altamusica
 
       aide













 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




L'ACTUALITE DE LA DANSE 30 mai 2020

Swan Lake de Dada Masilo au Théâtre du Rond-Point, Paris.

Le Lac des zoulous
© John Hogg

Le spectacle Swan Lake de la chorégraphe sud-africaine Dada Masilo avait défrayé la chronique lors de la dernière Biennale de la Danse de Lyon. Un bref passage de quelques jours à Paris dans la foulée avait créé une véritable demande. Le voici, avec ses cygnes noirs et blancs installé au Théâtre du Rond-Point pour un mois avant une grande tournée française.
 

Théâtre du Rond-Point, Paris
Le 10/09/2013
Olivier BRUNEL
 



Les 3 dernières critiques de danse

  • Le ravissement de Raymonda

  • LamĂ©, le corps

  • Solde de tout conte

    [ Tout sur la danse ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • La bonne nouvelle est qu’il n’est plus besoin pour jouir des dernières tendances de la danse contemporaine de frĂ©quenter exclusivement les deux grandes salles de taille inhumaine que sont le Théâtre de La Ville ou le Théâtre national de Chaillot. Peu Ă  peu des salles plus petites invitent des spectacles audacieux comme ce Swan Lake dont on imagine que sans un certain degrĂ© de frilositĂ© des institutions il aurait dĂ» ĂŞtre prĂ©sentĂ© dans les dites salles.

    Créé en Afrique du Sud au National Art Festival de Grahamstown en juillet 2010, ce spectacle d’une heure réalisé pour douze danseurs reprend le cœur de l’histoire du Lac des cygnes de Petipa et Tchaïkovski, à savoir la valse hésitation du Prince Siegfried entre les deux facettes du cygne, blanc pour la pureté et noir pour le maléfice.

    Depuis longtemps, ce que l’on sait ou suppose de la sexualité de Tchaïkovski a mené à des interprétations homosexuelles du mythe, la version la plus célèbre étant celle de Matthew Bourne, un Swan Lake également, qui a fait le tour du monde. Mais même les versions réalisées par Rudolf Noureev, soulignaient d’un trait discret, mais lisible pour qui voulait y croire, cette duplicité sexuelle.

    Ici, on l’aura compris, Siegfried, qui est noir, se refuse Ă  Ă©pouser comme cela a Ă©tĂ© arrangĂ© par les familles le cygne blanc et fĂ©minin et craque pour le masculin cygne black croisĂ© sur son chemin. Cela pourrait faire sourire chez nous aujourd’hui, tant le mĂ©tissage est devenu culturel et le mariage une chose « pour tous Â».

    Dans l’Afrique du Sud, même en 2010, où règnent homophobie et tabous sur l’homosexualité, le sida et le mariage arrangé et forcé, il a fait figure d’acte de courage. Drôle de destin que celui de Dada Masilo, née voici vingt-huit ans dans le township de Soweto et qui rêvait depuis l’enfance de danser le rôle du Cygne pas vraiment destiné à une danseuse à la peau noire.

    Après un passage chez Anna Teresa de Keersmaeker à Bruxelles, elle s’est orientée vers une chorégraphie dépouillée de références intellectuelles pesantes, qui consiste à rapprocher les histoires, particulièrement les grands classiques, d’un public non cultivé. Réussite totale avec ce Swan Lake accessible à tous et à plusieurs degrés de lecture et, qui, moyennant quelques maladresses, garantit par sa concision clarté et concentration.

    On n’en dévoilera pas toutes les ficelles. On dira seulement qu’il mêle les basiques de la danse classique, ses pointes, ses tutus, un minimum de pantomime, un clin d’œil au music-hall, le tout épicé d’une forte dose de parodie et d’ironie, aux danses tribales, zoulous de son pays d’origine. La troupe est époustouflante, les danseurs et danseuses aussi disparates que possible forment un ensemble détonant.

    Le mélange des musiques, un peu rudement reproduites selon la sonorisation (mauvaise au Théâtre du Rond-Point) qui convoque évidemment le Lac original mais aussi le Cygne du Carnaval des animaux de Saint-Saëns et des compositeurs plus planants comme Arvo Pärt ou Steve Reich, est un support parfait et exploité avec la plus grande fantaisie, une incroyable virtuosité et une frénésie de tous les instants.

    À savourer non comme une variation de plus sur ce thème éternel mais comme le reflet d’un problème de société et de civilisation.




    Théâtre du Rond-Point, Paris
    Le 10/09/2013
    Olivier BRUNEL

    Swan Lake de Dada Masilo au Théâtre du Rond-Point, Paris.
    Swan Lake, chorégraphie pour douze danseurs d’après le Lac des cygnes de Piotr Illitch Tchaïkovski
    musiques : Tchaïkovsk, René Avenant, Arvo Pärt, Steve Reich, Camille Saint-Saëns
    chorégraphie : Dada Masilo
    costumes : Dada Masilo & Suzette Le Sueur

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com