altamusica
 
       aide













 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




L'ACTUALITE DE LA DANSE 04 juin 2020

Paul Taylor Dance Company dans le cadre des Étés de la Danse 2012 au Théâtre national de Chaillot, Paris.

Étés de la Danse 2012 (1) :
Humour et énergie

© Tom Caravaglia

The Uncommitted

Première des deux compagnies invitées aux Étés de la Danse 2012, la deuxième étant l’Alvin Ailey American Dance Theater, la Paul Taylor Dance Company, créée en 1954, propose, en dix représentations, treize ballets dont cinq jamais vus en France. Une impressionnante démonstration de rigueur dans une grande variété d’inspiration.
 

Théâtre national de Chaillot, Paris
Le 20/06/2012
Gérard MANNONI
 



Les 3 dernières critiques de danse

  • Le ravissement de Raymonda

  • Lamé, le corps

  • Solde de tout conte

    [ Tout sur la danse ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Elle n’était pas venue à Paris depuis douze ans, invitée alors par l’Opéra de Paris au Palais Garnier. La Paul Taylor Dance Company, dont le fondateur et directeur artistique a aujourd’hui 81 ans, reste un haut lieu de création et une référence dans le domaine de la pure Modern Dance, bien qu’il refuse d‘appartenir à quelque catégorie que ce soit et revendique une liberté absolue de création.

    Il est vrai que son inspiration est on ne peut plus diversifiée, entre le très commun Auréole, le mystique Speaking in tongues et un humoristique Sacre du printemps sur fond d’histoire de bébé volé. Et ce ne sont que quelques exemples. Le deuxième programme présenté en ce début des Étés de la Danse comprenait d’ailleurs trois ballets totalement différents mais tous marqués par une danse d’une remarquable énergie et d’une belle inventivité chorégraphique.

    Créé en 2011 et donc encore jamais vu en France, Gossamer Gallants, sur des pages de Smetana, transpose dans le monde des insectes certains comportements humains de base. De jolis taons bien luisants font une vrombissante démonstration d’agressivité virile et piquante jusqu’à l’arrivée bien dosée de ravissantes lucioles vertes et hyper féminines qui font les faire craquer et les réduire à de suppliantes créatures effondrées d’amour et de désir, que les séductrices devenues à leur tour d’un redoutable agressivité, réduiront à leur merci.

    © Tom Caravaglia

    C’est joli, drôle, et l’on sait à quel point il est difficile de réussir un ballet qui fasse rire par la seule danse. Ils sont d’ailleurs très peu nombreux dans le répertoire aussi bien classique que contemporain.

    Jamais vu encore à Paris non plus, The Uncommitted est également de 2011. Sur différentes pages d’Arvo Pärt, Paul Taylor évoque ici la solitude qui peut aujourd’hui atteindre les individualités perdues dans la masse. Difficile d’établir un contact et encore plus de le faire perdurer. On se croise, on se jauge, on se côtoie et, très vite, on se retrouve à nouveau seul. C’est un ballet sobrement mais très solidement structuré, où chacun tour à tour émerge du groupe, s’y insère à nouveau avant qu’une autre individualité ne le remplace, vite délaissée elle aussi, dans une très savante géométrie de solos presque statiques et d’ensembles.

    Un peu plus ancien puisque datant de 1987, Syzygy sur une musique originale de Donald York, est une sorte de mouvement perpétuel d’une grande énergie où les corps ne cessent de se croiser en farandoles qui se brisent ou en groupes que de défont, pour aussitôt se reconstituer dans un ordre différent, sous une autre forme.

    C’est rapide, virtuose, délié, mené de manière épatante par des danseurs très investis, au style maîtrisé, à la technique des plus solides. Les lignes sont belles, les corps agiles ou puissants, les ensembles dessinés avec rigueur. De la danse qui bouge, qui interpelle et qui reste d’une vraie modernité.




    Théâtre national de Chaillot, Paris
    Le 20/06/2012
    Gérard MANNONI

    Paul Taylor Dance Company dans le cadre des Étés de la Danse 2012 au Théâtre national de Chaillot, Paris.
    Paul Taylor Dance Company
    Gossamer Gallants
    chorégraphie : Paul Taylor
    musique : Smetana
    The uncommitted
    chorégraphie : Paul Taylor
    musique : Arvo Pärt
    Syzygy
    chorégraphie Paul Taylor
    musique : Donald YorK
    décors et costumes de Santo Loquasto
    éclairages : Jennifer Tipton

    Avec les danseurs de Paul Taylor Dance Company

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com