altamusica
 
       aide













 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




L'ACTUALITE DE LA DANSE 04 juin 2020

Deux soirées consacrées à Trisha Brown au Théâtre de la Ville, Paris.

Diamants post modernes

Figure emblématique de la post modern danse américaine, Trisha Brown est cet automne fêtée à Paris sur tous les fronts. Et d’abord lors de deux soirées au Théâtre de la Ville, avec des pièces essentiellement des années 1980 et 1990 comme Newark, For M.G : the Movie, If you couldn’t see me ou encore Astral Convertible.
 

Théâtre de la Ville, Paris
Le 28/10/2013
Olivier BRUNEL
 



Les 3 dernières critiques de danse

  • Le ravissement de Raymonda

  • LamĂ©, le corps

  • Solde de tout conte

    [ Tout sur la danse ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Pour Trisha Brown, la danse Ă©tait « une rĂ©partition dĂ©mocratique du mouvement dans le corps entier Â». Le Festival d’Automne Ă  Paris et le Théâtre de la Ville ont consacrĂ© deux programmes Ă  la chorĂ©graphe amĂ©ricaine qui, Ă  75 ans, très affaiblie par des problèmes cĂ©rĂ©braux, a dĂ©cidĂ© de passer la main Ă  ses deux collaboratrices, Diane Madden et Carolyn Lucas.

    Ces soirées étalées sur deux semaines ont attiré un public nombreux et enthousiaste d’autant que des rumeurs circulent sur la fin prochaine de la Trisha Brown Dance Company, créée en 1970, dont ce serait la tournée d’adieux. Dernière occasion donc de voir encore de première main ces chorégraphies qui ont bouleversé la danse contemporaine de la fin du siècle dernier et trésor culturel pour ceux qui étaient trop jeunes à l’époque et qui peuvent légitimement douter de sa richesse aujourd’hui devant un abâtardissement constant à commencer par ce que le Théâtre de la Ville a même fini par appeler dans sa programmation Danse élargie.

    Les deux programmes ont montré des pièces étalées sur quasiment trente années, allant de 1966 à 1994 et toutes créées sur des scènes françaises. Newark (Angers-1987) était peut-être la plus belle chorégraphie de toutes pour sept danseurs dans laquelle Trisha Brown se montre virtuose dans l’art de créer le mouvement et le coordonner à toutes les autres composantes, éclairage, obstacles, éléments externes scéniques, sans que rien ait jamais l’air ni fabriqué, ni improvisé.

    Et puis aussi For M.G : the Movie (Douai-1991), pièce écrite en hommage à Michel Guy qui a soutenu la carrière française de la chorégraphe dont il avait fait la découverte à New York, magnifique ensemble pour sept danseurs (tous remarquables) où la géométrie des corps joue avec celle de la lumière et des couleurs.

    If you couldn’t see me (Chateauvallon-1994) était la touche d’humour de ces programmes, solo magistralement dansé par Jamie Scott entièrement dos au public ! Astral Convertible (Montpellier-1989) réglé sur la musique de John Cage qui concluait ce formidable hommage restera aussi comme un souvenir illuminé avec ses tours lumineuses créés par Robert Rauschenberg et Pier Biorn, chorégraphie pionnière de la danse urbaine, que Trisha Brown voulait transportable.




    Théâtre de la Ville, Paris
    Le 28/10/2013
    Olivier BRUNEL

    Deux soirées consacrées à Trisha Brown au Théâtre de la Ville, Paris.
    Newark
    For M.G : the Movie
    If you couldn’t see me
    Astral Convertible

    Trisha Brown Dance Company

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com