualités physiques qu’à sa sensibilité.

    Avec une qualité de danse irréprochable de style, d’élégance, de facilité, un physique on ne peut plus idéal, une technique parfaite illustration de la meilleure école française, Mathieu Ganio campe un beau Roméo dont la passion s’exprime essentiellement par la pureté et la rigueur du geste. Le visage devra gagner en expression, la présence en engagement dramatique pour affronter à armes égales une partenaire aussi fulgurante.

    Pour entourer ce couple vedette, les autres Étoiles ont elles aussi donné un relief saisissant à ces personnages dont aucun n’est vraiment secondaire. Stéphane Bullion est un Tybalt aussi séduisant face à sa cousine Juliette et à la très belle Lady Capulet de luxe campée par Delphine Moussin que terrifiant de volonté maléfique dans sa poursuite de Roméo.

    Mathias Heymann nous livre un Mercutio étincelant de joie de vivre et de spontanéité juvénile. Et quelle technique affinée dans les moindres détails ! Belle présence aussi de Christophe Dusquesne en Benvolio, de Julien Meyzindi en Pâris, de Ghyslaine Reichert en nourrice dévergondée, de Myriam Ould-Braham dans le discret mais subtile rôle de Rosaline. Et le Corps de ballet s’acquitte avec beaucoup de foi et de talent de la lourde tâche fort variée qui lui incombe.

    D’autres distributions bien intéressantes vont suivre, permettant notamment aux plus récents premiers danseurs nommés d’affronter l’un des rôles majeurs du répertoire.




    Opéra Bastille, Paris
    Le 11/04/2011
    GĂ©rard MANNONI

    Reprise de Roméo et Juliette de Rudolf Noureev au Ballet de l’Opéra national de Paris.
    Roméo et Juliette
    chorégraphie : Rudolf Noureev, réglée par Patricia Ruanne et Frederick Jahn
    musique : Serge Prokofiev
    décors : Ezio Frigerio
    costumes : Ezio Frigerio & Mauro Pagano
    Ă©clairages : Vinicio Cheli

    Orchestre de l’Opéra national de Paris
    direction : Vello Pähn

    Avec les Étoiles, les Premiers Danseurs et le Corps de ballet de l’Opéra national de Paris

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com