altamusica
 
       aide















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




DOSSIERS 20 avril 2018

51e Concours de Jeunes Chefs d’Orchestre de Besançon

Kazuki Yamada

Alors que la majorité des épreuves du Concours de Jeunes Chefs d’Orchestre de Besançon sont diffusées pour la première fois en direct puis en accès différé sur le site Arte Live Web, Altamusica vous propose de retrouver, sous la forme d’un blog tenu phase après phase par Yannick Millon, suiveur attentif de la compétition, un résumé des principaux événements du plus coté des concours de direction d’orchestre.
 

Le 15/09/2009
Propos recueillis par Yannick MILLON
 
  • Les 20 candidats
  • Le jury
  • 1/8 de Finale
  • 1/4 de Finale
  • 1/2 Finale Opéra
  • 1/2 Finale Oratorio
  • Finale



  • Les 3 derniers dossiers

  • L'art de la symphonie

  • Un monument de granit

  • Les cadeaux de Noël 2013 d'Altamusica

    [ Tous les dossiers ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)



  • 1/4 de Finale
    Mardi 15 septembre – Kursaal
    Verdi : Ouverture de la Force du destin
    Janáček : Taras Bulba (premier et deuxième mouvements)
    BBC Symphony Orchestra


    Après la période classique, incursion dans le lyrisme romantique et le raffinement timbrique de la musique tchèque. Le CJCO de Besançon est admirablement conçu en ce qu’il permet de balayer le plus largement la notion de grand répertoire, afin de jauger au mieux la vastitude du bagage musical des candidats.

    Devant les caméras d’ARTE, qui commence sa diffusion intégrale des épreuves sur Internet, l’Orchestre de Besançon a cédé la place à celui de la BBC, et en conséquence, devant le niveau de la formation britannique, les chefs se font moins loquaces, quitte à en perdre parfois l’usage de la parole. On a même l’impression que certains n’attendent qu’une chose, le tintement de la cloche salvatrice secouée par la compositrice et membre du jury Édith Canat de Chizy pour annoncer la fin de leur tour.



    Dernière candidate française en lice, Alexandra Cravero fait plutôt bonne impression dans Verdi, mais semble moins à son aise face à l’orchestre, notamment pour ce qui est de s’exprimer en anglais. Surtout, son travail sur Janáček s’avère décevant par rapport à hier.



    Marek Šedivý, qui commence par une déclaration d’admiration d’une honnêteté douteuse vis-à-vis de l’orchestre, paraît toujours aussi balourd dans un Verdi d’une lenteur écrasante, dépourvue de toute italianità. En bon musicien d’Europe centrale, il se tirera nettement mieux de Taras Bulba, avec enfin un vrai sentiment de naturel dans une partition sous sa baguette.



    Andrew Gourlay, qui ne nous avait pas vraiment emballé jusqu’à présent, offre enfin la flamme qu’appelle la Force du destin, et se rapproche du bon tempo, avec un excellent tranchant. Son Janáček sonne, il fait confiance à l’orchestre, sans trop décomposer ni vraiment travailler non plus.



    Toujours friand d’anecdotes, Henry Shin, dont ce sera le tour de casser sa baguette, poursuit son travail imagé, en demandant aux instrumentistes de reproduire dans Verdi l’effet de « l’explosion d’une pastèque » ! Reste que son travail sur Taras Bulba semblera interminable.



    Quant à la toute menue Yuko Tanaka, elle en impose par ses coups de sabre dans un Verdi à la poigne de fer, d’une énergie conquérante, qui obtient par le seul geste un maximum de données pour lesquelles tant d’autres ont besoin de recourir à la parole. Dans Janáček, elle joue la prudence en décomposant pour que l’orchestre reste bien sur les rails, avec un petit côté martial.



    Le soir, Tomohiro Seyama dirige concentré, à la Ozawa, et se fait très bien comprendre. Surtout, il parvient à insuffler à l’orchestre un cantabile inédit jusqu’alors dans Taras Bulba.



    Effet inverse avec Domingo García, qui s’échoue dans un Verdi éléphantesque, gras, du goût le moins italien, et de la même manière dans un Janáček ultra romantique, quasi mahlérien, où tout sonne trop fort et épais. La grande déception du jour.



    Kazuki Yamada efface cette déconvenue en trois accords de Verdi, qu’il veut courts, serrés, intenses. Du bout du geste, il parvient à des micro-nuances et à un climat central d’un magnifique lyrisme sans sentimentalité, tout comme il parviendra à un excellent équilibre entre main de fer et liberté pour les solistes instrumentaux dans Janáček. On sent surtout à nouveau un vrai métier.



    Si l’on n’avait pas été très sensible aux options du tout jeune Alexander Prior hier, on ne peut plus regarder ce soir sa gestique convulsive et tout sauf économe, ni endurer le contre-sens de son Verdi d’une incommensurable pesanteur, de son Janáček englué, dilué, figé, là encore complètement en dehors des réalités de la partition.



    En contraste, Rossen Gergov, qui ressemble décidément beaucoup à Roberto Alagna, dont il a même les intonations de la voix parlée, n’en apparaît que plus comme l’un des favoris du concours. Les silences de son Verdi sont habités, son tempo avance avec un vrai feu intérieur et de l’électricité, son Janáček, vif et acéré, très Mitteleuropa, ne s’enlise à aucun moment. On se rapproche de vraies sonorités d’orchestre typiquement XXe, un peu à la Bartók.

    Les délibérations se font plus longues, moins évidentes, pour savoir qui accédera à la demi-finale en deux parties de demain, l’étape sans doute la plus complexe. Cette fois, l’écrémage est moindre, six des dix candidats pouvant espérer participer aux épreuves d’opéra et d’oratorio. Sans surprise, Kazuki Yamada, Rossen Gergov et Tomohiro Seyama, les trois plus brillants de la journée, sont qualifiés. Domingo García est maintenu lui aussi malgré ses errances, tout comme les outsiders Henry Shin et Yuko Tanaka.

    Dommage pour Andrew Gourlay, qui avait pourtant signé l’un des meilleurs Verdi de cette confrontation ! On s’interrogera d’ailleurs sur la part accordée par le jury à la technique et au travail purement musical, ce dernier nous paraissant la pierre d’achoppement pour une majorité des concurrents.




    Complément :
    Vidéo ARTE de l’intégralité des 1/4 de Finale – Épreuve de l’après-midi
    Vidéo ARTE de l’intégralité des 1/4 de Finale – Épreuve du soir


     

    Yannick MILLON
  • Les 20 candidats
  • Le jury
  • 1/8 de Finale
  • 1/4 de Finale
  • 1/2 Finale Opéra
  • 1/2 Finale Oratorio
  • Finale
  •  


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com