altamusica
 
       aide













 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




L'ACTUALITE DE LA DANSE 12 novembre 2019

Spectacle León & Lightfoot / Van Manen au ballet de l’Opéra de Paris.

Enrichissement et modernité
© Agathe Poupeney

Avec ce programme issu du répertoire du Nederlands Dans Theater avec une reprise maison, le Ballet de l’Opéra fait deux belles acquisitions montrant sa capacité à continuer sa marche dans sa propre époque et à ne pas rester une compagnie musée, mouvement largement initié par Brigitte Lefèvre et qu’Aurélie Dupont semble bien décidée à assumer aussi.
 

Palais Garnier, Paris
Le 14/05/2019
GĂ©rard MANNONI
 



Les 3 dernières critiques de danse

  • LamĂ©, le corps

  • Solde de tout conte

  • Mats Ek, le retour ?

    [ Tout sur la danse ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Belle initiative que de faire entrer ces deux pièces de Sol LeĂłn et Paul Lightfoot au rĂ©pertoire de l’OpĂ©ra en complĂ©tant le programme par les Trois Gnossiennes de Satie chorĂ©graphiĂ©es par Van Maene, dĂ©jĂ  au rĂ©pertoire depuis 2017. Un ensemble contemporain Ă  la fois complĂ©mentaire et diversifiĂ©.

    Figures majeures du Nederlands Dans Theater, Sol León, issue du Ballet national d’Espagne et Paul Lightfoot, issu du Royal Ballet, mari et femme à la ville, forment une équipe de créateurs de très haute qualité, vrais éléments moteurs majeurs de la compagnie néerlandaise. Leur demander de venir travailler sur deux de leurs pièces avec les danseurs de l’Opéra est une expérience aussi enrichissante pour les créateurs que pour les interprètes.

    Pour le spectateur, c’est un contact avec des univers différents, dans un contexte musical et visuel fort. Sleight of hand dont León et Lightfoot signent aussi décors et costumes sous des éclairages savants de Tom Bevoort et avec une musique de Philip Glass, nous plonge dans un univers étrange, qui tient du rituel antique, avec ses deux statues vivantes gigantesques, Eve Grinsztajn et Stéphane Bullion, solidement arrimés sans aucun doute, pour pouvoir bouger en haut de leurs totems d’où tombent jusqu’au sol des voiles noirs, tandis que des créatures assez indéfinissables mais à la gestuelle d’une absolue poésie même quand elle est volontairement mécanique, errent au niveau du sol, se cherchent se trouvent, se séparent.

    Marc Moreau, Ludmila Pagliero, Simon Le Borgne en particulier sont parfaits de précision et d’inspiration. Le travail de bras, de buste, en particulier, est d’une souplesse active, d’une élégance, d’un raffinement que l’on retrouvera dans Speak for yourself, sur des pages de Bach et de Steve Reich, toujours dans des costumes et décors de León et Lightfoot et des lumières de Tom Bevoort.

    Mais ici, c’est un monde de fumée et d’eau qui enveloppe les interprètes, parmi lesquels Fabien Révillon, excellent, Ludmila Pagliero et Hugo Marchand, splendides d’aisance et de grâce, et tous les autres. Un danseur dont le corps fume, ce n’est pas courant. Pas plus que cette pluie fine qui tombe soudain des cintres et fait ruisseler danseurs et plateau, monde magique, irréel, qu’habitent avec toujours un sens poétique accompli l’ensemble des interprètes.

    Tout est construit, pensé, réalisé en une parfaite cohérence entre musique, images et rapport aux corps, dans un langage complexe, très théâtral mais d’une grande beauté qui ne peut laisser quiconque indifférent. Une petite demi-heure de bonheur vrai pour tout amateur de danse capable d’apprécier autre chose que tutus et trente-deux fouettés ! Et vraiment, encore une fois, une splendide acquisition pour la compagnie.

    Et entre ces deux pièces nouvelles ici, la reprise du très délicat Trois Gnossiennes de Satie, de Hans van Manen, climat plus classique, mais très belle démonstration de musicalité subtile avec au piano la toujours excellente Elena Bonnay. Léonore Baulac et Florian Magnenet, la fragilité la plus féminine et la virilité naturelle sans arrogance s’affrontent et se répondent avec une entente et un style dont la perfection laisse rêveur !




    Palais Garnier, Paris
    Le 14/05/2019
    GĂ©rard MANNONI

    Spectacle León & Lightfoot / Van Manen au ballet de l’Opéra de Paris.
    Sleight of Hand
    musique : Phil Glass
    chorégraphie, décors & costumes : Sol León et Paul Lightfoot
    Ă©clairages : Tom Bevoort

    Trois Gnossiennes
    musique : Erik Satie
    chorégraphie : Hans van Manen
    costumes : Joop Stokvis & Hans van Manen
    Ă©clairages : Jan Hofstra

    Speak for yourself
    musique : J.S. Bach
    chorégraphie, décors & costumes : Sol León et Paul Lightfoot
    Ă©clairages : Tom Bevoort
    Elena Bonnay, piano

    Avec les Étoiles, les Premiers Danseurs et le Corps de ballet de l’Opéra national de Paris

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com