altamusica
 
       aide















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




SELECTION CD 25 février 2018

Calendrier de l'Avent 2015



2015 restera l'année où la mise en coffrets du fond de catalogue des maisons de disques s'est généralisée, une manière de relancer un peu l’activité d’un secteur en crise. Altamusica vous propose sous forme d'un calendrier de l'Avent sa sélection de coffrets thématiques parus cette année, mais aussi de captations vidéo de nombreux concerts et représentations lyriques.
Aujourd’hui, Intégrale Richter Universal



Le 01/12/2015
Yannick MILLON
 

  • 1er déc. : Così fan tutte à Salzbourg
  • 2 déc. : Don Giovanni à Salzbourg
  • 3 déc. : Les Originals ont vingt ans
  • 4 déc. : In Memoriam Claudio Abbado
  • 5 déc. : Andris Nelsons à Lucerne
  • 6 déc. : Les Symphonies de Mozart par Hogwood
  • 7 déc. : Chailly dirige la Neuvième de Mahler
  • 8 déc. : Sibelius historique
  • 9 déc. : Sibelius moderne
  • 10 déc. : Le Chevalier à la rose à Salzbourg
  • 11 déc. : L'arc-en-ciel Richard Strauss
  • 12 déc. : Les 90 ans de Pierre Boulez
  • 13 déc. : Les 75 ans de Stephen Kovacevich
  • 14 déc. : Mozart on tour
  • 15 déc. : Les 80 ans du National
  • 16 déc. : Claude à l'Opéra de Lyon
  • 17 déc. : Fierrabras à Salzbourg
  • 18 déc. : Mercury volume 3
  • 19 déc. : Beethoven par le Quatuor Belcea
  • 20 déc. : Ferenc Fricsay, volume 2
  • 21 déc. : Paul Dukas et le prix de Rome
  • 22 déc. : Markevitch - ICON
  • 23 déc. : Intégrale Stravinski DG
  • 24 déc. : Intégrale Richter Universal
      [ Toutes les parutions ]


  • Les 3 derniers dossiers
  • Les "indispensables" Bach de nos critiques

  • Telefunken Legacy : le nec plus ultra des collections historiques

  • Les dernières parutions pour l'année Bach

    [ Tous les dossiers CD ]


     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)


  •  

     9 déc. : Sibelius moderne

    La Sibelius Edition de DG



    Sibelius Edition
    Jean Sibelius (1865-1957)
    Symphonies, poèmes symphoniques, musiques de scène, concerto pour piano, mélodies, quatuor à cordes Voces Intimae
    Leonard Bernstein, Herbert von Karajan, Neeme Järvi, Okko Kamu, Jussi Jalas, Emerson Quartett, Kim Borg, Tom Krause…
    14 CD Deutsche Grammophon 479 5102




    Après une parution pour les collectionneurs hier, intéressons-nous à un autre coffret Sibelius, idéal pour tous ceux qui souhaiteraient se lancer à la conquête de la musique du compositeur finlandais et découvrir l’essentiel, à travers cette Sibelius Edition de Deutsche Grammophon qui n’est autre qu’une vaste anthologie, un large panorama de son art, puisant toutes les œuvres maîtresses dans le catalogue du label jaune (et au-delà).

    Là encore, le choix a été fait de ne présenter aucun doublon. Pour les symphonies, DG a choisi tout ce que Karajan a donné à ses studios, soit les quatre dernières bien connues des années 1960 à Berlin, complétées par les deux premières de Bernstein-Vienne, géniales extrapolations ultra-romantiques proches de la transe – une Première absolument phénoménale. Coincé entre ces légendes de la direction, Okko Kamu, dont les trois premières symphonies ont longtemps bouché les trous de la demi-intégrale de Karajan, est réduit ici à la portion congrue, pour une belle Troisième.

    Le chef finlandais a toutefois les honneurs de voir revenir au catalogue sa Suite de Lemminkaïnen, une version à réévaluer, de belle facture, bien enregistrée, avec un parfum authentique à défaut de pouvoir évocateur vraiment extraordinaire. On retrouvera aussi Kamu dans un En Saga honorable et une belle Suite Karelia, au parfum typique. En revanche, dans l’elliptique poème symphonique le Barde, une battue trop sonore, sans mystère ni impalpable, dessert la partition.

    Afin de ne pas se priver de cette symphonie épique de jeunesse qu’elle n’avait pas à son catalogue, la DGG a racheté la licence du Kullervo de Jorma Panula pour Naxos, excellent second choix discographique, avec des forces finlandaises idiomatiques, de bons solistes, et un intéressant climat moins épique qu’intérieur. Du reste, on saluera la présence de beaucoup de pièces symphoniques majeures comme mineures dans ce coffret, un vrai plus pour embrasser l’art sibélien dans son ensemble (Andante festivo, In Memoriam, le très beau Chant de printemps, Rakastava).

    La présence du nom de Neeme Järvi n’était pourtant a priori pas un présage heureux pour ceux qui, comme nous, tiennent en piètre estime tout ce que le chef avait gravé de sibélien pour Bis dans les années 1980, à une époque où ce maestro boulimique sortait parfois plus de dix disques par an. La bonne nouvelle, c’est que les enregistrements sélectionnés ici, plus récents d’une bonne décennie, sont invariablement meilleurs, et constituent donc un choix d’entrée en matière possible.

    Le chef estonien et son Orchestre symphonique de Göteborg sont d’ailleurs assez réguliers d’une session à l’autre, d’un geste souvent impérieux, aimant brasser le son sans le rendre indigeste (les disques Bis souffraient presque tous de cette limite rédhibitoire dans Sibelius), très à l’aise dans les plages dramatiques – un Tapiola à poigne, avec de bons graves et une réelle densité à défaut de véritable miroitement, une très belle Chevauchée nocturne et lever de soleil, des Océanides grondantes et volcaniques, presque un contresens, une Fille de Pohjola trapue.

    On s’en doute, les pièces les plus délicates n’auront pas sous sa baguette le soin du détail, la finesse du trait nécessaires pour faire scintiller comme il se doit une musique fragile et lumineuse – un Luonnotar un peu brouillon mais porté par le soprano radieux et instrumental de Soile Isokoski. Pour le reste, Järvi semble avoir abandonné au moins ses incongruités d’antan dans certains choix de tempi et d’accents outranciers, ici assez neutres pour ne pas gêner l’écoute. Ou le bénéfice réel de la maturité chez un chef souvent moyen.

    On guettera avec d’autant plus d’intérêt le retour des gravures Decca des musiques de scène par Jussi Jalas, gendre du compositeur, au milieu des années 1970 à la tête d’un Orchestre symphonique d’état de Hongrie de seconde zone mais bien dompté – les deux suites de la Tempête, empoignées, appuyant sur les dissonances, les rares Scènes historiques, Scaramouche et suite du Cygne blanc – malgré une prise de son un peu mate. Une gravure oubliée enfin pour refermer ce chapitre, avec le somptueux Pelléas et Mélisande de Horst Stein à la tête de l’Orchestre de la Suisse romande en 1978, lyrique, ferme et dont la Mélisande au rouet a tout du cauchemar éveillé.

    N’oublions pas non plus de saluer la présence du Concerto pour violon par une Anne-Sophie Mutter déchaînée, soutenue comme il se doit par son mari André Prévin à la tête d’une Staatskapelle de Dresde à son plus somptueux, pour une lecture dramatique et millimétrée. Enfin, quelques pièces chambristes pour compléter ce parcours, avec le Quatuor Voces Intimae par les Emerson (très honnêtes, mais qui ne vaudront jamais les Budapest chroniqués hier), et des mélodies au parfum local tout à fait délicieux par Kim Borg, plus naturel, ou Tom Krause, plus lyrique.

    Au final, si vous êtes fortunés, payez-vous aussi le coffret The Essential Sibelius de chez Bis, qui comporte une galette de plus mais coûte au moins deux fois plus cher, et où les symphonies et poèmes symphoniques par Osmo Vänskä seront sans concurrence. Mais sachez que vous y trouverez aussi quelques mauvais Neeme Järvi évoqués plus haut. À vos choix !

     
    Yannick MILLON


     

  • 1er déc. : Così fan tutte à Salzbourg
  • 2 déc. : Don Giovanni à Salzbourg
  • 3 déc. : Les Originals ont vingt ans
  • 4 déc. : In Memoriam Claudio Abbado
  • 5 déc. : Andris Nelsons à Lucerne
  • 6 déc. : Les Symphonies de Mozart par Hogwood
  • 7 déc. : Chailly dirige la Neuvième de Mahler
  • 8 déc. : Sibelius historique
  • 9 déc. : Sibelius moderne
  • 10 déc. : Le Chevalier à la rose à Salzbourg
  • 11 déc. : L'arc-en-ciel Richard Strauss
  • 12 déc. : Les 90 ans de Pierre Boulez
  • 13 déc. : Les 75 ans de Stephen Kovacevich
  • 14 déc. : Mozart on tour
  • 15 déc. : Les 80 ans du National
  • 16 déc. : Claude à l'Opéra de Lyon
  • 17 déc. : Fierrabras à Salzbourg
  • 18 déc. : Mercury volume 3
  • 19 déc. : Beethoven par le Quatuor Belcea
  • 20 déc. : Ferenc Fricsay, volume 2
  • 21 déc. : Paul Dukas et le prix de Rome
  • 22 déc. : Markevitch - ICON
  • 23 déc. : Intégrale Stravinski DG
  • 24 déc. : Intégrale Richter Universal
     



  •   A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com