altamusica
 
       aide













 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




L'ACTUALITE DE LA DANSE 17 juillet 2019

Reprise du Daphnis et Chloé de Benjamin Millepied et du Boléro de Maurice Béjart au Ballet de l’Opéra national de Paris.

Travail soigné
© Laurent Philippe

Rien à redire sur ce spectacle qui fait salle comble et obtient un gros succès. Avec une distribution toute neuve à quelques exceptions près, le Daphnis et Chloé de Millepied et Buren créé en mai 2014 tient la route et le Boléro de Béjart où se succèdent plusieurs Étoiles au fil des semaines fait toujours délirer les foules.
 

Opéra Bastille, Paris
Le 15/03/2018
GĂ©rard MANNONI
 



Les 3 dernières critiques de danse

  • Mats Ek, le retour ?

  • Enrichissement et modernitĂ©

  • Immuable Ă©motion

    [ Tout sur la danse ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • En grande partie grâce Ă  l’imagination visuelle si brillante de Buren, le Daphnis et ChloĂ© de Ravel chorĂ©graphiĂ© par Benjamin Millepied reste un beau spectacle de danse. Solide nĂ©oclassicisme prudent mais bien maĂ®trisĂ©, astucieuse mise en valeur des qualitĂ©s des danseurs, poĂ©tiques et d’une large virtuositĂ© pour les couples principaux, ici Valentine Colasante (ChloĂ©) et Germain Louvet (Daphnis) face Ă  LĂ©onore Baulac (LycĂ©nion) et Marc Moreau (Dorcon), avec en prime le numĂ©ro acrobatique conçu pour François Alu (Bryaxis) et toujours dĂ©fendu par lui avec le mĂŞme Ă©clat Ă©poustouflant.

    Beaucoup de belle danse, donc, et ces images incroyables conçues par Daniel Buren, merveilleusement éclairées par Madjid Hakimi et complétées par les toniques costumes de Holly Hines, parfaitement en accord avec la vision générale de l’œuvre. Une nouvelle génération d’Étoiles, donc, aussi Alu toujours Premier Danseur et Marc Moreau, toujours Sujet malgré tous les rôles de premier plan qu’il assume dans tous les styles depuis pas mal de temps. Encore une victime du concours annuel, comme il y en eut tant depuis toujours.

    Le Boléro selon Béjart reste une grande exhibition personnelle à la fois épreuve terrible pour le soliste homme ou femme (Maïa Plissetskaïa raconte qu’elle se relevait la nuit pour vérifier qu’elle n’avait oublié ni mélangé les comptes si compliqués de la chorégraphie) mais finalement épreuve toujours surmontée. A-t-on jamais vu quelqu’un mal danser cette pièce ? Et pourtant, tout le monde l’a dansée, jeunes et moins jeunes, grands techniciens et moins grands techniciens. Chacun l’incarne néanmoins à sa manière. Mathias Heymann n’appartient pas aux grands formats genre Le Riche ou Gillot, mais sa danse est raffinée, sa sensualité très féline. L’énergie est là, condensée mais diffuse, jamais exhibée comme un trophée. C’est intelligent comme approche, très musical aussi.

    Maxime Pascal mène avec efficacité l’Orchestre de l’Opéra dans ces deux partitions aussi connues que délicates à proposer. Les chœurs de Daphnis sont bien, un peu trop lointains malheureusement en raison de leur relégation off, mais c’est aussi une soirée musicale de haute tenue.




    Opéra Bastille, Paris
    Le 15/03/2018
    GĂ©rard MANNONI

    Reprise du Daphnis et Chloé de Benjamin Millepied et du Boléro de Maurice Béjart au Ballet de l’Opéra national de Paris.
    Daphnis et Chloé
    musique : Ravel
    chorégraphie : Benjamin Millepied
    scénographie : Daniel Buren
    costumes : Holly Hines
    Ă©clairages : Madjid Hakimi
    Avec les Étoiles, les Premiers Danseurs et le Corps de ballet de l’Opéra national de Paris

    Boléro
    musique : Ravel
    chorégraphie, scénographie et costumes : Maurice Béjart
    éclairages : Clément Cayrol
    Avec Mathias Heymann et les Premiers Danseurs et le Corps de ballet masculin de l’Opéra national de Paris

    Chœur et Orchestre de l’Opéra national de Paris
    préparation des chœurs : Alessandro Di Stefano
    direction : Maxime Pascal

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com