altamusica
 
       aide













 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




L'ACTUALITE DE LA DANSE 21 février 2019

Programme Cherkaoui-Goecke-Lidberg au Ballet de l’Opéra national de Paris.

Créations inégales
© Ann Ray

Deux créations (Dogs Sleep de Marco Goecke et Les Noces de Pontus Lidberg) et une reprise (Faun de Sidi Larbi Cherkaoui) pour ce programme contemporain au Ballet de l’Opéra de Paris donné au Palais Garnier. Curieux mélanges musicaux et impressions mitigées malgré l’excellence permanente des danseurs et de beaux moments chorégraphiques.
 

Palais Garnier, Paris
Le 05/02/2019
Gérard MANNONI
 



Les 3 dernières critiques de danse

  • Preljocaj au zénith

  • Créations inégales

  • L’art du drame dansé

    [ Tout sur la danse ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • S’il fallait faire un reproche à cette soirée dans son ensemble de haut niveau, ce serait le tripatouillage musical auquel se livrent certains chorégraphes, sans aucun respect pour des œuvres majeures mais aujourd’hui dans le domaine public. Sidi Larbi Cherkaoui, dont on reprenait l’excellent Faun, propose une approche intelligente, poétique, très chorégraphiée, vivante, en un mot belle, de ce thème qui a tenté bien des chorégraphes. C’est extrêmement bien dansé par Juliette Hilaire et Marc Moreau, expressifs, agiles, très habiles, mais pourquoi donc mêler à la partition originale de Debussy une musique additionnelle de Nitin Sawhney ? Pour rallonger la sauce ? Parce que finalement, Debussy tout seul n’était pas suffisant ? Quelle prétention et quelle démarche inutile !

    Même constatation pour Dogs Sleep, création de Marco Goecke, à la chorégraphie beaucoup plus improbable, gestuelle répétitive et primaire de petits mouvement nerveux névrosés, exigeant d’un lot de remarquables solistes dont plusieurs Étoiles une utilisation très complexe de leur corps mais qui ne suscite aucune sensation particulière chez le spectateur, ni émotion ni réflexion, juste de l’ennui une fois passées les premières minutes, car ce n’est que la répétition d’un concept sans âme, se déroulant en grande partie dans la pénombre et la fumée.

    Quant à la musique, elle s’annonce ainsi : « extraits du Requiem pour cordes de Takemitsu, deuxième mouvement des Valses nobles et sentimentales de Ravel, Fêtes, deuxième des Nocturnes de Debussy », le tout s’achevant sur un d’ailleurs très beau April in Paris par Sarah Vaughan. Dans le genre confiture musicale, on ne fait pas mieux. Dommage que la chorégraphie n’ait pas été aussi variée et inventive !

    Pour terminer, la création des Noces du Suédois Pontus Lidberg a remporté un grand et mérité succès, car c’est une approche vraiment nouvelle et en rapport direct avec la musique de la partition de Stravinski, même si l’on s’éloigne du récit figuratif original. Il y a beaucoup de danse, rapide, occupant tout l’espace avec imagination, et traitant en fait du « mariage comme une rencontre et union » sous toutes ses formes, notamment les plus modernes comme le mariage gay, en une série de duos, de poursuites, de rencontres, de séparations, dans une sorte de mouvement continu dont pas un détail ne laisse indifférent. Cela s’accompagne d’une scénographie originale, sous le signe de la rose, avec ces fleurs géantes qui descendent parfois des cintres.

    Orchestre, chœurs, solistes, tout fusionne parfaitement avec un lot de danseurs du Corps de ballet très investis, engagés et remarquables de présence et de virtuosité. Un bel exemple de relecture chorégraphique d’un classique qu’il faut avoir le courage d’aborder car son histoire est riche en grands souvenirs.




    Palais Garnier, Paris
    Le 05/02/2019
    Gérard MANNONI

    Programme Cherkaoui-Goecke-Lidberg au Ballet de l’Opéra national de Paris.
    Faun
    chorégraphie : Sidi Larbi Cherkaoui
    musique : Debussy
    musique additionnelle : Nitin Sawhney
    costumes : Hussein Chalayan
    éclairages : Adam Carré

    Dogs Sleep (création)
    chorégraphie : Marco Goecke
    musique : Takemitsu, Ravel, Debussy, Sarah Vaughan
    décors : Thomas Mika
    costumes : Marco Goecke & Michaela Springer
    éclairages : Udo Haberland

    Les Noces (création)
    chorégraphie : Pontus Lidberg
    musique : Igor Stravinski
    décors & costumes : Patrick Kinmonth
    éclairages : Bertrand Couderc
    Amélie Raison (soprano)
    Pauline Leroy (mezzo)
    Martial Pauliat (ténor)
    Renaud Delaigue (basse)
    pianos : Elena Bonnay, Michel Fietlin, Vessela Lelovska, Jean-Yves Sébillotte
    Chœur Aedes

    Orchestre de l’Opéra national de Paris
    direction : Vello Pähn

    Avec les Étoiles, les Premiers Danseurs et le Corps de ballet de l’Opéra national de Paris

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com