altamusica
 
       aide















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




SELECTION CD 19 octobre 2018

Calendrier de l'Avent 2016



Après une année 2015 riche en rééditions, Altamusica continue à vous proposer sa sélection de parutions et rééditions de l’année 2016 à travers un nouveau calendrier de l’Avent, en alternant les DVD-Blu-ray et les CD, ces derniers le plus souvent dans de jolies boîtes dont le prix n’a jamais été aussi bas depuis les débuts du support il y a plus de trente ans.

Aujourd’hui, Intégrale Warner Sviatoslav Richter



Le 01/12/2016
Yannick MILLON
 

  • 1er déc. : Faust et Haitink à Baden-Baden
  • 2. déc : Berliner Philharmoniker - Great Symphonies
  • 3 déc. : Europakonzert 2015
  • 4 déc. : Anthologie Schubert Wilhelm Kempff
  • 5 déc. : Mahler 7 Chailly Leipzig
  • 6 déc. : Mahler 5 Nelsons Lucerne
  • 7 déc. : Quatuor Diotima École de Vienne
  • 8 déc. : Wozzeck à l'Opéra de Zurich
  • 9 déc. : Schwarzkopf - les 78 tours
  • 10 déc. : Lulu au Met
  • 11 déc. : Riccardo Chailly, A Journey for Life
  • 12 déc. : Antonio Pedrotti à Prague
  • 13 déc. : Currentzis et Isserlis à Bruges
  • 14 déc. : Lohengrin Knappertsbusch Munich
  • 15 déc. : Tristan et Isolde à Bayreuth
  • 16 déc. : Passion selon saint Jean Jacobs
  • 17 déc. : Dardanus à l'Opéra de Bordeaux
  • 18 déc. : Centenaire Dutilleux Erato
  • 19 déc. : Fidelio à Salzbourg
  • 20 déc. : La Jacquerie au festival de Montpellier
  • 21 déc. : Les 70 ans des Bamberger Symphoniker
  • 22 déc. : Parsifal à l'Opéra de Berlin
  • 23 déc. : The art of Nikolaus Harnoncourt
  • 24 déc. : Coffret Armin Jordan ICON
  • 25 déc. : Intégrale Warner Sviatoslav Richter
      [ Toutes les parutions ]


  • Les 3 derniers dossiers
  • Les "indispensables" Bach de nos critiques

  • Telefunken Legacy : le nec plus ultra des collections historiques

  • Les dernières parutions pour l'année Bach

    [ Tous les dossiers CD ]


     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)


  •  

     21 déc. :
    Les 70 ans des Bamberger Symphoniker

    Pleins feux sur Bamberg



    Bamberg Symphony
    The 70 First Years
    Bamberger Symphoniker
    Herbert Blomstedt, Antal Dorati, Christoph Eschenbach, Jascha Horenstein, Eugen Jochum, Joseph Keilberth, Rudolf Kempe, István Kertész, Clemens Krauss, Ferdinand Leitner, Fritz Lehmann, Jonathan Nott, Witold Rowicki, Kurt Sanderling, Wolfgang Sawallisch, Giuseppe Sinopoli, Horst Stein, Otmar Suitner, Günter Wand
    Enregistrements : 1940-2014
    17 CD Deutsche Grammophon 479 5805




    En France, peu de mélomanes, en dehors des pèlerins estivaux de Bayreuth alors éloignés seulement d’une soixantaine de kilomètres, connaissent la magnifique petite cité haut-franconienne de Bamberg, l’un des trésors cachés de l’Allemagne pas encore envahi de touristes, qui a eu la chance d’échapper aux terribles destructions de 1945 grâce, selon la légende, à sainte Cunégonde, patronne de la ville qui aurait étendu sur elle son manteau pour former une épaisse couverture nuageuse au moment du passage des bombardiers alliés.

    Mais Bamberg, c’est aussi le siège d’un excellent orchestre bavarois, les Bamberger Symphoniker, dont la naissance remonte à soixante-dix ans, un événement célébré par ce coffret de 17 CD Deutsche Grammophon qui balaie l’ensemble de l’histoire de la formation. Et notamment ses origines en Tchécoslovaquie occupée, sous la dénomination de Deutsches Philharmonisches Orchester Prag (CD 17). Des années dont témoignent les faces enregistrées par Joseph Keilberth (beaucoup moins passionnant après-guerre, notamment dans Beethoven), dont une vive et inédite Symphonie Prague de Mozart, mais surtout un prélude de Palestrina de Pfitzner d’une insondable tristesse.

    Dès 1946, les musiciens, tant Allemands expulsés des Sudètes que Tchèques craignant l’emprise stalinienne, trouveront refuge à Bamberg, où ils se reformeront sous leur nom actuel, prêts à défendre leur spécificité, à mi-chemin entre les sonorités Mitteleuropa et l’aspect plus rugueux et sombre des phalanges germaniques. Jusqu’à être considérés récemment comme le sixième meilleur orchestre d’Allemagne, rang tout à fait honorable dans un pays aussi riche en la matière.

    Forcément variables en qualité, les pièces courtes célèbrent le chic viennois décadent inimitable de la première suite du Chevalier à la rose par Clemens Krauss, moins pétillant dans une ouverture d’Obéron jamais publiée. Il faut dire aussi que l’acoustique cathédralesque du Dominikerbau qui fut pendant plus de quarante ans la salle de concert et d’enregistrement des Bamberger, qui se sont dotés en 1993 d’une magnifique Konzerthalle sur les bords de la Regnitz, n’a pas été un cadeau pour des preneurs de son devant jouer avec une résonance conséquente.

    La poigne de Fritz Lehmann

    Redécouverte principale, le peu médiatisé Fritz Lehmann est reconnaissable par sa poigne et la carrure de son jeu de cordes à une époque où l’orchestre ne brillait pas par sa discipline. Un très beau Roméo et Juliette de Tchaïkovski, une ouverture Manfred de Schumann tendue, une étonnante Huitième de Dvořák, trop vissée pour être idiomatique mais d’une énergie rustique bien à elle, sont ainsi à réévaluer. Dans les grandes gravures des premières années, citons aussi la Sérénade Haffner par Ferdinand Leitner, d’un style royal, tout comme l’introspection douloureuse de Wilhelm Kempff avec le même maestro dans le Concerto en ut mineur de Mozart.

    Rudolf Kempe n’est pas oublié, dans un CD d’extraits de la Fiancée vendue (en allemand) et surtout une Inachevée de Schubert très sombre et agitée, incandescente aux cuivres, tout comme Eugen Jochum dans une imperturbable Jupiter de Mozart des années 1980. Parmi les inclassables, retenons les Lieder eines fahrenden Gesellen en live avec un Jascha Horenstein abrasif mais un orchestre dépassé et un Norman Foster contraint à octavier ses aigus, ainsi qu’une Quatrième de Mahler par István Kertész plus bucolique que nature, tirant vers les Prés et bois de Bohême, là encore avec des musiciens fragiles.

    L’ère des progrès fulgurants

    C’est pendant le mandat (1985-2000) du solide Horst Stein que l’orchestre a commencé à trouver sa vitesse de croisière, tenu fermement par un Kapellmeister à l’art peu souriant, très germanique mais accouchant de belles plages (Première de Brahms, Quatrième de Bruckner), trop statique dans Rienzi mais d’une grandeur magistrale dans la Symphonie alpestre. Les progrès s’accélèrent encore sous le règne (2000-2016) du Britannique Jonathan Nott, tant dans une Première de Mahler parfaitement maîtrisée que dans l’un des rares Sacre du printemps grisants par un orchestre allemand, ou encore un live à marquer d’une pierre blanche des Quatre derniers Lieder avec une Genia Kühmeier au rayonnement unique, à l’aigu adamantin, et une direction extatique.

    Autres grands moments sur le vif de la riche année 1995, de brûlantes Métamorphoses de Strauss par Sinopoli, une magnifique Quatrième de Brahms par Blomstedt, et la Neuvième de Bruckner pleine d’urgence et d’électricité sous la férule de Günter Wand, plus dramatique que d’ordinaire. Pour finir, testez (mais gare aux tympans !) la plage 6 du CD 8, pour retrouver en 1974 Antal Dorati en studio dans une Danse slave en sol mineur de Dvořák parmi les plus déchaînées qu’on ait entendues.

    Un très beau coffret, avec huit inédits sur le vif, deux en studio, un livret (anglais-allemand seulement) retraçant l’histoire de l’orchestre avec des illustrations des premières pochettes LP et de jolies photos, ainsi qu’un index des pièces jouées, et les informations sur les enregistrements, dont les licences d’autres maisons de disques acquises pour cette anthologie transpartisane.

     
    Yannick MILLON


     

  • 1er déc. : Faust et Haitink à Baden-Baden
  • 2. déc : Berliner Philharmoniker - Great Symphonies
  • 3 déc. : Europakonzert 2015
  • 4 déc. : Anthologie Schubert Wilhelm Kempff
  • 5 déc. : Mahler 7 Chailly Leipzig
  • 6 déc. : Mahler 5 Nelsons Lucerne
  • 7 déc. : Quatuor Diotima École de Vienne
  • 8 déc. : Wozzeck à l'Opéra de Zurich
  • 9 déc. : Schwarzkopf - les 78 tours
  • 10 déc. : Lulu au Met
  • 11 déc. : Riccardo Chailly, A Journey for Life
  • 12 déc. : Antonio Pedrotti à Prague
  • 13 déc. : Currentzis et Isserlis à Bruges
  • 14 déc. : Lohengrin Knappertsbusch Munich
  • 15 déc. : Tristan et Isolde à Bayreuth
  • 16 déc. : Passion selon saint Jean Jacobs
  • 17 déc. : Dardanus à l'Opéra de Bordeaux
  • 18 déc. : Centenaire Dutilleux Erato
  • 19 déc. : Fidelio à Salzbourg
  • 20 déc. : La Jacquerie au festival de Montpellier
  • 21 déc. : Les 70 ans des Bamberger Symphoniker
  • 22 déc. : Parsifal à l'Opéra de Berlin
  • 23 déc. : The art of Nikolaus Harnoncourt
  • 24 déc. : Coffret Armin Jordan ICON
  • 25 déc. : Intégrale Warner Sviatoslav Richter
     



  •   A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com