altamusica
 
       aide















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




ENTRETIENS 23 juin 2018

Alain Meunier,
le quatuor est l'incarnation de l'entrée en société

Initié à l’origine à Évian, le concours Quatuors à Bordeaux s’est installé en Gironde depuis 1999. Il connaît cette année sa sixième édition, qui vient tout juste de s’achever ce week-end. Rencontre avec son directeur le violoncelliste Alain Meunier, pour qui la formation à seize cordes a bien autant une signification sociale que musicale.
 

Le 17/05/2010
Propos recueillis par Séverine GARNIER
 



Les 3 derniers entretiens

  • Jean-François Heisser, beethovénien respectueux

  • Michel Plasson, une vie pour la musique française

  • Marc Soustrot,
    baguette franco-germanique

    [ Tous les entretiens ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)


  • Quelles sont les origines de Quatuors à Bordeaux ?

    La première édition de ce concours à Bordeaux date de 1999. Le concours, qui date de 1977, avait lieu à l'origine à Evian et je l'ai amené à Bordeaux. Nous faisons tous les ans un festival de quatuors et tous les trois ans un concours, pour éviter de se chevaucher avec les concours de Londres et Reggio Emilia en Italie. Il y a déjà trop de concours dans le monde entier !

     

    Quels sont les liens avec la ville de Bordeaux ?

    Nous sommes très liés, notamment car la manifestation a lieu au Grand Théâtre dont la ville est propriétaire, et aussi car la ville nous soutient financièrement. Par contre, nous sommes indépendants pour ce qui est de la programmation et la gestion du concours.

     

    Le conservatoire est-il associé à l'événement ?

    Pas assez ! Les jeunes musiciens sont absents de la manifestation, même si les concerts sont ouverts et gratuits pour eux. Ce n'est pas dans la culture des conservatoires, je le sais, je suis passé par là : on nous apprend à jouer d'un instrument en répétant, et répétant toujours – la fameuse répétition névrotique dont parlait Gould – mais on n'incite pas les jeunes à écouter les autres. C'est pourtant le propos d'un quatuor, d'apprendre à écouter les autres... C'est triste que ces jeunes ne soient pas là.

     

    Certains des quatuors entendus cette année ont déjà une expérience de la scène et du disque. Comment sont établis les critères de sélection des candidats ?

    Certains quatuors qui ont l’expérience dont vous parlez ne procurent pas pour autant l'émotion attendue. Le monde des quatuors est un petit monde, on se connaît ! La plupart des musiciens qui forment un quatuor viennent prendre des cours auprès de spécialistes de quatuors. Je n'ai pas beaucoup de difficulté pour repérer les quinze quatuors de la compétition. Ces critères ne sont ni démocratiques ni rationnels, mais ils fonctionnent !

     

    Quels sont les bénéfices pour les ensembles participant ?

    Au-delà des prix et des récompenses, les quatuors qui se sont produits ici seront souvent invités dans d'autres manifestations, même s'ils ont été éliminés au premier tour. Quatuor à Bordeaux a la vocation d'aider les ensembles à rencontrer les professionnels et d'offrir au Premier prix de se produire plus souvent en concert qu'il n'aurait pu.

     

    Pourquoi des jeunes musiciens se forment-ils en quatuor d'après vous ?

    Les solistes qui font ce choix aiment d'abord le répertoire, qui pour moi est la quintessence de l'histoire de la musique classique, de la musique occidentale. C'est une source de joie, une expérience humaine inépuisable, allant même parfois jusqu'à la détestation !

    Cette musique est la plus belle incarnation de l'entrée en société : être soi-même et écouter les autres. Il y a peu d'expérience équivalente pour vivre ensemble. Chaque note est une signature, le son de notre être intérieur. Un musicien ne pourra pas supporter le rejet de lui-même par un autre musicien du quatuor, donc il sera attentif à comment l'autre va accepter cette note. C'est plus que l'addition de quatre individualités.

     

    Le 17/05/2010
    Séverine GARNIER



      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com