altamusica
 
       aide















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




DOSSIERS 01 octobre 2022

CALENDRIER DE L'AVENT
"MOZART 22"

Chaque jour entre le 7 et le 25 décembre 2006, Altamusica vous propose une analyse au crible d'un volet de l'intégrale "MOZART 22" d'Universal Music, captée cet été au festival de Salzbourg, sous forme d'un calendrier de l'avent.
 

Le 15/12/2006

  • 7 dĂ©cembre : Schauspieldirektor - Bastien und Bastienne
  • 8 dĂ©cembre : Il Re Pastore
  • 9 dĂ©cembre : Die EntfĂĽhrung aus dem Serail
  • 10 dĂ©cembre : Ascanio in Alba
  • 11 dĂ©cembre : Die Zauberflöte
  • 12 dĂ©cembre : Irrfahrten I
  • 13 dĂ©cembre : Lucio Silla
  • 14 dĂ©cembre : Zaide · Adama
  • 15 dĂ©cembre : Don Giovanni
  • 16 dĂ©cembre : Apollo et Hyacinthus - Die Schuldigkeit des Ersten Gebots
  • 17 dĂ©cembre : Irrfahrten II & III
  • 18 dĂ©cembre : Così fan tutte
  • 19 dĂ©cembre : Betulia liberata
  • 20 dĂ©cembre : Mitridate
  • 21 dĂ©cembre : La Clemenza di Tito
  • 22 dĂ©cembre : Il Sogno di Scipione
  • 23 dĂ©cembre : Idomeneo
  • 24 dĂ©cembre : La Finta Giardiniera
  • 25 dĂ©cembre : Le Nozze di Figaro



  • Les 3 derniers dossiers

  • L'art de la symphonie

  • Un monument de granit

  • Les cadeaux de NoĂ«l 2013 d'Altamusica

    [ Tous les dossiers ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)



  • Don Giovanni




    Revoilà donc le premier spectacle de l'ère Ruzicka à Salzbourg, ce Don Giovanni de 2002 repris en 2003, aux éclairages bleutés cliniques, à l'atmosphère de bloc opératoire, où le héros est présenté comme une victime des femmes et de leurs tenues légères, pourchassé toute l'action durant par des soeurs de Proserpine en sous-vêtements Palmers. Seulement, le tombeur de Séville, plus névropathe que jamais, ne meurt plus bêtement assassiné par son valet comme il y a quatre ans, mais contraint ce dernier à le poignarder en voulant l'emmener de force avec lui aux enfers. Nuance. De même, l'idée stupide de la bataille de boules de neige avortée au tomber de rideau a été abandonnée, tout comme un grand nombre de détails modifiés. Surtout, sans être pour autant renversante, loin de là, la production de Martin Kušej passe plutôt bien l'épreuve de la captation, dont les gros plans fréquents évitent le sentiment de vide ressenti en salle, où les misérables personnages semblaient errer indéfiniment dans un décor glacial. Quant à savoir à quel point le spectacle supportera le revisionnage


    Après les trésors analytiques et le rubato parfois insensé de Nikolaus Harnoncourt, la vision de Daniel Harding paraîtra plus passe-partout, surtout dans une prise de son où bon nombre de ses accents impitoyables semblent émoussés par rapport à la réprésentation du 18 août, et où l'orchestre sonne moins présent.

    Réduit progressivement à un animal mâchonnant au nez bouché, le Commandeur de Robert Lloyd est à la scène du souper tout simplement épouvantable. Sans être à ce point décati, Thomas Hampson reste un monument de grisaille vocale, d'érosion du timbre, à bout, mais du moins est-il conforme à la victime voulue par Kušej et a-t-il cette fois laissé en coulisses l'affreux Sprechgesang que lui tolérait Harnoncourt. Le reste de la distribution évolue heureusement beaucoup plus haut.

    L'Elvire infiniment touchante, à l'aigu fragilement lumineux de Melanie Diener est l'un des rares êtres véritablement de chair d'un spectacle déshumanisé. Même convalescente – elle sera remplacée certains soirs par l'impossible Michaela Kaune –, elle négocie au mieux un Mi tradì où le tempo de Harding la laisse respirer quand Harnoncourt l'asphyxiait. Succédant à une Anna Netrebko autrement éloquente, Christine Schäfer use de toutes les ficelles rhétoriques possibles – avec un succès certain – pour faire oublier que Donna Anna est trop large pour elle – au I surtout – et finit par abattre les résistances. Ildebrando D'Arcangelo est un Leporello sombre et cuivré, magnifiquement en voix, parfois un rien dans le goitre, Isabel Bayrakdarian une Zerline très accrochée, au caractère bien trempé, Luca Pisaroni un Masetto jeune et somptueux de ligne, jamais forcé, en somme la basse mozartienne idéale. Mention spéciale enfin pour le Don Ottavio de Piotr Beczala, grand tenore di grazia du moment, dont la suavité et l'aigu radieux semblent sans concurrence dans ce répertoire.


    Yannick MILLON




    Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791)
    Don Giovanni, dramma giocoso en deux actes, K. 527 (1787)
    Livret de Lorenzo Da Ponte

    Thomas Hampson (Don Giovanni)
    Ildebrando D'Arcangelo (Leporello)
    Robert Lloyd (le Commandeur)
    Christine Schäfer (Donna Anna)
    Piotr Beczala (Don Ottavio)
    Melanie Diener (Donna Elvira)
    Isabel Bayrakdarian (Zerlina)
    Luca Pisaroni (Masetto)

    Konzertvereinigung Wiener Staatsopernchor
    Wiener Philharmoniker
    direction : Daniel Harding
    mise en scène : Martin Kušej
    décors : Martin Zehetgruber
    costumes : Heide Kastler
    préparation des choeurs : Thomas Lang
    Enregistrement : Salzburg, GroĂźes Festspielhaus, 11-15/08/2006

    2DVD Decca « Mozart 22 Â» 074 3162


     

    Yannick MILLON
  • 7 dĂ©cembre : Schauspieldirektor - Bastien und Bastienne
  • 8 dĂ©cembre : Il Re Pastore
  • 9 dĂ©cembre : Die EntfĂĽhrung aus dem Serail
  • 10 dĂ©cembre : Ascanio in Alba
  • 11 dĂ©cembre : Die Zauberflöte
  • 12 dĂ©cembre : Irrfahrten I
  • 13 dĂ©cembre : Lucio Silla
  • 14 dĂ©cembre : Zaide · Adama
  • 15 dĂ©cembre : Don Giovanni
  • 16 dĂ©cembre : Apollo et Hyacinthus - Die Schuldigkeit des Ersten Gebots
  • 17 dĂ©cembre : Irrfahrten II & III
  • 18 dĂ©cembre : Così fan tutte
  • 19 dĂ©cembre : Betulia liberata
  • 20 dĂ©cembre : Mitridate
  • 21 dĂ©cembre : La Clemenza di Tito
  • 22 dĂ©cembre : Il Sogno di Scipione
  • 23 dĂ©cembre : Idomeneo
  • 24 dĂ©cembre : La Finta Giardiniera
  • 25 dĂ©cembre : Le Nozze di Figaro
  •  


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com