altamusica
 
       aide















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




DOSSIERS 26 janvier 2022

CALENDRIER DE L'AVENT
"MOZART 22"

Chaque jour entre le 7 et le 25 décembre 2006, Altamusica vous propose une analyse au crible d'un volet de l'intégrale "MOZART 22" d'Universal Music, captée cet été au festival de Salzbourg, sous forme d'un calendrier de l'avent.
 

Le 22/12/2006

  • 7 dĂ©cembre : Schauspieldirektor - Bastien und Bastienne
  • 8 dĂ©cembre : Il Re Pastore
  • 9 dĂ©cembre : Die EntfĂĽhrung aus dem Serail
  • 10 dĂ©cembre : Ascanio in Alba
  • 11 dĂ©cembre : Die Zauberflöte
  • 12 dĂ©cembre : Irrfahrten I
  • 13 dĂ©cembre : Lucio Silla
  • 14 dĂ©cembre : Zaide · Adama
  • 15 dĂ©cembre : Don Giovanni
  • 16 dĂ©cembre : Apollo et Hyacinthus - Die Schuldigkeit des Ersten Gebots
  • 17 dĂ©cembre : Irrfahrten II & III
  • 18 dĂ©cembre : Così fan tutte
  • 19 dĂ©cembre : Betulia liberata
  • 20 dĂ©cembre : Mitridate
  • 21 dĂ©cembre : La Clemenza di Tito
  • 22 dĂ©cembre : Il Sogno di Scipione
  • 23 dĂ©cembre : Idomeneo
  • 24 dĂ©cembre : La Finta Giardiniera
  • 25 dĂ©cembre : Le Nozze di Figaro



  • Les 3 derniers dossiers

  • L'art de la symphonie

  • Un monument de granit

  • Les cadeaux de NoĂ«l 2013 d'Altamusica

    [ Tous les dossiers ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)



  • Il Sogno di Scipione




    En marge des chefs-d'oeuvre mille fois révérés du divin Mozart, le projet Mozart 22 aura été l'occasion de se faire un avis éclairé sur des aspects plus méconnus de la production du compositeur. Ainsi de ce rarissime Songe de Scipion, ressuscité dans une mise en scène décapante et avec un plateau juvénile. Quelle star en effet ingurgiterait de bon coeur les huit minutes de coloratures de chacun des airs da capo de cette action théâtrale à la louange du non encore honni Colloredo ? Force est pourtant de reconnaître à la musique la même richesse, les mêmes fulgurances de génie que dans un Mitridate ou un Lucio Silla, même si on est encore, bien sûr, au coeur des canons du style de l'époque, et que l'action, de la main de l'incontournable Métastase, demeure des plus conventionnelles.

    Aussi, et sans atteindre à un résultat véritablement original, Michael Sturminger a-t-il choisi d'humaniser cette vaste allégorie en faisant de la Constance le porte-drapeau de la famille et de la respectabilité, et de la Fortune l'enseigne de l'amour libre. Entre les deux, le coeur de Scipion balance, mais ses aïeux, tous beaux exemples de réussite bourgeoise, nourriront sa réflexion, jusqu'à son grand-père Publius qui n'hésitera pas à se relever du cercueil pour lui faire méditer l'exemple du chêne qui perd ses feuilles mais consolide ses racines dans l'adversité. Puis, à l'heure où le jouisseur Scipion doit choisir la Constance, il se retrouve dans sa chambre d'hôtel, et la femme de chambre lui offre la pomme de la discorde. Il la choisira elle contre la Constance-Minerve et la Fortune-Junon. Petite odeur de brûlé


    Dans la fosse, le tout jeune Robin Ticciati dirige avec engagement un Orchestre de Carinthie efficace mais lesté par des cors souvent encombrants, et un plateau
    problématique. On sent que les chanteurs adhèrent pleinement au projet et le défendent de toutes leurs forces, mais c'est hélas où le bât blesse. Iain Paton est proche de l'impossible, Blagoj Nacoski se dépêtre à peine du deuxième air – il est vrai très ardu – de Scipion, Robert Sellier surnage honnêtement au-dessus de ses collègues masculins, et si Louise Fribo fait étal d'une belle agilité et de belles intentions, le timbre reste un peu blanc. En face, Bernarda Bobro essaie de pétiller avec des aigus bien petits et un timbre pointu, tandis qu'Anna Kovalko affiche une voix monolithique et un peu dans le gras.

    La mise en scène fonctionne sans échapper toujours aux clichés – encore et toujours la bourgeoisie et ses cocktails Ferrero rocher – et en évacuant beaucoup du sens de l'oeuvre au profit d'une légèreté pas toujours justifiée, et le plateau reste très ordinaire. Décevant, en tout cas pour Salzbourg.


    Thomas COUBRONNE




    Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791)
    Il Sogno di Scipione, azione teatrale, K. 126 (1771)
    Livret de Pietro Metastasio

    Blagoj Nacoski (Scipione)
    Louise Fribo (La Costanza)
    Bernarda Bobro (La Fortuna)
    Iain Paton (Publio)
    Robert Sellier (Emilio)
    Anna Kovalko (soprano solo)

    Chor des Stadttheathers Klagenfurt
    Kärntner Sinfonieorchester
    direction : Robin Ticciati
    mise en scène : Michael Sturminger
    décors et costumes : Renate Martin & Andreas Donhauser
    préparation des choeurs : Alexander Kowalsky
    Enregistrement : Salzburg, Große Universitätsaula, 16-18/082006

    1DVD Deutsche Grammophon « Mozart 22 Â» 073 4249


     

    Thomas COUBRONNE
  • 7 dĂ©cembre : Schauspieldirektor - Bastien und Bastienne
  • 8 dĂ©cembre : Il Re Pastore
  • 9 dĂ©cembre : Die EntfĂĽhrung aus dem Serail
  • 10 dĂ©cembre : Ascanio in Alba
  • 11 dĂ©cembre : Die Zauberflöte
  • 12 dĂ©cembre : Irrfahrten I
  • 13 dĂ©cembre : Lucio Silla
  • 14 dĂ©cembre : Zaide · Adama
  • 15 dĂ©cembre : Don Giovanni
  • 16 dĂ©cembre : Apollo et Hyacinthus - Die Schuldigkeit des Ersten Gebots
  • 17 dĂ©cembre : Irrfahrten II & III
  • 18 dĂ©cembre : Così fan tutte
  • 19 dĂ©cembre : Betulia liberata
  • 20 dĂ©cembre : Mitridate
  • 21 dĂ©cembre : La Clemenza di Tito
  • 22 dĂ©cembre : Il Sogno di Scipione
  • 23 dĂ©cembre : Idomeneo
  • 24 dĂ©cembre : La Finta Giardiniera
  • 25 dĂ©cembre : Le Nozze di Figaro
  •  


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com