altamusica
 
       aide















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




SELECTION CD 22 février 2018

Calendrier de l'Avent 2015



2015 restera l'année où la mise en coffrets du fond de catalogue des maisons de disques s'est généralisée, une manière de relancer un peu l’activité d’un secteur en crise. Altamusica vous propose sous forme d'un calendrier de l'Avent sa sélection de coffrets thématiques parus cette année, mais aussi de captations vidéo de nombreux concerts et représentations lyriques.
Aujourd’hui, Intégrale Richter Universal



Le 01/12/2015
Yannick MILLON
 

  • 1er déc. : Così fan tutte à Salzbourg
  • 2 déc. : Don Giovanni à Salzbourg
  • 3 déc. : Les Originals ont vingt ans
  • 4 déc. : In Memoriam Claudio Abbado
  • 5 déc. : Andris Nelsons à Lucerne
  • 6 déc. : Les Symphonies de Mozart par Hogwood
  • 7 déc. : Chailly dirige la Neuvième de Mahler
  • 8 déc. : Sibelius historique
  • 9 déc. : Sibelius moderne
  • 10 déc. : Le Chevalier à la rose à Salzbourg
  • 11 déc. : L'arc-en-ciel Richard Strauss
  • 12 déc. : Les 90 ans de Pierre Boulez
  • 13 déc. : Les 75 ans de Stephen Kovacevich
  • 14 déc. : Mozart on tour
  • 15 déc. : Les 80 ans du National
  • 16 déc. : Claude à l'Opéra de Lyon
  • 17 déc. : Fierrabras à Salzbourg
  • 18 déc. : Mercury volume 3
  • 19 déc. : Beethoven par le Quatuor Belcea
  • 20 déc. : Ferenc Fricsay, volume 2
  • 21 déc. : Paul Dukas et le prix de Rome
  • 22 déc. : Markevitch - ICON
  • 23 déc. : Intégrale Stravinski DG
  • 24 déc. : Intégrale Richter Universal
      [ Toutes les parutions ]


  • Les 3 derniers dossiers
  • Les "indispensables" Bach de nos critiques

  • Telefunken Legacy : le nec plus ultra des collections historiques

  • Les dernières parutions pour l'année Bach

    [ Tous les dossiers CD ]


     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)


  •  

     20 déc. :
    Ferenc Fricsay, volume 2

    Ferenc Fricsay, la musique vocale



    Ferenc Fricsay
    Complete Recordings on Deutsche Grammophon
    Volume 2

    Le Château de Barbe-Bleue, Cantate profane, Carmen, Orphée et Eurydice, les Saisons, Psalmus Hungaricus, le Songe d’une nuit d’été, Rhapsodie pour alto, Rückert-Lieder, Messe en ut mineur, Requiem, l’Enlèvement au sérail, Laudate dominum, Exsultate jubilate, la Flûte enchantée, Don Giovanni, Idomeneo, Le Nozze di Figaro, Stabat Mater, Die Fledermaus, Oedipus Rex, Symphonie de Psaumes, Messa da Requiem, Quattro Pezzi sacri, Der fliegende Holländer…
    37 CD (+ 1 DVD bonus) Deutsche Grammophon 479 4641




    Après la redécouverte de Fricsay symphonique l’an dernier, DG clôt les célébrations du centenaire de la naissance du chef hongrois par un second coffret dévolu aux œuvres vocales, non moins passionnant, complété d’un DVD de répétitions et concerts consacrés à l’Apprenti sorcier et à la suite Háry János, ainsi que d’un CD autoportrait où le chef se raconte (en allemand avec traduction synthétique dans le livret) dans l’intimité de son foyer, en 1962, alors qu’il n’avait plus dirigé depuis quelques mois et qu’il ne remonterait jamais au pupitre.

    L’occasion d’approcher d’un peu plus près une personnalité phare de l’histoire de la direction du XXe siècle, un météore foudroyé en pleine ascension dont on ne peut que louer un legs opératique allant souvent à contre-courant de son temps. Ou comment redécouvrir un Fidelio revenu aux racines du Singspiel, prenant sa source chez Mozart, leste, vif, sans aucune lourdeur, avec une netteté des articulations unique en son temps, un Vaisseau fantôme ramené au premier romantisme, nerveux, rapide et tempétueux, plus proche de Weber et Mendelssohn que du Crépuscule des Dieux (avec une équipe vocale allégée – la Senta d’Annelies Kupper – où seul déçoit le Hollandais un peu fruste de Josef Metternich).

    Et toujours en affirmant des goûts très personnels en termes de cast vocal. Car on peut retrouver un peu partout des distributions typiques du chef, qui n’aimait rien tant que les voix fines, loin des mastodontes de la grande tradition postromantique. D’où le choix, partout il a été possible, d’inclure le ténor peu large mais si stylé et musicien d’Ernst Haefliger, la soprano Maria Stader, matériau typiquement viennois, à l’aigu radieux, abusant parfois des attaques par-dessous mais irrésistible de lumière, ou encore le jeune Dietrich Fischer-Dieskau, dont on sait la révolution qu’il a représentée par son attention inouïe au texte tant dans le Lied qu’à l’opéra ou l’oratorio.

    Un dialogue passionnant s’établit d’ailleurs entre le chef et le baryton, absolument sur la même longueur d’ondes, dans le CD récital d’airs français et italiens de DFD (en v.o., alors que l’allemand est souvent imposé ailleurs), un petit bijou, ainsi que dans un inédit de 1949 consacré à des extraits de Carmina Burana.

    C’est essentiellement dans Mozart, maître de l’écriture pour la voix, que Fricsay atteint au sublime, notamment dans un Enlèvement au sérail et une Flûte enchantée bien connus, sur les cimes de la discographie, mais aussi dans un Idoménée à Salzbourg d’une électricité grisante, malgré quelques errements, dans un Don Giovanni parmi les mieux dirigés que l’on connaisse, course à l’abîme rappelant plus d’une fois Giulini, en plus nerveux, et avec un plateau certes inégal mais en rien honteux (Fischer-Dieskau, Stader, Jurinac, Haefliger sont au moins royaux), ainsi que des Noces de Figaro mal aimées depuis leur parution, alors qu’elles comportent leur lot de beautés, même si le geste y est moins étincelant (écoutez toutefois l’accompagnement de cordes aux petits oignons dans Non più andrai).

    On retrouve aussi une Chauve-souris parmi les plus vertigineuses du disque, où tout pétille (à l’exception de l’ouverture, étrangement sur la réserve) avec une joie contagieuse et un génial esprit de troupe typique de l’immédiat après-guerre berlinois, avec cet allemand si chantant. L’allemand, pourtant, malgré toutes les qualités du chef, reste un frein dans le Château de Barbe-Bleue (et la Cantate profane du même Bartók), qui y perd une part de son mystère, tout comme il plombe l’Orphée de Gluck ou encore les extraits de Carmen avec une Oralia Domínguez pourtant idéale.



     
    Une Messe en ut mineur de référence


    Dans le domaine sacré, impossible de passer à côté de la Messe en ut mineur de Mozart, l’une des références depuis sa parution, alors que le Requiem paraît étrangement terne et indifférent, très essoufflé malgré quelques tempi qui cherchent à avancer dans les passages lents. Au passage, Fricsay a la chance d’avoir à sa disposition, la plupart du temps, le chœur de la cathédrale Sainte-Edwige de Berlin, l’un des tout meilleurs chœurs d’oratorio d’Europe à cette époque.

    Parmi les pépites du coffret, une Rhapsodie pour alto de Brahms frémissante aux côtés de Maureen Forrester (qui chante avec la même absence d’affectation de très beaux Rückert-Lieder de Mahler), un Stabat Mater de Rossini complètement atypique, sentant tout sauf l’Italie mais d’une assez géniale architecture (et avec un contre-réb d’Haefliger d’une classe absolue). Sans oublier chez Stravinski une Symphonie de Psaumes à ne pas mettre en toutes les oreilles, lentissime, engluée dans un pessimisme absolu, véritable cauchemar éveillé, ainsi qu’un Oedipus Rex lent et monolithique, très impressionnant, malgré un récitant (auf deutsch) aboyant son texte, rappelant une certaine époque guère glorieuse de l’Allemagne.

    Cette somme permet en outre parfois de suivre l’évolution du chef à travers deux enregistrements d’une même œuvre à quelques années d’intervalle, d’une manière parallèle à ce qu’il pouvait chercher dans le répertoire symphonique. Une trajectoire qu’on pouvait associer par exemple à la Symphonie Pathétique, d’abord toscaninienne et soucieuse du détail, de la couleur, puis plus grave, plus lente et portée vers la pure expression, et qu’on retrouve dans le cheminement interprétatif du Psalmus Hungaricus de Kodály.

    La première fois en studio en 1954, d’un raffinement coloriste, d’un souci maniaque de la caractérisation du timbre, jusqu’à la voix d’Haefliger, merveilleusement fine et timbrée, puis en live en 1959, d’une portée métaphysique inouïe, avec des silences infiniment plus longs, une dramaturgie plus sombre, des timbres moins gourmands. Et où l’on entend le chef chanter avec le chœur sur quelques tutti, engagé de toutes ses fibres, d’un dévouement total à la musique.

    Il en va de même des Saisons de Haydn (1952 puis 1961), portrait savoureux des campagnes aux mille détails instrumentaux, aux mille couleurs, avec un chœur d’une intelligibilité parfaite et des solistes au diapason (même si Elfriede Trötschel semble murmurer plus que chanter) et un plaisir des timbres troqués neuf ans plus tard contre un live en noir et blanc, moins caractérisé (moins bien enregistré aussi) mais dont la portée panthéiste est bien supérieure, avec un orage cataclysmique, effrayant déchaînement des éléments loin de la peinture bucolique initiale.

    Parcours comparable pour le Requiem de Verdi, déjà ascétique en mono (1953), puis inouï d’ampleur décantée en concert (1960) – l’ultime Libera me de Maria Stader et du chœur, absolument pétrifiant, une longue minute de vide absolu, au seuil de la mort – et avec un meilleur quatuor vocal (à nouveau l’exceptionnelle Oralia Domínguez). Bref, au-delà de choix personnels et d’une réalisation ici ou là peut-être un peu moins évidente que dans le coffret symphonique, l’indispensable complément de ce dernier, sans lequel on ne saurait replacer le chef à sa juste place, l’une des plus hautes, au panthéon de l’interprétation musicale au siècle dernier.

     
    Yannick MILLON


     

  • 1er déc. : Così fan tutte à Salzbourg
  • 2 déc. : Don Giovanni à Salzbourg
  • 3 déc. : Les Originals ont vingt ans
  • 4 déc. : In Memoriam Claudio Abbado
  • 5 déc. : Andris Nelsons à Lucerne
  • 6 déc. : Les Symphonies de Mozart par Hogwood
  • 7 déc. : Chailly dirige la Neuvième de Mahler
  • 8 déc. : Sibelius historique
  • 9 déc. : Sibelius moderne
  • 10 déc. : Le Chevalier à la rose à Salzbourg
  • 11 déc. : L'arc-en-ciel Richard Strauss
  • 12 déc. : Les 90 ans de Pierre Boulez
  • 13 déc. : Les 75 ans de Stephen Kovacevich
  • 14 déc. : Mozart on tour
  • 15 déc. : Les 80 ans du National
  • 16 déc. : Claude à l'Opéra de Lyon
  • 17 déc. : Fierrabras à Salzbourg
  • 18 déc. : Mercury volume 3
  • 19 déc. : Beethoven par le Quatuor Belcea
  • 20 déc. : Ferenc Fricsay, volume 2
  • 21 déc. : Paul Dukas et le prix de Rome
  • 22 déc. : Markevitch - ICON
  • 23 déc. : Intégrale Stravinski DG
  • 24 déc. : Intégrale Richter Universal
     



  •   A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com