altamusica
 
       aide















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




SELECTION CD 19 novembre 2017

Danses de Noël

© Théâtre du Bolchoï


Quelques ballets à découvrir avec de grands interprètes. De la belle compagnie de Nice nous viennent deux titres liés à l’histoire de l’Opéra de Paris. De Berlin, une Belle au bois dormant revue par Nacho Duato et de Moscou trois grands classiques Petipa-Tchaïkovski en un coffret. Et aussi les Adieux d’Aurélie Dupont à l’Opéra dans l’Histoire de Manon.


Le 16/12/2016
Gérard MANNONI
 

  • Danses de Noël
      [ Toutes les parutions ]


  • Les 3 derniers dossiers
  • Les "indispensables" Bach de nos critiques

  • Telefunken Legacy : le nec plus ultra des collections historiques

  • Les dernières parutions pour l'année Bach

    [ Tous les dossiers CD ]


     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)


  •  

     Danses de Noël

    Ballet Nice-Méditerranée



    Pas de Dieux (Gene Kelly)
    Soir de fête (Leo Staats)
    Orchestre philharmonique de Nice
    direction : James Garforth
    Ballet Nice-Méditerranée
    1 DVD BelAir Classiques BAC 127


    Dirigé par Éric Vu-An, le Ballet Nice Méditerranée a repris avec goût et une belle efficacité deux titres qui furent au répertoire de l’Opéra national de Paris. Pas de Dieux fut créé à l’Opéra le 6 juillet 1960 dans la chorégraphie que Gene Kelly avait imaginée sur le Concerto en fa de Gershwin pour la très belle Claude Bessy qui y incarnait Aphrodite.

    Dans cette parodie de la vie des Dieux grecs, Attilio Labis incarnait Zeus et y gagnait à vingt-trois ans sa nomination d’Étoile. Michel Frank, qui deviendrait un professeur recherché était un dur, repris aujourd’hui par Éric Vu-An. Claude Bessy choisit de faire ses adieux quinze ans plus tard dans ce même rôle d’Aphrodite car elle aimait ce ballet comédie plein de gaieté et d’humour.

    La jolie Marie-Astrid Casinelli reprend avec bravoure le rôle d’Aphrodite face au vaillant Zeus de Claude Gamba et à un ensemble de danseurs très motivés et pleins de talent. Claude Bessy a reconstitué avec Éric Vu-An cette chorégraphie dans les décors et costumes d’André François. Créé en 1925 à l’Opéra de Paris, Soir de fête est un ravissant divertissement de Leo Staats sur une partition de Leo Delibes. Vu-An en a revu et réglé la chorégraphie. Un moment joyeux et poétique, avec du charme, un brin de nostalgie et la preuve de l’excellent travail effectué à Nice par cette compagnie.



     
    La Belle au bois dormant



    La Belle au bois dormant
    musique : Tchaïkovski
    chorégraphie : Nacho Duato
    Étoiles et Corps de ballet du Staatsballett de Berlin
    1 DVD BelAir Classiques BAC 131


    Une Belle au bois dormant pas comme les autres sans être pour autant vraiment différente. Si le chorégraphe espagnol Nacho Duato, directeur du Staatsballett de Berlin, ne reste pas vraiment fidèle aux traditionnelles versions héritées de Petipa, comme celle de Noureev à l’Opéra national de Paris, il ne s’en éloigne qu’avec prudence et goût. Il suit très précisément le déroulement habituel du livret, garde tous les personnages, fées, pierres précieuses, personnages des contes au dernier acte, et la structure générale du ballet avec ses grands ensembles, ses variations, ses pas de deux.

    Il réinvente seulement une chorégraphie très classique, très technique, une sorte de léger lifting, dans de jolis costumes et décors d’Angelina Atlagic. Une seule audace : la fée Carabosse est dansée par un homme, comme cela se fait parfois, et c’est excellent. La compagnie est bonne, les différentes fées et pierres précieuses, le chat, la chatte, l’oiseau bleu et compagnie sont brillants ou drôles, mais surtout les deux rôles principaux sont défendus par deux remarquables danseurs.

    Ravissante, jeune, petit format gracieux, l’Ukrainienne Iana Salenko qui fut une saison Étoile au Royal Ballet de Londres, est une princesse Aurore techniquement brillante et totalement crédible. Élégant, souple, lui aussi très technique, son mari dans la vie, Marian Walter, incarne un beau prince Désiré séduisant à souhait. L’Orchestre de la Deutsche Oper Berlin est dirigé par Robert Reimer avec un vrai respect de la partition et de ses trésors.



     
    Trilogie Tchaïkovski au Bolchoï



    Le Lac des cygnes
    La Belle au bois dormant

    Ballet du Bolchoï
    3 DVD BelAir Classiques BAC 611


    Le Lac des cygnes, dans la version de Yuri Grigorovitch, la Belle au bois dormant dans celle de Petipa, ont pour vedette l’incomparable Svetlana Zakharova, l’une des pus grande ballerines de l’époque. On pourrait dire qu’elle seule vaut le voyage… Elle a tout ce qu’ont les plus grandes, la beauté absolue, la technique parfaite, l’âme, le chic. La perfection.

    Son partenaire du Lac est un jeune Russe récemment nommé Étoile de la compagnie. Physique romantique à souhait et on ne peut plus russe, très belle technique Bolchoï, il fait un couple parfait avec Zakharova. La compagnie est excellente, comme pour ces trois ballets. Dans la Belle au bois dormant, Zakharova a pour partenaire David Hallberg, premier danseur américain a être nommé Étoile du Bolchoï. C’est une référence. On ne peut rêver prince Siegfried plus adéquat en tous domaines.

    Un autre couple est à l’honneur pour Casse-Noisette, Nina Kaptsova et Artem Ovcharenko, tous deux Étoiles éprouvées de la compagnie. Dans la chorégraphie de Yuri Grigorovitch, le ballet échappe pour l’essentiel aux niaiseries dont on le charge si souvent en pays anglo-saxons. Un beau coffret d’initiation à ce répertoire.



     
    Les Adieux d’Aurélie Dupont



    Soirée d’Adieux d’Aurélie Dupont
    L’Histoire de Manon
    chorégraphie : Kenneth Macmillan
    musique : Massenet
    Avec Aurélie Dupont et Roberto Bolle, Les Étoiles et le ballet de l’Opéra national de Paris
    1 DVD BelAir Classiques BAC 135


    Un DVD collector, comme on aime le dire. Cette mémorable soirée des Adieux d’Aurélie Dupont, la grande Étoile devenue depuis directrice du Ballet de l’Opéra national de Paris, avec pour partenaire le superbe Roberto Bolle, Étoile de la Scala de Milan.

    Et autour d’eux, une pluie d’Étoiles, puisque tous les rôles, mêmes secondaires, sont tenus par des collègues Étoiles d’Aurélie : Stéphane Bullion (Lescaut), Alice Renavand (la maîtresse de Lescaut), Benjamin Pech (Monsieur Guillot de Morfontaine), Karl Paquette (Le Geôlier) et même la belle assistante maître de ballet Viviane Descouture (Madame). Le ballet, on le sait, est magnifique et l’interprétation de cette soirée exceptionnelle, comme l’occasion elle-même. L’Opéra sait très bien réussir ce genre de fête.

    Un souvenir incontournable pour tous les admirateurs de mademoiselle Dupont et tous les amateurs de belle danse.

     
    Gérard MANNONI


     

  • Danses de Noël
      [ Toutes les parutions ]
     



  •   A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com