altamusica
 
       aide













 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




L'ACTUALITE DE LA DANSE 04 juin 2020

Ouverture de la saison danse au ballet de l’Opéra national de Paris avec 20 danseurs pour le XXe siècle de Boris Charmatz, puis un programme Balanchine-Millepied-Robbins au Palais Garnier, Paris.

Nouveauté et tradition
© Ann Ray

Programme mélangeant nouveauté et tradition pour cette soirée d’ouverture. Après un gala très fermé où quelques privilégiés auront eu moyennant finances la primeur du nouveau défilé du Corps de ballet version Millepied, et que le public normal verra plus tard, sympathique initiative confiée à Boris Charmatz dès 18h suivie d’un programme plus traditionnel à 20h30. Bizarre mais réussi.
 

Palais Garnier, Paris
Le 25/09/2015
GĂ©rard MANNONI
 



Les 3 dernières critiques de danse

  • Le ravissement de Raymonda

  • LamĂ©, le corps

  • Solde de tout conte

    [ Tout sur la danse ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Sous le titre 20 danseurs pour le XXe siècle, Boris Charmatz Ă©tait chargĂ© d’organiser une sorte de panorama de la crĂ©ation du siècle passĂ© avec les danseurs de l’opĂ©ra toute classes confondues dans les espaces publics de Garnier. Dès 18h, donc, la foule se pressait dans ce qui ressembla d’abord Ă  une joyeuse pagaille avant de prendre consistance et de se rĂ©vĂ©ler fort sympathique et très efficace.

    Partout où il y avait assez d’espace pour que l’on puisse danser une variation, loggias, recoins, palier du grand escalier, différentes rotondes, foyer, des danseurs entourés d’un cercle de spectateurs assis par terre ou debout, interprétaient donc des variations du très vaste répertoire du XXe siècle, d’Isadora Duncan à Claude Brumachon, avec aussi des passages par le hip-hop et autres spécialités comme le buto ou le music hall, le disco et autres emprunts par exemple au cinéma.

    Excellent contact direct entre public et danseurs, ces derniers à portée de la main si l’on peut dire, et belle animation d’ensemble dans ces lieux chaleureux mais solennels qui vivaient d’une vie nouvelle. Expérience enrichissante pour tous, avec, forcément quelques frustrations, comme celle de manquer une bonne partie de ces variations puisqu’elles se déroulaient simultanément partout et de ne pas toujours savoir qui dansait quoi, les annonces faites par les danseurs n’étant pas toujours audibles dans une acoustique tumultueuse. Mais l’expérience est positive, tonique, à renouveler.

    © Agathe Poupeney

    À 20h30 suivait un programme commençant par une création de Benjamin Millepied, Clear, Loud, Bright, Forward sur une excellente musique de Nico Muhly. Conçue pour le Corps de ballet sans Étoiles ni Premiers Danseurs, avec en première ligne la jeune génération que Millepied semble vouloir mettre en valeur, c’est une chorégraphie fluide, rapide, élégante, d’un néoclassicisme assumé, avec moult grands jetés, pirouettes et pas d’écoles. C’est très bien dansé et fera une excellente pièce à emporter en tournée pour montrer les qualités de cette compagnie qui demeure au sommet.

    Suivait l’entrée eu répertoire d’un ballet de Jerome Robbins, Opus 19/ The Dreamer sur la musique du Concerto pour violon et orchestre en ré majeur de Prokofiev. Créé à New York en 1979, ce n’est pas le chef-d’œuvre de Robbins, mais Amandine Albisson et Mathieu Ganio y font une somptueuse démonstration de technique, de raffinement et de musicalité. Les membres du Corps de ballet qui les entourent sont tout aussi éblouissants.

    Pour le très célèbre Thème et variations de Balanchine sur la musique de Tchaïkovski, qui complétait cette soirée, nouvelle démonstration de haute école au plus niveau par Laura Hecquet et Josua Hoffalt, Étoiles Opéra de Paris dans tout leur éclat, danse aisée, musicale, pleine de sève et d’esprit. Excellent entourage aussi avec notamment Héloïse Bourdon et Marine Ganio, Aurélien Houette, Cyril Mitilian, Fabien Révillon.

    Deux manières, donc, de célébrer la danse, la première étant très probablement de nature à intéresser un public un peu différent de celui qui emplit systématiquement la salle à chaque spectacle, la seconde pour rassurer les habitués sur le bon état de marche de la compagnie.




    Palais Garnier, Paris
    Le 25/09/2015
    GĂ©rard MANNONI

    Ouverture de la saison danse au ballet de l’Opéra national de Paris avec 20 danseurs pour le XXe siècle de Boris Charmatz, puis un programme Balanchine-Millepied-Robbins au Palais Garnier, Paris.
    20 danseurs pour le XXe siècle
    conception : Boris Charmatz
    Clear, Loud, Bright, Forward
    chorégraphie : Benjamin Millepied
    musique : Mico Mulhy
    scénographie : United Visual Artists
    Opus 19/ The Dreamer
    chorégraphie : Jerome Robbins
    musique : SergeĂŻ Prokofiev
    Thème et variations
    chorégraphie : George Balanchine
    musique : Piotr Ilitch TchaĂŻkovski
    Orchestre de l’Opéra national de Paris
    direction : Maxime Pascal

    Avec les Étoiles, les Premiers Danseurs et le Corps de ballet de l’Opéra national de Paris

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com