altamusica
 
       aide













 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




L'ACTUALITE DE LA DANSE 09 décembre 2019

Artifact de William Forsythe au Théâtre national de Chaillot, Paris.

Bienvenue Ă  ce que vous croyez voir !

Pendant un mois, William Forsythe est de nouveau en vedette à Paris, son deuxième port d’attache, avec dans le cadre du Festival d’Automne la reprise à Chaillot de deux pièces majeures de son répertoire des années 1980 créées pour le Ballet de Francfort, suivie de la création française d’une nouvelle chorégraphie, Sider.
 

Théâtre national de Chaillot, Paris
Le 24/11/2011
Olivier BRUNEL
 



Les 3 dernières critiques de danse

  • LamĂ©, le corps

  • Solde de tout conte

  • Mats Ek, le retour ?

    [ Tout sur la danse ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Artifact, grande pièce en quatre parties, frappe d’emblĂ©e par son actualitĂ© remarquable pour ses presque trente ans, toujours scintillante et arborant avec Ă©lĂ©gance tous les Ă©lĂ©ments du meilleur Forsythe.

    Repris par Kathryn Bennetts, une ancienne du Frankfurt Ballett et collaboratrice de Forsythe depuis 1976, Artifice peut prétendre au statut de classique du ballet comme les grandes pièces de Tchaïkovsky et Petipa, Neumeier ou Kylián. Il trouve en le Ballet Royal de Flandre un interprète idéal ayant les grandes qualités et les bases classiques indispensables ainsi que l’impeccable discipline qu’avait son créateur le Frankfurt Ballett.

    L’ombre du 11 septembre n’a pas encore passé sur cette pièce qu’on ne peut cependant pas taxer d’optimisme. Mais on est loin de la noirceur des pièces politiques plus tardives telles Three Atmospheric Studies et Yes we can’t. C’était, pour l’époque, tout un art d’écrire avec un vocabulaire classique des chorégraphies d’avant-garde, véritables défis à la vitesse et à l’équilibre dans lesquelles l’influence balanchinienne était encore palpable et où à chaque seconde on avait l’impression que la danse jaillit spontanément du néant.

    Véritable bijou de construction globale autant que de génie dans ses mille facettes, Artifact cultive le paradoxe avec quatre parties bien tranchées et organisées autour du joyau central qu’est la magistrale illustration de la pièce la plus complexe et planante de Bach, la Chaconne en ré mineur de la Deuxième Partita BWV 1004 dans l’interprétation noble et lumineuse de Nathan Milstein.

    Comme pour en rompre la très longue continuité, le rideau tombe et se relève à plusieurs reprises au cours des différentes étapes de cette Chaconne, véritables défis à l’équilibre et à la concentration d’énergie pour les solistes avec ses nombreuses variations dansées parfois à l’unisson par plusieurs groupes.

    C’est aussi la brillantissime démonstration de ce que peut être l’utilisation statique de danseurs du rang, véritable leçon de géométrie dans l’espace avec la complicité d’une maîtrise virtuose des éclairages pour mettre en valeur les solistes. Et quels solistes !

    Au premier rang desquels la magnifique Aki Saiko, véritable liane d’une souplesse et d’une grâce infinies et Altea Nuñez, Yevgeniy Kolesnyk, Wim Vanlessen, tous admirables. Moins structurées, les trois autres parties ont pour substrat musical des compositions d’Eva Crossman-Hecht, jouées par la pianiste Margot Kazimirska, belle musique jazzy avec des récurrences du thème de la Chaconne et un habile collage musical de William Forsythe. Deux personnages se promènent et interviennent tout au long de la pièce, véritables mouches du coche de l’action et éléments ironiques et de distanciation.

    Un homme aux faux airs de Woody Allen profĂ©rant dans un mĂ©gaphone des paroles obsessionnelles et une femme en costume XVIIIe siècle et perruque cendrĂ©e (formidable Kate Strong) en proie Ă  une agitation intense et prĂ´nant l’absurditĂ© du monde notamment dans la fameuse et vertigineuse tirade Ă  l’ironie Ă  la Lewis Carroll « Bienvenue Ă  ce que vous croyez voir ! Â» maĂ®tre-mot du spectacle devenu devise du maĂ®tre Forsythe.




    Théâtre national de Chaillot, Paris
    Le 24/11/2011
    Olivier BRUNEL

    Artifact de William Forsythe au Théâtre national de Chaillot, Paris.
    Artifact (1984)
    chorégraphie, scénographie, éclairages et costumes : William Forsythe
    mise en scène : Kathlyn Bennets, Glenn Tuggle, Stefanie Arndt
    musique: Eva Crossman-Hecht, Bach, Forsythe
    Margot Kazimirska, piano
    Les danseurs du Ballet Royal de Flandre

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com