altamusica
 
       aide















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
dťsinscription




DOSSIERS 02 octobre 2022

Présidentielle 2007 :
Trois questions à nos candidats

Dans quelques jours, les Français devront désigner les deux candidats qui s'affronteront au second tour de l'élection présidentielle. En exclusivité, Altamusica a posé trois questions aux quatre candidats susceptibles de passer le premier tour. Voici leurs réponses, affichées par ordre alphabétique. Aux urnes, citoyens !
 

Le 13/04/2007
Propos recueillis par Nicole DUAULT
 
  • La musique est-elle un art de divertissement ou une composante √† part enti√®re de la culture g√©n√©rale ?
  • On entend souvent dire que la musique classique est √©litiste. Qu'en pensez-vous ?
  • La vie musicale doit-elle continuer √† √™tre essentiellement g√©r√©e par l'√Čtat ?



  • Les 3 derniers dossiers

  • L'art de la symphonie

  • Un monument de granit

  • Les cadeaux de No√ęl 2013 d'Altamusica

    [ Tous les dossiers ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)





  • Fran√ßois BAYROU : La musique classique en elle-m√™me n'est pas √©litiste, c'est son syst√®me de ¬ę distribution ¬Ľ qui la r√©serve tr√®s souvent aux classes ais√©es ¬Ė lieux de prestige dans le centre des villes et prix des places. Sa place n√©gligeable dans l'√©ducation nationale l'isole du grand public. Il faut donc davantage d'√©ducation artistique dans les programmes scolaires d√®s le plus jeune √Ęge.

     



    Jean-Marie LE PEN : On rejoint ici le probl√®me de la d√©mocratisation culturelle, qui, en r√©alit√©, a peu progress√© sur ces trente derni√®res ann√©es. Plusieurs actions doivent √™tre mises en place : cr√©er un ch√®que-culture national donnant droit √† des places gratuites ou √† tarif r√©duit dans les mus√©es et les salles de spectacle, favoriser la cr√©ation d'associations du public et leur donner une place dans les conseils d'administration des institutions culturelles, d√©velopper les enseignements artistiques √† l'√©cole et en fait, commencer par relever le niveau g√©n√©ral ¬Ė catastrophique ¬Ė de l'√©ducation nationale.

     



    S√©gol√®ne ROYAL : Je n'aime pas trop opposer une culture du peuple √† une culture de l'√©lite. Pourtant, les pratiques culturelles ne se sont pas assez d√©mocratis√©es : le public des concerts classiques est essentiellement compos√© de cat√©gories sociales favoris√©es. La pratique d'un instrument concerne moins de 10% de la population. Je me rappelle un concert de musique classique que j'ai organis√© en Poitou-Charentes dans l'atelier de chaudronnerie d'un lyc√©e professionnel. Les √©l√®ves pensaient que ce genre de musique n'√©tait pas pour eux. Eh bien si ! Mais c'est √† l'√©cole de leur donner un ticket d'entr√©e pour cet univers qui ne leur est pas familier. Toutes les enqu√™tes men√©es par le minist√®re de la culture depuis vintgt-cinq ans montrent en effet que les pratiques culturelles sont d√©termin√©es par les habitudes prises dans l'enfance. Je regrette vivement, √† ce titre, que le gouvernement actuel ait sabord√© le plan Arts √† l'√©cole mis en place en 2001. Je crois donc que l'√©cole a un r√īle tr√®s important √† jouer pour d√©mocratiser l'acc√®s √† la culture.

     



    Nicolas SARKOZY : Les musiques dites ¬ę classiques ¬Ľ sont par d√©finition les plus populaires puisque ce sont celles qui ont transcend√© le temps, les modes, les soci√©t√©s, pour parvenir jusqu'√† nous. La musique de Mozart et de Beethoven √©tait peut-√™tre r√©volutionnaire, voire √©litiste du temps de leurs contemporains, mais comment pr√©tendre qu'elle n'est pas populaire ? Le nombre de personnes ayant √©cout√© cette musique depuis plusieurs si√®cles est tout simplement incalculable ! M√™me les musiques que certains fonctionnaires de la culture nomment ¬ę musiques actuelles ¬Ľ, m√™me les groupes de rock les plus contemporains, tirent leurs harmonies du syst√®me tonal invent√© par Bach et Rameau. Et je ne parle m√™me pas des films de cin√©ma et des publicit√©s qui recourent √† Schubert, Chostakovitch ou Faur√© pour cr√©er une atmosph√®re ou faire aimer leurs produits. En v√©rit√©, ces musiques sont universelles.

    Au sein de la musique classique, il existe toutefois des niveaux de difficult√© diff√©rents. C'est pourquoi il est important de transmettre aux jeunes g√©n√©rations les cl√©s permettant de comprendre le langage musical des grands compositeurs qui jalonnent notre histoire, et √©viter que le champ de leurs connaissances et de leurs go√Ľts ne se r√©tr√©cissent aux courants les plus √† la mode et aux musiques les moins difficiles. Par ailleurs, la frange contemporaine des musiques savantes reste d'un acc√®s d√©licat pour la plupart des non initi√©s. C'est la raison pour laquelle l'√©ducation artistique est une mission fondamentale qu'il convient de mieux assumer.

     

  • La musique est-elle un art de divertissement ou une composante √† part enti√®re de la culture g√©n√©rale ?
  • On entend souvent dire que la musique classique est √©litiste. Qu'en pensez-vous ?
  • La vie musicale doit-elle continuer √† √™tre essentiellement g√©r√©e par l'√Čtat ?
  •  


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com