altamusica
 
       aide













 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




L'ACTUALITE DE LA DANSE 04 juin 2020

Impressing the Czar de William Forsythe au Théâtre national de Chaillot, Paris.

Forsythe en majesté
© Johann Persson

Une dizaine de jours après Artifact, William Forsythe continue d’éblouir dans le cadre du Festival d’Automne au Palais de Chaillot, cette fois pour sa pièce la plus emblématique des années 1980 : Impressing the Czar. Deux heures de danse et des idées à chaque seconde qui ont fait la réputation internationale du chorégraphe américain.
 

Théâtre national de Chaillot, Paris
Le 06/12/2011
Olivier BRUNEL
 



Les 3 dernières critiques de danse

  • Le ravissement de Raymonda

  • Lamé, le corps

  • Solde de tout conte

    [ Tout sur la danse ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Après le formidable Artifact, voici le non moins considérable Impressing the Czar (1988) qui a été pendant toutes les années où William Forsythe était à la tête du Frankfurt Ballett, la pièce la plus emblématique de l’époque et probablement celle qui a le plus largement contribué à la réputation internationale du chorégraphe américain ; principalement grâce à son volet In the Middle, Somewhat Elevated.

    Avec ses trente-quatre danseurs et ses cinq parties, ce sont plus de deux heures de chorégraphie, des idées qui surgissent à chaque seconde et pourrait-on dire du matériel et de l’inspiration pour tous les prétendus chorégraphes qui se sont engouffrés ensuite dans la brèche du théâtre-danse avec plus ou moins de bonheur.

    Potemkin’s Signature qui ouvre la soirée est la pièce la plus longue, la plus théâtrale et la plus élaborée de l’ensemble. Le décor fabuleux de Michael Simon avec son échiquier géant et l’utilisation de la musique de Beethoven y sont pour beaucoup. La pièce se veut un pastiche de la danse classique au Ballet Mariinski (c’est le Tsar qui donnait les subsides au Ballet).

    Il faudrait probablement dix paires d’yeux ou le revoir dix fois pour enregistrer tous les détails de cette foisonnante fresque qui construit puis déconstruit au fur et à mesure et à un rythme impressionnant toutes les figures imaginables du vocabulaire de la danse classique. L’histoire convoque de nombreux personnages dont les Frères Grimm, Rodger Wilcot et les protagonistes du Quintette de Beethoven.

    Le second volet, In the Middle, Somewhat Elevated, est bien connu du public français car il fut créé séparément pour le Ballet de l’Opéra de Paris en 1987 sur la musique électronique de Thom Willems. On y est dans l’abstraction pure, avec les figures les plus raffinées pour neuf danseurs que l’on pouvait imaginer à l’époque dans le vocabulaire moderne de la danse. On s’excuse de dire que depuis, on n’a fait beaucoup mieux dans ce domaine…

    Après tant d’abstraction, l’épisode burlesque la Maison de Mezzo-Prezzo où on assiste à une délirante vente aux enchères où les danseurs s’adjugent eux-mêmes ! Il faut saluer le talent comique d’Helen Pickett (artiste invitée) et de Mikel Jauregui en Mr Pnut qui étaient déjà les personnages comiques de la première partie.

    Le Bongo Bongo Nageela qui suit est la pièce la plus ahurissante de l’ensemble où tous les danseurs des deux sexes, déguisés en uniforme d’écolières anglaises et perruque au carré, se livrent à une incroyable parade aux accents de surprise partie avec un réglage qui demande une discipline chorégraphique redoutable. Un pur divertissement !

    La pièce s’achève par Mr Put goes to the Big Top, un court épilogue humoristique dans lequel le maître de cérémonie de l’ensemble de la soirée, Mr Pnut, exécute un final à la hauteur de cette œuvre phare de Forsythe.

    Comme dans Artifact, le Ballet Royal de Flandre a démontré sous la direction artistique de l’Australienne Kathryn Bennets, des qualités de discipline, de virtuosité d’ensemble autant qu’individuelle vraiment admirables. Il a obtenu avec cette pièce un Lawrence Olivier Award. On a hâte de voir cette compagnie se produire à Paris dans les classiques qu’elle a aussi à son répertoire.




    Théâtre national de Chaillot, Paris
    Le 06/12/2011
    Olivier BRUNEL

    Impressing the Czar de William Forsythe au Théâtre national de Chaillot, Paris.
    Impressing the Czar (1988)
    chorégraphie: William Forsythe
    musiques: Thom Willem, Leslie Stuck, Eva Crossman-Hecht, Ludwig van Beethoven
    décors : Michael Simon
    costumes : Férial Münnich

    Ballet Royal de Flandre

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com