altamusica
 
       aide













 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




L'ACTUALITE DE LA DANSE 30 mai 2020

Nouvelle distribution pour la Bayadère au Ballet de l’Opéra national de Paris.

La Bayadère (2) :
Un Sujet de première classe

© Little Shao

Une belle distribution illumine le feu d'artifice des Bayadère programmées à l’Opéra Bastille pour les fêtes. Héloïse Bourdon attire tous les regards, volant la vedette au prometteur danseur Étoile de l’English National Ballet, Isaac Hernàndez. Ida Viikinkoski en Gamzatti et Emmanuel Thibault en Idole dorée complètent de belle manière ce monument de la danse classique.
 

Opéra Bastille, Paris
Le 12/12/2015
David VERDIER
 



Les 3 dernières critiques de danse

  • Le ravissement de Raymonda

  • Lamé, le corps

  • Solde de tout conte

    [ Tout sur la danse ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Alternant avec Amandine Albisson/Josua Hoffalt et Dorothée Gilbert/Mathias Heymann, cette reprise de la Bayadère à Bastille attise toutes les curiosités avec la paire Isaac Hernàndez/Héloïse Bourdon. Invité par Benjamin Millepied, le danseur Étoile de l’English National Ballet retrouve sur scène la jeune danseuse française, dont la première Nikiya il y a trois ans n'avait pas trouvé grâce aux yeux de notre confrère Gérard Mannoni. Le Sujet Héloïse Bourdon a, depuis, gagné ses galons ; tout particulièrement en avril dernier, lorsqu'elle remplaça dans le final du Lac des cygnes la danseuse Étoile Ludmila Pagliero, blessée à la fin du III. Ajoutant au brio l'exploit de danser avec Mathias Heymann, avec qui elle n'avait jamais répété…

    Même si rôle de Nikiya n'a pas les suspensions ni les équilibres stratosphériques d'une Odette/Odile, il demeure les difficultés d'une langue chorégraphique exigeante : fouettés, tours attitudes… Héloïse Bourdon fait oublier par un abattage et un beau travail de bras ses longs segments et sa sagesse naturelle pour donner panache à ce rôle de premier plan. La composition est sensible et émouvante, une forme de grâce que magnifient paradoxalement les écrasants décors d'Ezio Frigerio.

    Isaac Hernàndez possède l'endurance physique mais ne réussit pas à faire oublier l'exigence technique du rôle. Simplifiant les redoutables variations du III, il assure le spectacle sans imposer une personnalité stylistique de premier plan. La puissance l'emporte sur l'investissement dramatique, donnant aux manèges et aux batteries une impression de d'enchaînement peu habités.

    Ida Viikinkoski est une bien jolie Gamzatti, alternant des tenues sur pointes très maîtrisées avec des grands jetés d'une légèreté et d'une aisance peu communes. Les variations du II sont abordées avec une énergie peu farouche, avec un net avantage pour la minutie des piqués sur l'amplitude des battements. La satisfaction vient également du bref et redoutable tableau de l'Idole dorée, confié au jeune Emmanuel Thibault. Le travail du buste et des bras est d'une belle précision, les sauts entre beauté hiératique et mécanique d'acier.

    On admire également une belle entrée des ombres au III, dessinée avec la précision d'une gravure de M.C. Escher, avec Aubane Philbert, Éleonore Guérineau et Fanny Gorse en solistes très virtuoses et affutées. On relèvera le bref et brillant Esclave de Mickaël Lafon dans le pas de deux avec Nikiya au I, tandis que Guillaume Charlot en Rajah et Yann Saïz en Grand Brahmane apportent à ces deux rôles de caractère un haut degré de précision.

    À la tête de l'Orchestre Colonne, le fidèle Fayçal Karoui fait oublier la minceur de la partition de Ludwig Minkus, en s'attachant à souligner tous les contrastes dynamiques des gestes sonores qui épousent la danse au plus près.




    Opéra Bastille, Paris
    Le 12/12/2015
    David VERDIER

    Nouvelle distribution pour la Bayadère au Ballet de l’Opéra national de Paris.
    La Bayadère
    musique : Ludwig Minkus
    livret : Marius Petipa & Sergei Khoudov
    chorégraphie & mise en scène : Rudolf Noureev d’après Petipa
    décors : Ezio Frigerio
    costumes : Franca Squarciapino
    éclairages : Vinicio Cheli

    Orchestre Colonne
    direction : Fayçal Karoui

    Avec les Étoiles, les Premiers Danseurs et le Corps de Ballet de l’Opéra national de Paris

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com