altamusica
 
       aide













 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




L'ACTUALITE DE LA DANSE 04 juin 2020

Noureev and Friends au Palais des Congrès, Paris.

Un hommage parfait
© Andrej Uspenski

Mathias Heymann (dans Raymonda)

Pour célébrer le 75e anniversaire de la naissance de Rudolf Noureev, Charles Jude, directeur du Ballet de Bordeaux, Étoile de l’Opéra de Paris et qui fut le danseur préféré de Noureev, a réuni deux soirs au Palais des Congrès des danseurs de tous pays pour un hommage particulièrement réussi car bien conçu et imaginé. Gros succès.
 

Palais des Congrès, Paris
Le 31/05/2013
GĂ©rard MANNONI
 



Les 3 dernières critiques de danse

  • Le ravissement de Raymonda

  • LamĂ©, le corps

  • Solde de tout conte

    [ Tout sur la danse ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Pas facile de rĂ©ussir ce genre de soirĂ©e sans tomber dans le gala d’Étoiles oĂą tout le monde rivalise d’exploits techniques ! Charles Jude et David Makhateli, au nom de la Fondation Rudolf Noureev, ont totalement rĂ©ussi Ă  Ă©viter les Ă©cueils du genre.

    Ils ont bâti une très belle soirée, balayant un vaste répertoire et montrant toute une génération de danseurs de grandes compagnies pas souvent vus, pour beaucoup, à Paris, dans des pas de deux du grand répertoire, mais pas ceux qui exigent nécessairement trente-deux fouettés ou des sauts vertigineux. C’est élégant, raffiné, sans engendrer la moindre lassitude, avec, ce qui est rare en pareille occasion, un orchestre dans la fosse, Pasdeloup, dirigé par Valery Ovsianikov.

    La soirée commence, après un bel hommage de Charles Jude, par Petite mort de Kylián par un groupe de solistes et d’Étoiles du Ballet de Bordeaux, belle rigueur, joli travail et homogénéité. Suivait le pas de deux de l’acte 2 de la Sylphide par deux Étoiles de l’Opéra de Berlin, Iana Salenko et Marian Walter, dans un beau style romantique maîtrisé, avec jolies arabesques, entrechats bien tricotés, cabrioles bien balancées, sur fond de scène ou était projeté une très belle vue de lac avec cascade et forêt.

    Chaque tableau avait d’ailleurs pour décor une projection adaptée. Le pas de deux de l’acte des Ombres de la Bayadère était ensuite dansé par Evgenia Obratzova du Bolchoï et Evgeni Ivantchenko du Mariinski, beaux exemples de l’école russe à son meilleur.

    Passage par la Grande Bretagne ensuite, avec Tamara Rojo de l’English National Ballet et Feredico Bonelli du Royal Ballet pour le pas de deux de la chambre de Manon de MacMillan, un élégant moment de poésie et de charme. Two Pieces for Eight de Van Manen est ensuite proposé par Maia Makhateli et René Wörtmeyer du Het National Ballet, excursion dans un langage haut de gamme contemporain, avant que la première partie de ne s’achève par un pur moment de bonheur, le pas de deux de Raymonda par Aurélie Dupont et Mathias Heymann, la plus absolue perfection.

    En deuxième partie, on retrouve Obratzova, cette fois avec un partenaire du Bolchoï, le blond Dimitri Gudanov pour le pas de deux final de la Belle au bois dormant version Petipa-Grigorovitch, c’est-à-dire sans les traditionnels trois poissons. Mais tant pis.

    Mathias Heymann danse ensuite le brillant solo de Manfred de Noureev. Il a retrouvé tout son éclat après presqu’un an d’arrêt. Alléluia ! Marguerite et Armand n’est peut-être pas le chef-d’œuvre absolu de Frederick Ashton, mais il est ici dansé avec foi et toute la dose de mélodrame adéquate par Tamara Rojo et Ruppert Pennefather du Royal Ballet.

    Pour conclure, l’Adage de l’acte blanc du Lac des cygnes a pour interprètes rigoureux, précis, sobres mais très présents Diana Vasnetsova et Evgeni Ivanchenko du Mariinski, avant que Aleksandra Timofeeva du Ballet du Kremlin et Vadim Muntagirov de l’English National Ballet ne donnent un époustouflant pas de deux du Corsaire.

    Là, nous eûmes je ne sais combien de fouettés simples et doubles et le jeune Muntagirov, lauréat de la Fondation Noureev, svelte, agile, tonique, plein d’élégance, fut une vraie révélation. Un nom et une carrière à suivre, car il a technique, tempérament et abattage.

    À plusieurs reprises, de très originales et intéressantes projections sur la carrière et la personnalité de Noureev ont ponctué cette soirée qui avait quasiment rempli l’immense Palais des Congrès et fut très chaleureusement accueillie par un public de passionnés.




    Palais des Congrès, Paris
    Le 31/05/2013
    GĂ©rard MANNONI

    Noureev and Friends au Palais des Congrès, Paris.
    Noureev and Friends
    Sous le patronage de la Fondation Rudolf Noureev
    Production D&D Art Productions
    direction artistique : Charles Jude et David Makhateli
    Orchestre Pasdeloup
    direction : Valery Ovsianikov

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com