altamusica
 
       aide















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




ENTRETIENS / Recherche par date 19 aoűt 2019

27/06/2016 Sondra Radvanovsky, amoureuse de l’opĂ©ra italien

Très connue aux États-Unis mais peu entendue en Europe ces dernières années, la soprano Sondra Radvanovsky chante Aïda sur la scène de l’Opéra de Paris. L’occasion pour nous d’échanger avec elle sur ce rôle, son approche de la musique et ses projets, toujours très liés à la musique italienne, pour laquelle elle estime que sa voix est idéalement taillée.


Par Vincent GUILLEMIN

   
13/06/2016 Anita Rachvelishvili, mezzo pas si mĂ©chante ?

À seulement trente-et-un an, la mezzo-soprano Anita Rachvelishvili s’est imposée comme une Carmen de référence et une interprète majeure sur la scène internationale. Au détour d’une Amnéris à l’Opéra Bastille dans la reprise du spectacle d’Olivier Py, nous abordons avec elle son rapport au rôle, à la musique italienne et française.


Par Vincent GUILLEMIN

   
04/04/2016 Jean Rondeau, le dialogue avec le clavecin

Cheveux en pétard, goût pour la pratique d’ensemble et l’improvisation, fascination pour le jazz, le jeune claveciniste français Jean Rondeau, bientôt vingt-cinq ans, est sous les feux de la rampe pour la sortie de son disque Vertigo dévolu à Rameau et Pancrace Royer. Rencontre avec un musicien tout sauf dogmatique, qui n’aime rien tant que le dialogue avec son instrument.


Par David VERDIER

   
11/03/2016 Christophe Gayral : IdomenĂ©e, un conte initiatique ?

Comédien et metteur en scène, Christophe Gayral devient assistant de Robert Carsen sur des productions majeures. Cet amoureux de la scène ne conçoit pas l'opéra autrement qu'un théâtre chanté. Il revient à l'Opéra du Rhin pour un Idomeneo placé sous le double signe de la mythologie et du parcours initiatique. De quoi attiser notre curiosité…


Par David VERDIER

   
15/02/2016 Giacomo Sagripanti,
héraut de la tradition

Prévu en milieu de saison pour diriger le Barbier de Séville à l’Opéra Bastille, le jeune chef italien de trente-quatre ans Giacomo Sagripanti est arrivé plus tôt dans la capitale pour remplacer au pied levé Michel Plasson dans Werther. L’occasion pour nous de l’interroger sur son approche des répertoires italien et français et sur ses projets pour l’avenir.


Par Vincent GUILLEMIN

   
14/02/2016 Kent Nagano, l’opĂ©ra dans le nouveau siècle

Après des années à la Bayerische Staatsoper de Munich, le chef d’orchestre américain Kent Nagano débute un nouveau mandat de directeur musical à la Staatsoper de Hambourg. Dans le cadre de la nouvelle création d’Hosokawa, Stilles Meer, nous revenons avec lui sur ses projets pour l’Opéra et la place donnée aux répertoires traditionnel et contemporain.


Par Vincent GUILLEMIN

   
26/01/2016 Serge Baudo, une vie avec PellĂ©as

À 88 ans, Serge Baudo reprend la baguette à l’Opéra de Toulon avec l’œuvre qui l’a accompagné toute sa carrière : le Pelléas et Mélisande de Claude Debussy. L’occasion pour lui de revenir sur son parcours, ses influences, et sa vision de l’un des ouvrages lyriques les plus passionnants du répertoire, le plus grand opéra français selon lui.


Par Vincent GUILLEMIN

   
20/01/2016 Dmitri Tcherniakov, Katerina contre les inauthentiques

Courtisé sur toutes les scènes lyriques, le trublion Dmitri Tcherniakov revient dans l’Hexagone pour une Lady Macbeth de Mzensk à l'Opéra de Lyon. Loin d'une lecture sociale de l'œuvre, le metteur en scène russe défend une Katerina dotée d'un axe intérieur solide dont l'authenticité bute contre des individus au fonctionnement biaisé et opposé.


Par Benjamin GRENARD

   
18/01/2016 Ingo Metzmacher,
le chef de la clarté

Alors qu’il sera dans la fosse du Palais Garnier pour diriger à partir du 19 janvier la reprise de Capriccio dans la mise en scène de Robert Carsen, le chef d’orchestre Ingo Metzmacher, qu’on connaît davantage dans un répertoire plus contemporain, revient sur la partition de Richard Strauss et l’importance du compositeur dans son époque.


Par Vincent GUILLEMIN

   
18/11/2015 Roberto Alagna,
vers un Wagner lumineux

Au détour de sa prestation dans l’Élixir d’amour à l’Opéra Bastille, le plus grand de nos ténors français, Roberto Alagna, revient sur son actualité et ses choix de carrière, et défend le plaisir de chanter et une esthétique vocale loin de toute lourdeur, qui le mènera en 2018 au festival de Bayreuth pour Lohengrin.


Par Vincent GUILLEMIN

   
1  2  3  4  5  6  7  8  9  10  11  12  13  14  15  16  17  18  19  20  21  22  23  24  25  26  27  28  29  30  31  32  33  34  35  36  37  38  39  40  41  42  43  44  45  46  47  48  49  50  51  52  53  54  55 
[   page sur 55  |   suiv >    ]


Les 3 derniers entretiens

  • Jean-François Borras,
    le plaisir et la prudence

  • Maria JosĂ© Siri, de Tosca Ă  l’infini

  • Stefan Soltesz,
    le renouvellement constant

    [ Tous les entretiens ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)



  •   A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com