altamusica
 
       aide













 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




L'ACTUALITE DE LA DANSE 30 mai 2020

Spectacle Balanchine, Robbins, Cherkaoui/Jalet au ballet de l’Opéra national de Paris.

Ravel dansé
© Laurent Philippe

Spectacle tout Ravel pour accompagner cette reprise de la version du Boléro conçue en 2013 par Sidi Larbi Cherkaoui et Damien Jalet. Une soirée agréable dont la bonne tenue d’ensemble n’efface pourtant pas le souvenir du désolant ratage de l’Hommage à Yvette Chauviré dont une bonne partie du public continue à s’indigner.
 

Palais Garnier, Paris
Le 03/05/2017
GĂ©rard MANNONI
 



Les 3 dernières critiques de danse

  • Le ravissement de Raymonda

  • LamĂ©, le corps

  • Solde de tout conte

    [ Tout sur la danse ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Un vrai plaisir que de revoir ces ballets de Balanchine et de Robbins d’une telle musicalitĂ© et d’une telle intelligence théâtrale ! Sous le titre de la Valse, Balanchine avait rĂ©uni en 1951 Ă  la Valse elle-mĂŞme, les huit Valses nobles et sentimentales du compositeur Ă©crites en 1911 et orchestrĂ©es en vue d’un ballet.

    Il y a donc une parfaite logique dans cet enchaînement qui constitue un régal musical et chorégraphique de quelque trente-cinq minutes et qui était entré au répertoire de l’Opéra en 1975. Le discret cadre décoratif de Jean Rosenthal et les costumes hors du temps de Karinska ont un charme un peu désuet qui nous ramène sans ringardise un demi-siècle en arrière.

    Et les danseurs jouent ce jeu avec élégance. Étoiles, comme Dorothée Gilbert et Karl Paquette, Premiers Danseurs comme Mélanie Hurel, Valentine Colasante, Sae Eun Park, Emmanuel Thibaut, Florian Magnenet, Audric Bezard, le Corps de ballet aussi, font une superbe démonstration de musicalité et de style, dans une belle homogénéité. On sait que Balanchine est très difficile à danser car il ne laisse pas de place aux effets artificiels. Tout est sobre, sincère, et d’une extraordinaire efficacité scénique sans tentative d’exhibitionnisme.

    Suivait En sol, de Robbins, sur le célèbre Concerto pour piano et orchestre de Ravel fort bien joué ici par Emmanuel Strosser sous la direction énergique de Maxime Pascal. Entourés et soutenus par un Corps de ballet bien motivé, Myriam Ould Braham et Mathias Heymann ont cette fois dansé à la hauteur de ce que l’on attend d’eux. Très bien remonté par Clothilde Vayer, le ballet est un moment tonique, joyeux, brillant sans clinquant, avec de l’humour finement distillé. Entré lui aussi au répertoire maison en 1975, il avait été créé à new York en 1952.

    Et puis on reprenait cette version du Boléro conçue en 2013 par Sidi Larbi Cherkaoui, Damien Jalet et Marina Abramovic. Pas vraiment indispensable, mais pourquoi pas ? Il y a une idée scénographique intéressante, avec ce dédoublement des images par un vaste miroir qui reflète toute la scène. Le procédé a été vu maintes fois mais reste efficace. La chorégraphie elle-même est habilement structurée, énergique, donne beaucoup à danser, occupe bien l’espace scénique. Rien de fracassant mais, mené avec une vigueur à toute épreuve par le chef Maxime Pascal, acteur important dans la réussite de la soirée, l’ensemble musique et danse séduit un public très enthousiaste qui acclame un bel assortiment de Premiers Danseurs et de Corps de ballet avec l’Étoile Alice Renavand.




    Palais Garnier, Paris
    Le 03/05/2017
    GĂ©rard MANNONI

    Spectacle Balanchine, Robbins, Cherkaoui/Jalet au ballet de l’Opéra national de Paris.
    La Valse
    musique : Maurice Ravel
    chorégraphie : George Balanchine remontée par Francia Russel
    décors : Jean Rosenthal
    costumes : Karinska
    éclairages : Jean Rosenthal supervisées par Perry Silvey

    En sol
    musique : Ravel
    chorégraphie : Jerome Robbins remontée par Clothilde Vayer avec la participation artistique de Ghislaine Thesmar
    costumes et décor Erté
    éclairages : Jennifer Tipton supervisées par Perry Silvey

    Boléro
    musique : Ravel
    conception : Sidi Larbi Cherkaoui, Damin Jalet, Marina Abramovic
    scénographie : Marina Abramovic
    costumes : Riccardo Tisci
    éclairages : Urs Schönebaum

    Emmanuel Strosser, piano
    Orchestre de l’Opéra national de Paris
    direction : Maxime Pascal

    Avec les Étoiles, les Premiers Danseurs et le Corps de ballet de l’Opéra national de Paris.

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com