altamusica
 
       aide













 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




L'ACTUALITE DE LA DANSE 30 mai 2020

Reprise du Parc de Preljocaj au Ballet de l’Opéra national de Paris.

Jeux de l’amour
© Agathe Poupeney

Parallèlement à celle de la Belle au bois dormant à la Bastille, l’Opéra de Paris a repris pour la période des fêtes de fin d’année au Palais Garnier le Parc d’Angelin Preljocaj, avec son atmosphère entre les Liaisons dangereuses et la Princesse de Clèves. Une pièce maîtresse tout en harmonie, en élégance et en invention.
 

Palais Garnier, Paris
Le 07/12/2013
Olivier BRUNEL
 



Les 3 dernières critiques de danse

  • Le ravissement de Raymonda

  • LamĂ©, le corps

  • Solde de tout conte

    [ Tout sur la danse ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Seconde reprise pour les fĂŞtes, la chorĂ©graphie du Parc crĂ©Ă©e avec succès Ă  Garnier en 1994 par le chorĂ©graphe Angelin Preljocaj sur des musiques de Mozart. VĂ©ritable triomphe Ă  sa crĂ©ation, le ballet traite de l’amour dans son aspect le plus galant, le plus français aussi dans un dĂ©cor admirable de poĂ©sie de Thierry Leproust et de magnifiques costumes d’HervĂ© Pierre, et a dĂ©jĂ  une existence enviable pour un ballet qui va fĂŞter ses vingt ans.

    Présenté à Rome l’année de sa création puis à Singapour et à New York sur la scène du Metropolitan Opera, il fut repris en 1996 dans la grande salle de l’Opéra Bastille où il a été donné régulièrement depuis son retour à Garnier où il est plus en valeur, toujours avec de nouveaux interprètes.

    Cette chorĂ©graphie des « jeux de l’amour dans un jardin français Â», nourrie autant d’une sensibilitĂ© contemporaine avec ses quatre jardiniers, cupidons en cuir et Ă  lunettes noires tout droit sortis d’une bande dessinĂ©e futuriste, tirant les ficelles d’une histoire d’amour galant nourrie de lectures des Liaisons dangereuses et de la Princesse de Clèves sur qui planerait l’ombre de Marivaux, intègre avec l’évidence de la connaissance la plus sublime des musiques, un choix fait parmi ce que Mozart a composĂ© de plus sensuel.

    Son découpage en trois parties qui pourraient tout autant être celles d’une journée que les trois temps de l’Amour comme le suggère le nom des trois admirables duos : Rencontre, Résistance et Abandon ont étés dansés lors de la première représentation avec une émotion intense par le couple formidablement bien apparié Aurélie Dupont et Nicolas Le Riche, ce dernier dansant sa dernière saison avant son départ à la retraite du ballet en juillet.

    Ces trois duos d’une bouleversante simplicité (sauf peut être pour les danseurs) coulaient, comme sang dans les veines, dans trois Adagios des Concertos pour piano n° 14, n° 15 et n° 23 de Mozart joués avec un peu de raideur par Elena Bonnay avec l’Orchestre de chambre de Paris sous la direction efficace de Koen Kessels.

    L’ensemble du ballet fait appel, outre aux quatre jardiniers, à huit couples rompus à toutes les formes que prend l’amour galant dans sa recherche, son calcul, son aboutissement et son accomplissement, magnifiquement choisis parmi le Corps de ballet. L’harmonie que dégage l’ensemble, l’élégance, l’invention de chaque instant font certainement de ce Parc la plus belle des chorégraphies d’Angelin Preljocaj et reste une des pièces maîtresse du répertoire contemporain du Ballet de l’Opéra de Paris.




    Palais Garnier, Paris
    Le 07/12/2013
    Olivier BRUNEL

    Reprise du Parc de Preljocaj au Ballet de l’Opéra national de Paris.
    Le Parc
    musique : W.A. Mozart
    chorégraphie : Angelin Preljocaj
    création sonore : Goran Vejvoda
    décors : Thierry Leproust
    costumes : Hervé Pierre
    Elena Bonnay, piano
    Orchestre de chambre de Paris
    direction : Koen Kessels

    Avec les Étoiles, les Premiers Danseurs et le Corps de ballet de l’Opéra national de Paris

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com