altamusica
 
       aide















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




DOSSIERS 26 septembre 2018

51e Concours de Jeunes Chefs d’Orchestre de Besançon

Kazuki Yamada

Alors que la majorité des épreuves du Concours de Jeunes Chefs d’Orchestre de Besançon sont diffusées pour la première fois en direct puis en accès différé sur le site Arte Live Web, Altamusica vous propose de retrouver, sous la forme d’un blog tenu phase après phase par Yannick Millon, suiveur attentif de la compétition, un résumé des principaux événements du plus coté des concours de direction d’orchestre.
 

Le 14/09/2009
Propos recueillis par Yannick MILLON
 
  • Les 20 candidats
  • Le jury
  • 1/8 de Finale
  • 1/4 de Finale
  • 1/2 Finale Opéra
  • 1/2 Finale Oratorio
  • Finale



  • Les 3 derniers dossiers

  • L'art de la symphonie

  • Un monument de granit

  • Les cadeaux de Noël 2013 d'Altamusica

    [ Tous les dossiers ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)



  • 1/8 de Finale
    Lundi 14 septembre – Kursaal
    Mozart : Ouverture de la Flûte enchantée
    Beethoven : Symphonie n° 5 (premier mouvement)
    Orchestre de Besançon Franche-Comté


    Le moins que l’on puisse dire, c’est que la première fournée de cinq candidats qui ouvre le bal du CJCO 2009 n’a vraiment pas de quoi donner le vertige. Certains suivent l’orchestre au lieu de le conduire, d’autres se contorsionnent en des positions invraisemblables, d’autres encore s’attardent à ce qui deviendra vite une mode : le bricolage, soit un rudimentaire travail de correction de nuances, de dynamiques, de mise en place de la fugue mozartienne énoncée par des seconds violons très fragiles. Beaucoup de cafouillages aussi, d’enthousiasme desservi par un manque évident de maîtrise.

    Alexander Prior

    La principale déception provient du prodige britannique Alexander Prior, sans doute par trop annoncé comme le nouveau Lionel Bringuier, et qui, du haut de ses 16 ans et malgré un bouillonnement intérieur manifeste, a beaucoup de mal à canaliser l’énergie dans ses bras immenses, et semble, dans Mozart, diriger les masses de la 8e symphonie de Mahler, avec force hystérie et grognements.

    Kazuki Yamada

    Le seul candidat de cette série – et de la journée entière – qui semble avoir vraiment compris l’atmosphère magique, le « Zauber » de Zauberflöte, c’est le quart de finaliste malheureux d’il y a deux ans, le Japonais Kazuki Yamada, qui en deux accords, sans prononcer un mot, trouve le juste équilibre, la juste sonorité, et donne au portique de l’ouverture de Mozart une dimension d’espace mystérieux épatante. C’est aussi jusqu’ici le seul chef doté d’un vrai centre de gravité, qui lui vaut un total contrôle du tempo et lui évite l’écueil de la précipitation.

    Alexandra Cravero

    Après la pause, on retrouve une partie de l’atmosphère de magie mozartienne instillée par Yamada, sous la baguette de la Française Alexandra Cravero, attentive à la lumière et à la couleur, à créer une dramaturgie, et qui offre un vrai travail d’orchestre détaillé, conduit, articulé, logique, sachant se donner les moyens de parvenir au but fixé.

    Marek Šedivý / Matthew Wood

    On remarque aussi la technique, la gestique forte du Tchèque Marek Šedivý, dont on regrette pourtant beaucoup le côté ancienne école, les pesanteurs dans ce répertoire classique. Tout l’inverse de l’Australien Matthew Wood, le seul à travailler en divisi et à lorgner vraiment du côté des baroqueux, y compris pour ce qui est de la dispersion corporelle.

    Henry Shin / Andrew Gourlay / Yuko Tanaka

    À 20h débute la longuette troisième série, qui verra alterner des candidats aux niveaux très variables. On note les traits d’humour du Coréen Henry Shin, qui demande des sforzandi à la manière « d’un chien qui éternue », l’enthousiasme et les gestes de pantin désarticulé du Britannique Andrew Gourlay, et enfin le côté anguleux et art martial, très efficace mais malheureusement relayé par un travail aux limites de l’indigence, de la battue de la Japonaise Yuko Tanaka.

    Marzena Diakun / Domingo García / Rossen Gergov

    Après une ultime pause, on se réveille enfin avec les cinq appelés qui entament la dernière ligne droite. On apprécie la malice mozartienne de la Polonaise Marzena Diakun, qui file son travail de répétition sans partition, et on retient surtout les prestations du Vénézuélien Domingo García, beau geste, belle présence, belle autorité, précision dans le travail, et une gestique qui aide beaucoup les musiciens dans les dédales rythmiques beethovéniens, et du Bulgare Rossen Gergov, qui dirige un peu à la cravache, sacrifiant au passage l’une de ses baguettes, mais sait aussi, en évoquant l’ut mineur du royaume de la Reine de la Nuit, régler la couleur d’un accord en deux mots, là où d’autres perdraient de précieuses minutes à travailler par empilement.

    À l’issue de cette copieuse journée, de celles qui se terminent souvent par un bon mal de crâne, les délibérations sont relativement courtes, et, aux dires du président du jury Jiří Bělohlávek, plutôt aisées. Sans surprise, Kazuki Yamada, Alexandra Cravero, Domingo García et Rossen Gergov accèdent à l’étape suivante. Comme les quarts de finale peuvent compter jusqu’à dix candidats, l’occasion est idéale pour entendre plus avant Alexander Prior, Marek Šedivý, Henry Shin, Andrew Gourlay et Yuko Tanaka.

    Tomohiro Seyama

    La sélection qui nous surprend le plus est celle du Japonais Tomohiro Seyama, d’une grande efficacité gestique mais d’une brutalité dépourvue de toute noblesse dans Mozart qui nous avait vraiment rebuté. Précisons cependant que par souci d’objectivité, on avait soigneusement évité de lire les biographies et le pedigree des candidats avant de les voir à l’œuvre pour cette épreuve liminaire, ce qui aurait forcément orienté d’une manière ou d’une autre notre ressenti.




    Complément :
    Vidéo ARTE de résumé des 1/8 de Finale


     

    Yannick MILLON
  • Les 20 candidats
  • Le jury
  • 1/8 de Finale
  • 1/4 de Finale
  • 1/2 Finale Opéra
  • 1/2 Finale Oratorio
  • Finale
  •  


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com