altamusica
 
       aide















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




SELECTION CD 19 août 2018

Cadeaux de Noël 2017



À l’approche des fêtes, Altamusica vous propose pendant la période de l'Avent une sélection de DVD-Blu-ray et de coffrets CD puisée dans les parutions particulièrement marquantes de l'année. Au total pour cette édition 2017, une douzaine d'objets discographiques et vidéographiques répartis sur le mois de décembre qui feraient de très beaux cadeaux de Noël pour vos proches.

Aujourd’hui, Intégrale Cluytens ERATO



Le 01/12/2017
Yannick MILLON
 

  • Uthal d'Étienne-Nicolas Méhul
  • Turandot à la Scala
  • Sélection La Dolce Volta
  • Fritz Busch à Glyndebourne
  • DVD Danse BelAir
  • Sibelius Berglund Helsinki
  • Documentaires Klemperer ARTHAUS
  • Karl Böhm ICON
  • Lulu à l'Opéra de Munich
  • Christian Ferras ICON
  • Intégrale Schumann Dana Ciocarlie
  • Intégrale Cluytens ERATO
      [ Toutes les parutions ]


  • Les 3 derniers dossiers
  • Les "indispensables" Bach de nos critiques

  • Telefunken Legacy : le nec plus ultra des collections historiques

  • Les dernières parutions pour l'année Bach

    [ Tous les dossiers CD ]


     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)


  •  

     Sibelius Berglund Helsinki

    L’essence de Sibelius



    Jean Sibelius (1865-1957)
    Symphonies 1-7
    Aallottaret, op. 73
    Finlandia, op. 26
    Tapiola, op. 112
    Oma maa, op. 92
    Tulen synty, op. 32
    Kullervo, op. 7
    Eeva-Liisa Saarinen, mezzo-soprano
    Jorma Hynninen, baryton
    State Academic Male Choir of the Estonian S.S.R.
    Helsinki University Male Choir
    Helsinki Philharmonic Orchestra
    direction : Paavo Berglund
    Enregistrements : Culture Hall, Helsinki ; Tooting All Saints Church, Londres, 1984-1987
    5 CD Warner Classics 0190295869151




    Pendant une carrière longue de cinquante ans, Paavo Berglund (1929-2012), l’un des très rares gauchers à avoir refusé le diktat voulant que tout chef doit diriger la baguette dans la main droite, s’est inlassablement consacré à la popularisation du plus grand compositeur de sa terre natale, Jean Sibelius. Et s’il excellait dans bien d’autres répertoires, c’est autour du Finlandais qu’il a assuré sa postérité, avec pas moins de trois intégrales de ses symphonies.

    La première, avec l’Orchestre symphonique de Bournemouth (1972-1978), province si éloignée de la nature indomptée de Järvenpää, reste à nos yeux la plus fervente, la plus dramatique, appuyant son militantisme sur la transmission d’un répertoire dont ce coin d’Angleterre ignorait tout, et laisse transparaître à chaque instant une foi de bâtisseur, une ferveur de pionnier. Une magnifique réédition Warner nous l’a rendue en 2013 à un prix dérisoire (mais sans Kullervo, qu’on trouve toujours dans la collection Gemini). La troisième, avec l’Orchestre de chambre d’Europe (1995-1997) pour Finlandia Records, est l’ultime remise sur le métier de lectures toujours plus chambristes et décantées au fil des ans, aux côtés d’un orchestre qui venait de rajeunir Beethoven avec Harnoncourt.

    La deuxième, qui nous intéresse aujourd’hui, elle aussi chez Warner et à tout petit prix, est en quelque sorte le point d’équilibre, le juste milieu entre l’énergie râpeuse des débuts et la tendance tardive à l’abstraction. Elle signe surtout un retour aux sources avec la plus atavique des phalanges sibéliennes, ce Helsinki Philharmonic fondé par Robert Kajanus, ami intime du compositeur qui enregistra – mais en Angleterre avec deux orchestres britanniques – parmi les premières versions de certaines de ses symphonies au tout début des années 1930.

    Un demi-siècle plus tard (1984-1987), Berglund aborde son intégrale médiane avec un souci d’authenticité visant à épurer les sonorités, à amincir considérablement des cordes qui en groupe ne prennent jamais le pas sur des bois en solo beaucoup moins individualisés qu’à Bournemouth, et sur des cuivres affinés mais d’une constante présence discrète. Finis les effets de masse, les crescendi titanesques et les climax telluriques, au profit d’un trait scandinave fin et lumineux. Et au final, on serait tenté de conseiller cette intégrale comme première version à acquérir des symphonies, tant ses sonorités minérales sont l’essence même de Sibelius.

    On y trouvera une Septième Symphonie tendue comme un fil où les timbres ont la pureté du diamant, où le flux sonore n’est jamais statique y compris dans une manière de refus de l’apogée finale, une Deuxième au tempo beaucoup plus adapté que la retenue excessive de la décennie précédente, et dans l’ensemble une esthétique du ventre creux aux contours austères, si peu souriants, à travers cet art pour le moins éloigné de la grande tradition symphonique – des Océanides très mobiles aux textures impalpables.

    Berglund se perd d’ailleurs cette fois dans Tapiola à force de survol, d’une rapidité inouïe parmi ses quatre enregistrements, et dans un Kullervo (1985) dépourvu du bouillonnement épique de Bournemouth (1970), malgré une mezzo sans doute meilleure. Parmi les autres compléments, un Finlandia bruyant vaut mieux qu’un chœur parfois très faux – et pas même crédité – dans la petite cantate Notre pays natal, beaucoup moins aboutie que l’Origine du feu, qui bénéficie du concours de Jorma Hynninen, déjà très solide Kullervo.

    Au total, un coffret de 5 CD à considérer comme une excellente base discographique pour partir à la découverte de l’un des meilleurs symphonistes de l’histoire de la musique.

     
    Yannick MILLON


     

  • Uthal d'Étienne-Nicolas Méhul
  • Turandot à la Scala
  • Sélection La Dolce Volta
  • Fritz Busch à Glyndebourne
  • DVD Danse BelAir
  • Sibelius Berglund Helsinki
  • Documentaires Klemperer ARTHAUS
  • Karl Böhm ICON
  • Lulu à l'Opéra de Munich
  • Christian Ferras ICON
  • Intégrale Schumann Dana Ciocarlie
  • Intégrale Cluytens ERATO
     



  •   A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com