altamusica
 
       aide















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
dťsinscription




SELECTION CD 27 février 2021

Variations ou improvisations ?



Sans Glenn Gould, on ne se serait sans doute jamais demandé si les Variations Goldberg de Bach sonnent mieux au piano ou au clavecin, tant ses différentes versions ont marqué l'interprétation de cette partition. Sony réédite un enregistrement pris sur le vif en 1958.


Le 23/04/2001
Gérard MANNONI
 

  • Variations ou improvisations?
      [ Toutes les parutions ]


  • Les 3 derniers dossiers
  • Les "indispensables" Bach de nos critiques

  • Telefunken Legacy : le nec plus ultra des collections historiques

  • Les derni√®res parutions pour l'ann√©e Bach

    [ Tous les dossiers CD ]


     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)


  •  

     Variations ou improvisations?

    Variations Goldberg BWV 988 de Johann Sebastian Bach

    Inventions à trois parties BWV 788-802
    Glenn Gould, piano
    1 CD Sony SBK 89559


    Tout au long de sa vie de pianiste, Gould n'a cessé de questionner les Variations Goldberg, sa partition fétiche. La "nouvelle" version que propose Sony date de 1959 et a été réalisée en direct au Festival de Salzbourg. Pour mémoire, ses dernières Goldberg furent captées en studio, en 1981, un an avant la mort de cet interprète mythique.

    Comme tous les enregistrements pris sur le vif, ce récital salzbourgeois bénéficie d'une aura particulière, proche de l'improvisation. Dès l'exposé de l'Aria, il y a une qualité de concentration et une densité tout à fait exceptionnelle. Le prodige avec Gould est ce mélange de rigueur et de personnalité, ce que d'aucuns considèrent parfois comme de la fantaisie, mais que d'autres estiment relever d'une authenticité musicale absolue.

    Par comparaison, l'approche d'un Barenbo√Įm ou d'une Nicolaieva ne manquent jamais de mettre en valeur la po√©sie du texte, son √©criture si stricte et si inspir√©e, mais Gould lui donne litt√©ralement l'impression qu'il improvise et r√©invente la partition.

    Entre les tempi survoltés de ses premiers enregistrements et le dernier tellement plus serein, plus réfléchi, on retrouve toujours la même constante : cette partition est la sienne et, par on ne sait quelle dérogation divine, il jouit à son égard de la même liberté que Johann Sebastian Bach lui-même. C'est pourquoi chacune de ses "Gouldberg" est captivante et happe l'auditeur dès les premières notes.

    Les Inventions à trois parties qui complètent le disque ont été enregistrées, en direct aussi, à Moscou deux ans auparavant, en 1957. Moins impressionnantes par nature, elles bénéficient d'une lecture non moins géniale.

     

     

  • Variations ou improvisations?
     



  •   A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com