altamusica
 
       aide













 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




L'ACTUALITE DE LA DANSE 20 novembre 2019

Tout doit disparaître, de Philippe Decouflé au Théâtre national de Chaillot, Paris.

Solde de tout conte
© Sigrid Colomyes

Star des années 1980-1990, créateur d’une forme gentiment déjantée mêlant danse et cirque, joyeux métissage et kitsch élégant, Philippe Decouflé se voit offrir une rétrospective protéiforme dans les méandres du gigantesque Théâtre de Chaillot. On y débusque du Decouflé comme autant d’œufs de Pâques dans un jardin plus ou moins enchanteur.
 

Théâtre national de Chaillot, Paris
Le 27/09/2019
François FARGUE
 



Les 3 dernières critiques de danse

  • LamĂ©, le corps

  • Solde de tout conte

  • Mats Ek, le retour ?

    [ Tout sur la danse ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • La tentaculaire rĂ©trospective DĂ©couflĂ© au théâtre de Chaillot aura Ă©tĂ© moins la cĂ©lĂ©bration de l’homme que celle d’une Ă©poque dont il ne s’est jamais totalement Ă©mancipĂ©. Cheveux dressĂ©s sur le crâne comme une brosse Ă  reluire, Philippe DĂ©couflĂ© commence dès les annĂ©es 1980 Ă  dĂ©coiffer la scène chorĂ©graphique française largement squattĂ©e par des crĂ©ateurs très diffĂ©rents mais dont le point commun est souvent un discours intellectuel qui se veut d’une certaine volĂ©e.

    Étrangement, même les thuriféraires de cette danse française parfois un rien rébarbative voient en lui une bouffée d’humour et de fraîcheur. Initié au mime par Isaac Alvarez, au cirque par Annie Fratellini et au drolatique psychédélique par Alwin Nikolais, Philippe Découflé fonde sa compagnie DCA (Diversité, Camaraderie, Agilité) en 1983 et gagne la même année le Premier prix du concours de Bagnolet.

    C’est l’année où David Bowie en finit avec sa période expérimentale de la fin des années 1970 et sort Let’s Dance, l’opus le plus délibérément commercial de toute sa carrière. Se réinventant, au dam de ses fans, en costume croisé, cravate comme un héros de Wall Street, Bowie surfe allégrement sur la vague de ces fameuses années fric. Découflé lui rendra du reste un hommage réussi, commande de la Philharmonie de Paris en 2015, et dont certains extraits furent les plus heureux de cette rétrospective.

    Surfant lui aussi sur cette vague chic et choc, Découflé réalise des clips, fait des pubs et est engagé en 1989 par Jean-Paul Goude, emblématique faiseur d’images de cette époque de « fils de pub », pour créer quelques tableaux du défilé du bicentenaire de la Révolution française sur les Champs-Élysées. Clôturant les années 1980 avec panache, il se verra confier la tache de clôturer les Jeux olympiques d’Albertville en 1992. S’ensuivent les pièces de résistance, les Decodex, Shazam et autres Petites Pièces Montées, rigolotes et un peu vides mais électrisées par des personnalités fortes dont le regretté Christophe Salengro et d’autres fidèles qui assurent, dans leur jus, certaines des reprises proposées lors de cette soirée.

    Il n’y a que Découflé lui-même qui n’ait pas vraiment bougé. Même dégaine d’ado dégingandé, même coiffure. Artistiquement, il n’aura pas non plus beaucoup changé. Comme beaucoup, il a continué à faire ce qu’il sait faire le mieux, en l’occurrence du Découflé. Sur la scène de la Salle Jean Vilar, les deux spectacles, pots-pourris rétrospectifs de l’œuvre, sont un peu tristes à regarder même s’il se trouve certains qui rient bruyamment de choses qui ne le sont pas ou plus vraiment. Bien sûr, il y a visuellement de jolis moments et d’autres dont la cocasserie aurait le mérite de moins s’éterniser.

    Entre les spectacles, on était invités à monter et descendre les escaliers infernaux de Chaillot et déambuler dans ses grands espaces. On pouvait y frôler, comme autant de fantômes, des créatures aux belles têtes ou carapaces d’insectes ou autres histrions bigarrés bien décidés à ressusciter notre âme d’enfant et nous entraîner dans ce pays des merveilles d’un autre siècle. Tout doit disparaître, dit justement l’affiche. Et ce n’est pas nous qui le disons.




    Théâtre national de Chaillot, Paris
    Le 27/09/2019
    François FARGUE

    Tout doit disparaître, de Philippe Decouflé au Théâtre national de Chaillot, Paris.
    Tout doit disparaitre de Philippe Decouflé par Compagnie DCA
    Avec :
    Alexandra Naudet, Alice Roland, Aurélien Oudot, Benjamin Lamarche, Clémence Galliard, Christine Bombal, Christophe Waksmann, Coralie Corredor, Daphné Waksmann-Mauger, David Defever, Didier André, Dominique Boivin, Eric Houzelot, Eric Martin, Flavien Bernezet, Herman Diephuis, Julien Ferranti, Lisa Robert, Ludovic Gauthier, Manon Andersen, Matthieu Penchinat, Maxime Rigobert, Meritxell Checa Esteban, Michèle Prélonge, Muriel Corbel, Nancy Rusek, Nathalie Hauwelle, Olivier Simola, Pascale Henrot, Pascale Houbin, Philippe Decouflé, Rosalba Torres, Sean Patrick Mombruno, Sophie Cornille, Stéphane Chivot, Stéphanie Petit, Suzanne Soler, Sylvie Giron, Véronique Defranoux.

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com