altamusica
 
       aide













 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




L'ACTUALITE DE LA DANSE 19 avril 2019

Reprise de La Dame aux camélias de Neumeier au Ballet de l’Opéra national de Paris.

L’art du drame dansé
© Svetlana Loboff

Pléthore de distributions pour cette énième reprise, au Palais Garnier, du chef-d’œuvre de Neumeier, La Dame aux camélias, créé à Stuttgart en 1978 et entré au répertoire de l’Opéra de Paris en 2006. La jeune Étoile Léonore Baulac s’y montre en ce 18 décembre digne partenaire d’un Mathieu Ganio à la somptueuse maturité.
 

Palais Garnier, Paris
Le 18/12/2018
Gérard MANNONI
 



Les 3 dernières critiques de danse

  • Immuable émotion

  • Preljocaj au zénith

  • Créations inégales

    [ Tout sur la danse ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Rencontrée à l’entracte dans un des promenoirs de Garnier, immense Étoile qui brilla au firmament de l’époque Noureev, Monique Loudières remarquait : « Qui saura à l’avenir créer des ballets dramatiques de cette ampleur, de cette invention chorégraphique, à partir d’une œuvre littéraire de grande envergure ? » On ne peut que lui donner raison car cette Dame aux camélias reste un modèle du grand ballet dramatique qui semble insurpassable.

    Tout y est impressionnant d’esprit, d’invention, dans la manière de raconter l’histoire, dans ce parallèle à la fois discret et omniprésent avec l’histoire de Manon, dans la structure de la chorégraphie, classique, mais apportant des images nouvelles comme ces acrobatiques portés hélicoptères pour lesquels Ganio se montre un partenaire de la plus grande sûreté et Baulac une très hardie ballerine.

    C’est une Marguerite Gautier quasi juvénile qu’incarne d’ailleurs Léonore Baulac, rappelant à ceux qui l’ignoreraient que l’héroïne est morte à vingt-trois ans. La technique est impeccable de sûreté et d’élégance et la composition du personnage très intelligemment pensée, sans aucun excès vers le mélodrame facile ni un expressionnisme outrancier. C’est beau et d’une très grande pureté qui correspond bien au fond de l’âme de l’héroïne.

    Physique incroyable à rendre neurasthéniques tous les jeunes premiers du monde cinématographique, Mathieu Ganio déploie une danse en pleine maturité, riche d’expression, parfaite de technique, et lui aussi avec une élégance fougueuse idéale pour ce provincial d’Armand qui débarque dans un monde dont il ignore les clés et qui ne va guère tarder à le broyer de mille manières. Une grande interprétation.

    Et autour de ces deux Étoiles au sens le plus complet du terme, une foule de très beaux danseurs dans cette population dont Neumeier a voulu les entourer. Il y a l’étonnant couple Manon-Des-Grieux d’Héloïse Bourdon, nouvelle Première Danseuse à la promotion très méritée face à Marc Moreau, lui aussi promu Premier Danseur au dernier concours. Et tous les autres, comme Bianca Scudamore et Paul Marque ou les trois suivants de Manon : Yann Chailloux, Axel Ibot et Fabien Révillon. Et tant d’autres.

    Il faut aussi souligner l’importance des deux pianistes, Emmanuel Strosser et Frédéric Vaysse-Knitter, et bien sûr de l’Orchestre de l’Opéra dirigé par James Tuggle, car ici, le dialogue musiciens-danseurs doit être d’une précision et d’une homogénéité absolues. Une grande soirée de très belle danse, donc, comme on les aime avec cette compagnie.




    Palais Garnier, Paris
    Le 18/12/2018
    Gérard MANNONI

    Reprise de La Dame aux camélias de Neumeier au Ballet de l’Opéra national de Paris.
    La Dame aux camélias
    chorégraphie : John Neumeier
    musique : Chopin
    décors et costumes : Jürgen Rose
    éclairages : Rolf Warter

    Emmanuel Strosser et Frédéric Vaysse-Knitter, piano
    Orchestre de l’Opéra national de Paris
    direction : James Tuggle

    Avec les Étoiles, les Premiers Danseurs et le Corps de ballet de l’Opéra national de Paris

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com