altamusica
 
       aide















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




DOSSIERS 06 décembre 2021

CALENDRIER DE L'AVENT
"MOZART 22"

Chaque jour entre le 7 et le 25 décembre 2006, Altamusica vous propose une analyse au crible d'un volet de l'intégrale "MOZART 22" d'Universal Music, captée cet été au festival de Salzbourg, sous forme d'un calendrier de l'avent.
 

Le 25/12/2006

  • 7 dĂ©cembre : Schauspieldirektor - Bastien und Bastienne
  • 8 dĂ©cembre : Il Re Pastore
  • 9 dĂ©cembre : Die EntfĂĽhrung aus dem Serail
  • 10 dĂ©cembre : Ascanio in Alba
  • 11 dĂ©cembre : Die Zauberflöte
  • 12 dĂ©cembre : Irrfahrten I
  • 13 dĂ©cembre : Lucio Silla
  • 14 dĂ©cembre : Zaide · Adama
  • 15 dĂ©cembre : Don Giovanni
  • 16 dĂ©cembre : Apollo et Hyacinthus - Die Schuldigkeit des Ersten Gebots
  • 17 dĂ©cembre : Irrfahrten II & III
  • 18 dĂ©cembre : Così fan tutte
  • 19 dĂ©cembre : Betulia liberata
  • 20 dĂ©cembre : Mitridate
  • 21 dĂ©cembre : La Clemenza di Tito
  • 22 dĂ©cembre : Il Sogno di Scipione
  • 23 dĂ©cembre : Idomeneo
  • 24 dĂ©cembre : La Finta Giardiniera
  • 25 dĂ©cembre : Le Nozze di Figaro



  • Les 3 derniers dossiers

  • L'art de la symphonie

  • Un monument de granit

  • Les cadeaux de NoĂ«l 2013 d'Altamusica

    [ Tous les dossiers ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)



  • Le Nozze di Figaro




    Vous vous en doutiez depuis le début de ce calendrier de l'avent. Les Noces de Claus Guth et Nikolaus Harnoncourt sous le sapin, forcément ! Vous pensiez probablement qu'Altamusica faisait sciemment durer le plaisir, rien que pour vous sentir trépigner d'impatience devant votre écran. Même pas ! Car hormis le fait que ce DVD est un peu le couronnement du projet Mozart 22, Altamusica a dû faire comme tout un chacun, jongler avec le coup vache d'Universal qui a décidé de sortir au détail chaque volet de l'intégrale, sauf évidémment ces Noces DG accessibles aux seuls acheteurs du coffret complet. Pas fou, le label jaune !

    Mais que voulez-vous, business is business, surtout en la pĂ©riode de dĂ©liement de bourse des fĂŞtes de fin d'annĂ©e. Et entre le grand succès critique comme public de la production et une Netrebkomania galopante, l'occasion Ă©tait trop belle. Pour les budgets les plus modestes, pas d'inquiĂ©tude toutefois, car ce « clou du spectacle Â» fort attendu sera disponible sĂ©parĂ©ment, d'ici la prochaine canicule de juillet 2007. Patience et longueur de temps…

    Cela dit, et sans vouloir encourager cette pratique mercantile, considérant le prix des DVD au détail (de 23 à 28 euros pendant la courte période de promotion), vous avez franchement intérêt à investir les 360 euros que coûte pour le moment la boîte complète. Car pour avoir vu cet été à Salzbourg l'engagement de toute l'équipe d'Unitel, nous pensons en toute sincérité qu'une telle somme est tout à fait modique par rapport à la logistique impressionnante déployée dans la ville de Mozart et au travail pharaonique qu'a pu représenter la captation en direct, sur tout juste un mois, de vingt-deux ouvrages lyriques, dans des lieux pas toujours évidents à filmer, et avec des aléas de distribution qui n'ont pas dû rendre la tâche plus facile.

    Mais revenons à nos moutons. Nous n'avions qu'une véritable crainte concernant cette parution : qu'elle ne retransmette pas intacte la poésie désabusée et crépusculaire perçue en salle. C'était sans compter sur le métier de Brian Large qui a su, malgré quelques gros plans qui enfoncent le clou, capter à merveille l'atmosphère désillusionnée et les subtilités de la mise en scène de Claus Guth, rendant chaque mimique, chaque attitude, chaque expression des corps et des visages plus fortes encore qu'en direct.

    Loin de l'esprit d'une folle journée, par leur constat amer de la fidélité impossible, de l'incontournable des crises conjugales, ces Noces ne seront certainement pas du goût de tous, mais rarement l'ouvrage aura semblé aussi riche, aussi puissant dans sa dramaturgie, aussi ambigu dans son message. Vous n'y rirez guère, mais vous serez sans doute bouleversé par la force de la conception, des images, et l'immense poésie qui se dégage du personnage inquiétant et fascinant du Cherubim, qui tire les ficelles et gouverne aux réactions et aux actes des protagonistes.

    La direction très lente d'Harnoncourt – trop lente dans la trajectoire péniblement érigée du II – qui va dans le même sens du refus du comique boulevardier, propose un second degré nettement plus grinçant, plus acéré que de coutume, et érige une chape de plomb dévoilant la face cachée de la comédie, ses arrière-plans presque tragiques – une ouverture à l'arrêt, des accents assénés avec le même poids que les trois couples semblent porter sur leurs épaules abattues au lever de rideau.

    La distribution passe idéalement à la captation, particulièrement le Comte de Bo Skovhus, tellement plus usé en vrai, qui chante ici encore beau, toujours aussi psychotique, assoiffé de sexe et incapable de réfréner ses élans, tout comme la Comtesse plus névrosée qu'une Maréchale, presque expressionniste de Dorothea Röschmann, avec ses habituelles inégalités de l'émission, fêlure dans le timbre et instabilité de l'aigu, mais aussi ce feu sacré si rare aujourd'hui.

    Les autres sont conformes au souvenir qu'on en avait : Ildebrando D'Arcangelo un Figaro toujours aussi royal sinon plus, présence mâle et latine à la Siepi, personnage tout d'un bloc, sans états d'âme, bien plus probant encore, vocalement surtout, que son Leporello pour Kušej ; Anna Netrebko la Susanne à personnalité dont on avait toujours rêvé, au médium sombre et corsé – rappelons une fois encore que la créatrice était mezzo –, jamais soubrette ou colorature, et dont le timbre se marie à la perfection avec le grain noir de D'Arcangelo ; Christine Schäfer ce Chérubin introverti, un peu dépressif en quête d'amour, très subtilement chanté et caractérisé, malgré une certaine blancheur de l'émission.

    Vous l'aurez compris, cette production fantastique a changé notre regard sur l'ouvrage, l'a enrichi d'une dose de désillusion – thème bien présent dans l'œuvre de Mozart – à un degré que l'on pourra sans doute juger excessif, mais avec une telle intelligence et une telle profondeur que l'on n'en ressortira pas indemne. Si vous voulez apprendre vos Noces, lorgnez d'abord du côté du DVD Bel Air de Martinoty et Jacobs, mais pour les approfondir ou vous les rendre plus indispensables encore, celles de Claus Guth sont pour vous, avec leurs feuilles mortes, leur atmosphère à la Bergman et leur ange de la désillusion infiniment poétiques.


    Yannick MILLON




    Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791)
    Le Nozze di Figaro, opera buffa en quatre actes, K. 492 (1786)
    Livret de Lorenzo da Ponte

    Ildebrando D'Arcangelo (Figaro)
    Anna Netrebko (Susanna)
    Bo Skovhus (Il Conte di Almaviva)
    Dorothea Röschmann (La Contessa di Almaviva)
    Christine Schäfer (Cherubino)
    Marie McLaughlin (Marcellina)
    Franz-Josef Selig (Bartolo)
    Patrick Henckens (Basilio)
    Oliver Ringelhahn (Don Curzio)
    Florian Boesch (Antonio)
    Eva Liebau (Barbarina)
    Uli Kirsch (Cherubim)

    Konzertvereinigung Wiener Staatsopernchor
    Wiener Philharmoniker
    direction : Nikolaus Harnoncourt
    mise en scène : Claus Guth
    décors et costumes : Christian Schmidt
    chorégraphie : Ramses Sigl
    préparation des choeurs : Andreas Schüller
    Enregistrement : Salzburg, Haus fĂĽr Mozart, 22-26/07/2006

    2DVD Deutsche Grammophon « Mozart 22 Â» 073 4245


     

    Yannick MILLON
  • 7 dĂ©cembre : Schauspieldirektor - Bastien und Bastienne
  • 8 dĂ©cembre : Il Re Pastore
  • 9 dĂ©cembre : Die EntfĂĽhrung aus dem Serail
  • 10 dĂ©cembre : Ascanio in Alba
  • 11 dĂ©cembre : Die Zauberflöte
  • 12 dĂ©cembre : Irrfahrten I
  • 13 dĂ©cembre : Lucio Silla
  • 14 dĂ©cembre : Zaide · Adama
  • 15 dĂ©cembre : Don Giovanni
  • 16 dĂ©cembre : Apollo et Hyacinthus - Die Schuldigkeit des Ersten Gebots
  • 17 dĂ©cembre : Irrfahrten II & III
  • 18 dĂ©cembre : Così fan tutte
  • 19 dĂ©cembre : Betulia liberata
  • 20 dĂ©cembre : Mitridate
  • 21 dĂ©cembre : La Clemenza di Tito
  • 22 dĂ©cembre : Il Sogno di Scipione
  • 23 dĂ©cembre : Idomeneo
  • 24 dĂ©cembre : La Finta Giardiniera
  • 25 dĂ©cembre : Le Nozze di Figaro
  •  


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com