altamusica
 
       aide















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




SELECTION CD 20 août 2018

Calendrier de l'Avent 2016



Après une année 2015 riche en rééditions, Altamusica continue à vous proposer sa sélection de parutions et rééditions de l’année 2016 à travers un nouveau calendrier de l’Avent, en alternant les DVD-Blu-ray et les CD, ces derniers le plus souvent dans de jolies boîtes dont le prix n’a jamais été aussi bas depuis les débuts du support il y a plus de trente ans.

Aujourd’hui, Intégrale Warner Sviatoslav Richter



Le 01/12/2016
Yannick MILLON
 

  • 1er déc. : Faust et Haitink à Baden-Baden
  • 2. déc : Berliner Philharmoniker - Great Symphonies
  • 3 déc. : Europakonzert 2015
  • 4 déc. : Anthologie Schubert Wilhelm Kempff
  • 5 déc. : Mahler 7 Chailly Leipzig
  • 6 déc. : Mahler 5 Nelsons Lucerne
  • 7 déc. : Quatuor Diotima École de Vienne
  • 8 déc. : Wozzeck à l'Opéra de Zurich
  • 9 déc. : Schwarzkopf - les 78 tours
  • 10 déc. : Lulu au Met
  • 11 déc. : Riccardo Chailly, A Journey for Life
  • 12 déc. : Antonio Pedrotti à Prague
  • 13 déc. : Currentzis et Isserlis à Bruges
  • 14 déc. : Lohengrin Knappertsbusch Munich
  • 15 déc. : Tristan et Isolde à Bayreuth
  • 16 déc. : Passion selon saint Jean Jacobs
  • 17 déc. : Dardanus à l'Opéra de Bordeaux
  • 18 déc. : Centenaire Dutilleux Erato
  • 19 déc. : Fidelio à Salzbourg
  • 20 déc. : La Jacquerie au festival de Montpellier
  • 21 déc. : Les 70 ans des Bamberger Symphoniker
  • 22 déc. : Parsifal à l'Opéra de Berlin
  • 23 déc. : The art of Nikolaus Harnoncourt
  • 24 déc. : Coffret Armin Jordan ICON
  • 25 déc. : Intégrale Warner Sviatoslav Richter
      [ Toutes les parutions ]


  • Les 3 derniers dossiers
  • Les "indispensables" Bach de nos critiques

  • Telefunken Legacy : le nec plus ultra des collections historiques

  • Les dernières parutions pour l'année Bach

    [ Tous les dossiers CD ]


     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)


  •  

     12 déc. :
    Antonio Pedrotti à Prague

    Pedrotti retraverse le rideau de fer



    Antonio Pedrotti in Prague
    Ottorino Respighi (1879-1936)
    Les Pins de Rome / Les Fontaines de Rome / Les Fêtes romaines / La Boutique fantasque
    Maurice Ravel (1875-1937)
    Ma mère l’Oye / Pavane pour une infante défunte / Daphnis et Chloé (suite n° 2)
    Manuel de Falla (1876-1946)
    Nuits dans les jardins d’Espagne
    Jan Panenka, piano
    Johannes Brahms (1833-1897)
    Variations sur un thème de Haydn
    Modest Moussorgski (1839-1881)
    Tableaux d’une exposition
    Claude Debussy (1862-1918)
    Prélude à l’après-midi d’un faune
    Felix Mendelssohn (1809-1847)
    Symphonie n° 4 « Italienne »
    Česká Filharmonie
    direction : Antonio Pedrotti
    Enregistrements : Rudolfinum, Prague, 1951-1971
    3 CD Supraphon Archiv SU 4199-2




    Cela fait une dizaine années que l’on appelait de nos vœux le retour au catalogue d’un trésor du label Supraphon : le triptyque romain de Respighi par la Philharmonie tchèque et Antonio Pedrotti (1901-1975), grand chef italien d’une discrétion absolue, élève du compositeur et l’un des premiers à franchir le rideau de fer, resté dans la mémoire de quelques discophiles grâce aux Indispensables (Fayard) de Jean-Charles Hoffélé et Piotr Kaminski, qui avaient attribué en 1995 la récompense suprême à un disque devenu depuis quasiment introuvable.

    Plutôt que de rééditer seulement ces trois gravures modèles, Supraphon propose en cette fin d’année un petit coffret monographique de 3 CD intitulé Antonio Pedrotti in Prague comprenant la quasi-totalité (manque un peu de Brahms) des enregistrements de l’Italien avec la Philharmonie tchèque au Rudolfinum (1951-1971). Le troisième disque, reprenant les premières sessions mono (Tableaux, Daphnis, Faune, Italienne), est d’ailleurs intégralement constitué de premières éditions au CD.

    Même si l’essentiel du répertoire du chef lors de ses concerts avec la phalange pragoise était centré sur les classiques, c’est le répertoire du XXe siècle qui se taille ici la part du lion, et d’abord les Respighi précités, d’une précision des rythmes, d’une qualité coloriste inouïe, d’un pointillisme donnant leurs lettres de noblesse à des pages souvent bruyantes et emphatiques, objets ici de tous les soins.

    Dans les Pins près d’une catacombe, on croirait entendre la nature mahlérienne avec son cor de postillon dans le lointain : le maestro cherche le climat par la présence sourde d’une pédale dans le grave, la modernité par les alliages de timbres plutôt que le fracas par la masse, notamment dans des Pins de la voie appienne plutôt soft, à l’opposé tant du surlegato de Karajan que du défilé martial de Toscanini.

    Les quatre Fontaines de Rome éclaboussent de fraîcheur et d’embruns jusque dans la douceur du soir de la Villa Médicis, tandis que les excès sonores des Fêtes romaines demeurent sous contrôle. Si ce triptyque ne mérite que des éloges, on monterait presque d’un cran encore avec la Boutique fantasque, pastiche rossinien dont raffolaient les chefs de l’époque, d’Ansermet à Dorati, occasion ici d’un festival de couleurs et mouvements chorégraphiques à l’élan irrésistible.

    Jusque dans les Tableaux d’une exposition, Pedrotti sait réinventer une caractérisation de pièces mille fois entendues en tirant l’ensemble davantage du côté de Ravel que de Moussorgski, vif, limpide, jouant l’horlogerie orchestrale impitoyable, à la pointe sèche, sans la moindre emphase dans les Promenades ou la Grande porte de Kiev, avec un Gnomus et une Baba-Yaga lapidaires. Il est jusqu’à l’aire de jeux des Tuileries de donner l’impression que rôde une menace.

    La caractérisation très forte des bois tchèques de l’époque Ančerl, l’extrême individualité des timbres et la gestion du vibrato (le cor) éclairent certaines pages d’une manière ô combien originale, comme ce Prélude à l’après-midi d’un faune lancé par une flûte en bois au vibrato serré et ample à la fois, au mystère inquiétant et sauvage tirant vers les premiers rites païens du Sacre, en phrasés courts et morcelés.

    La même impression persiste dans une suite de Ma mère l’Oye aux cordes pointues, rien moins qu’enjôleuses, et dans une deuxième suite de Daphnis et Chloé s’ouvrant sur une volière sonore très active, fourmillant de chants d’oiseaux, de frémissement des éléments. Très bien articulée dans ses tempi modérés, avec un staccato impeccable des deux flûtes dans le Saltarello, l’Italienne de Mendelssohn n’est pas en reste, surtout dans cette excellente mono de 1951.

    Ajoutons enfin que la notice quadrilingue du livret (un phénomène en voie de disparition) est passionnante, et que les prises de son, tant en mono (jamais étriquée ou chuintante) qu’en stéréo (le magnifique espace des Pins de Rome de 1971) resplendissent au service de la précision d’orfèvre d’un chef dont on redécouvre l’art les oreilles émerveillées.

     
    Yannick MILLON


     

  • 1er déc. : Faust et Haitink à Baden-Baden
  • 2. déc : Berliner Philharmoniker - Great Symphonies
  • 3 déc. : Europakonzert 2015
  • 4 déc. : Anthologie Schubert Wilhelm Kempff
  • 5 déc. : Mahler 7 Chailly Leipzig
  • 6 déc. : Mahler 5 Nelsons Lucerne
  • 7 déc. : Quatuor Diotima École de Vienne
  • 8 déc. : Wozzeck à l'Opéra de Zurich
  • 9 déc. : Schwarzkopf - les 78 tours
  • 10 déc. : Lulu au Met
  • 11 déc. : Riccardo Chailly, A Journey for Life
  • 12 déc. : Antonio Pedrotti à Prague
  • 13 déc. : Currentzis et Isserlis à Bruges
  • 14 déc. : Lohengrin Knappertsbusch Munich
  • 15 déc. : Tristan et Isolde à Bayreuth
  • 16 déc. : Passion selon saint Jean Jacobs
  • 17 déc. : Dardanus à l'Opéra de Bordeaux
  • 18 déc. : Centenaire Dutilleux Erato
  • 19 déc. : Fidelio à Salzbourg
  • 20 déc. : La Jacquerie au festival de Montpellier
  • 21 déc. : Les 70 ans des Bamberger Symphoniker
  • 22 déc. : Parsifal à l'Opéra de Berlin
  • 23 déc. : The art of Nikolaus Harnoncourt
  • 24 déc. : Coffret Armin Jordan ICON
  • 25 déc. : Intégrale Warner Sviatoslav Richter
     



  •   A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com