altamusica
 
       aide













 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




L'ACTUALITE DE LA DANSE 30 mai 2020

Alvin Ailey American Dance Theater dans le cadre des Étés de la Danse 2012 au Théâtre du Châtelet, Paris.

Étés de la Danse 2012 (2) :
Irrésistible !

© Manny Hernandez

Revelations

Deuxième compagnie invitée par les Étés de la Danse dirigés par Valery Colin, l’Alvin Ailey American Dance Theater se produit 28 fois au Théâtre du Châtelet jusqu’au 21 juillet devant un public jeune et incroyablement enthousiaste avec une abondance de programmes différents dont six pièces jamais présentées en Europe.
 

Théatre du Châtelet, Paris
Le 13/07/2012
Olivier BRUNEL
 



Les 3 dernières critiques de danse

  • Le ravissement de Raymonda

  • Lamé, le corps

  • Solde de tout conte

    [ Tout sur la danse ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Des danseurs comme ceux que vient de présenter l’Alvin Ailey American Dance Theater au Châtelet, on n’en voit pas souvent ! Une telle solidité dans la technique, une telle jubilation dans l’acte de danser ne peuvent être que l’apanage d’un professionnalisme comme l’Europe ne connaît plus qu’exceptionnellement.

    Composée presque entièrement de danseurs afro et latino-américains, la compagnie fondée en 1958 par Alvin Ailey, disparu en 1989, passée entre les mains de Judith Jamison et, depuis un an, entre celles de Robert Battle est ouverte à de jeunes chorégraphes, issus ou non de la troupe, tout en maintenant à son répertoire les piliers qui ont fait sa célébrité.

    Tout comme l’inépuisable Revelation d’Alvin Ailey créé en 1960 qui concluait traditionnellement les spectacles de la compagnie. On ne connaît pas d’évocation plus saisissante et voluptueusement humoristique des racines de l’Amérique noire.

    Dansé sur des spirituals, riche de symboles sans être lourd, ce ballet en trois parties brille avant tout par ses couleurs, la richesse de sa chorégraphie, inventions qui plus de cinquante ans après paraissent encore audacieuses. Toute la troupe y est sollicitée et se donne corps et âme à cette fresque qui évoque la vie dans les champs de coton, à l’Église, à la promenade, des communautés d’esclaves de l’Amérique pionnière.

    Le programme auquel nous avons assisté commençait par une formidable chorégraphie signée par l’ancienne danseuse soliste puis chorégraphe et directrice artistique de la compagnie, Judith Jamison. Love Stories, qui se propose d’évoquer l’histoire et le futur de la compagnie, fut réalisé en 2004 en collaboration avec Rennie Harris et Robert Battle.

    Il commence par un solo de Jamar Roberts sur If it’s magic, chanson emblématique de l’album historique Songs in the Key of Life de Stevie Wonder (1976). La souplesse de liane du danseur se moule sur cette chanson à la ligne mélodique romantique dans une gestique sensuelle et d’une grande invention avec des figures classiques mais aussi des audaces venues du hip hop.

    Puis la pièce évolue vers un épisode plus rythmique pour dix danseurs sur Fingertips de Clarence Paul-Henry Cosby. Une dernière partie, extrêmement acrobatique, sur une composition originale de Darrin Ross s’achève en un happening plein d’énergie communicative.

    Home (2011, présenté pour la première fois en Europe) de Rennie Harris, grand promoteur de la danse urbaine à Philadelphie, est la pièce la plus récente du programme. Elle correspond à une évolution du répertoire de la compagnie. Avec un substrat musical moins intéressant rythmiquement et musicalement (Dennis Ferrer, Raphael Xavier) elle convoque les techniques de hip hop et de stepping ainsi que d’autres issues des danses de rue.

    Chorégraphie de groupe avec de très jolis petits solos plein de fantaisie, elle n’a cependant pas le même pouvoir jubilatoire que les deux autres. Pour l’histoire, cette pièce a remporté le concours Fight HIV your Way (Combattez le SIDA à votre façon) organisé par les Laboratoires Bristol-Squibb-Myers.




    Théatre du Châtelet, Paris
    Le 13/07/2012
    Olivier BRUNEL

    Alvin Ailey American Dance Theater dans le cadre des Étés de la Danse 2012 au Théâtre du Châtelet, Paris.
    Love Stories (2004)
    chorégraphie : Judith Jamison
    musique : Stevie Wonder, Clarence Paul-Henry Cosby et Darrin Ross
    Avec Rennie Harris et Robert Battle,

    Home (2011, première présentation en Europe)
    chorégraphie : Rennie Harris
    musique : Dennis Ferrer, Raphael Xavier

    Revelations (1960)
    chorégraphie : Alvin Ailey
    musique : chants traditionnels

    Alvin Ailey American Dance Theater

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com