altamusica
 
       aide















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
dťsinscription




SELECTION CD 20 octobre 2019

Strauss sans ombres



Critique musical au Sunday Telegraph, auteur d'ouvrages sur Mahler, Britten et Elgar, collaborateur à l'Oxford Dictionary of Music, Michael Kennedy a publié une biographie fervente de Richard Strauss qui ne néglige pourtant pas l'épineuse question des relations du compositeur avec le régime d'Hitler. Elle vient d'être traduite.


Le 06/08/2001
Françoise MALETTRA
 

  • Strauss sans ombres
      [ Toutes les parutions ]


  • Les 3 derniers dossiers
  • Les "indispensables" Bach de nos critiques

  • Telefunken Legacy : le nec plus ultra des collections historiques

  • Les derni√®res parutions pour l'ann√©e Bach

    [ Tous les dossiers CD ]


     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)


  •  

     Strauss sans ombres

    Richard Strauss par Michael Kennedy
    Editions Fayard, 616 pages, 180,40 FF.

    D'entrée de jeu, Michael Kennedy avertit le lecteur qu'il est un admirateur inconditionnel de Richard Strauss. Même s'il admet " l'aversion, voire la franche hostilité que son oeuvre inspire à certains ", il annonce qu'il ne fera pas perdre son temps au lecteur en croisant le fer inutilement : " c'est à ceux qui n'aiment pas la musique de Strauss d'écrire un livre pour se justifier ". C'est clair !

    Second avertissement : il ne faut pas s'attendre non plus à une analyse systématique et subtile de l'oeuvre. Kennedy n'entend pas grossir la littérature spécialisée, excellente, suffisamment abondante, et à la portée de tous. Ce qui l'intéresse, c'est l'homme, sa vie, son parcours, ses rapports conflictuels avec son temps, ses contradictions et ses zones d'ombre (en particulier, les relations entre le musicien et le Troisième Reich, selon lui mal explorées et trop souvent dans un esprit partisan).

    En cela, son livre est bien la premi√®re biographie raisonn√©e du compositeur du Chevalier √† la rose, qu'il suit pas √† pas et sans complaisance. On voit bien, par exemple, comment le jeune homme exub√©rant et extraverti des ann√©es munichoises, va se transformer insensiblement en un homme froid et distant, ignorant avec hauteur les avanc√©es musicales de son √©poque, apr√®s avoir √©t√© c√©l√©br√© comme l'ap√ītre du modernisme, de Don Juan jusqu'√† Elektra, et avant d'√™tre stigmatis√© comme un conservateur d√©sesp√©r√©ment accroch√© √† la tonalit√©, ou pire, comme "¬†un volcan √©teint¬†".

     
    Appel à témoin


    Pour clore le débat, Kennedy lance un appel à témoin, et c'est Glenn Gould qui répond le premier : " Richard Strauss est une de ces rares figures intenses qui défient tout le processus de l'évolution de la musique ". Donc, l'homme est : l'allemand, militant farouche de l'art et de la culture de son pays, le bourgeois, profondément attaché aux valeurs familiales, et le musicien habité par l'objectif majeur de " rendre l'art possible, puisqu'il est la seule réalité de la vie ".

    Des relations complexes et parfois tendues avec son librettiste Hugo von Hoffmannsthal, Kennedy retient le face √† face de deux temp√©raments fondamentalement oppos√©s. Hoffmannsthal est lunatique, suffisant et solitaire alors que Strauss est √©gocentrique et pragmatique¬†: deux hommes qui pourtant se reconna√ģtront "¬†n√©s l'un pour l'autre¬†" et feront triompher Le Chevalier √† la rose sur toutes les sc√®nes du monde et r√©inventeront √† leur mani√®re la commedia dell'arte avec Ariane √† Naxos.

    Avec le dossier des années noires (1933-1949), on touche la partie la plus sensible du livre, la plus argumentée, avec nombre de pièces à conviction souvent inédites, sur l'attitude de Strauss lors de l'arrivée des nazis au pouvoir, de l'homme qui n'avait jamais admis la défaite de la première guerre mondiale, et qui écrivait en 1918 : " Je tiens toujours la tête droite, convaincu que l'Allemagne est trop solide pour sombrer dans un déclin aussi complet ".

    Des faits, rien que des faits. 1933¬†: il a soixante-neuf ans, il dirige l'Op√©ra de Vienne o√Ļ sa politique musicale sera tr√®s vite contest√©e (Berg, Stravinsky, Janacek n'y auront pas droit de cit√©), comme seront reproch√©es au chef, qui n'a pas renonc√© √† sa carri√®re internationale, ses absences r√©it√©r√©es, son "¬†go√Ľt pour le tourisme¬†", et son peu d'empressement √† s'occuper de l'institution qu'on lui a confi√©e.

     
    Entre Hitler et Zweig


    Hitler, lui, a remporté les élections, plébiscité par des millions de jeunes, vomi par d'autres qui espèrent que le cauchemar sera sans lendemain. Accusé d'antisémitisme après " l'affaire Bruno Walter " (il avait accepté de remplacer au pied levé le chef jugé indésirable), il ne prendra pas la peine de se défendre. Il le fera plus tard, trop tard. Mais il commande au juif Stefan Zweig l'adaptation de la comédie de Ben Jonson " La femme silencieuse ".

    Pas un instant il n'a pensé à quitter son pays pour marquer son opposition au régime. " Voulez-vous savoir pourquoi ", déclare Otto Klemperer ? " Parce que l'Allemagne possède 56 opéras et l'Amérique seulement 2 ! ". Il s'en expliquera plus tard, encore trop tard. Pire, il accepte de diriger à Bayreuth (" Wagner est un Dieu, et Bayreuth une terre sainte ").

    Hitler qui l'idol√Ętre et entend faire de lui la caution morale du r√©gime, le nomme Pr√©sident de la Chambre de Musique du Reich. Strauss accepte "¬†au nom de la corporation musicale allemande, devant la perspective d'une intimit√© retrouv√©e entre le peuple et la musique, telle qu'elle existait au seizi√®me si√®cle.¬†" Le pi√®ge va se refermer. La gestapo intercepte une lettre du musicien adress√©e √† Zweig, dans laquelle il assurait l'√©crivain de son ind√©fectible estime et lui demandait de continuer de collaborer avec lui, mais "¬†en secret¬†".

     
    La disgr√Ęce et l'exil


    Imm√©diatement apr√®s sa cr√©ation, La femme silencieuse sera frapp√©e d'interdit. Zweig s'exilera au Br√©sil, o√Ļ il se suicidera quelque temps apr√®s. On "¬†sugg√®re¬†" au compositeur de d√©missionner de son poste de pr√©sident de la Chambre de musique, ce qu'il fait sur le champ. C'est le temps de la disgr√Ęce qui s'annonce. Le vieil homme demande une entrevue √† Hitler pour √©lucider les termes de la lettre¬†: "¬†elle n'exprimait, ni le fond de ma pens√©e, ni ma conception du monde¬†". Hitler ne r√©pondra pas.

    Strauss se remet au travail¬†: Daphn√©, L'Amour de Dana√ę, Capriccio. Mais la guerre est perdue. Goebbels a ferm√© tous les th√©√Ętres d'op√©ra. Hitler se suicide le 30¬†avril l945. √Ä Garmisch o√Ļ il s'est r√©fugi√© pour achever ses Metamorphoses, le musicien re√ßoit la visite d'un officier am√©ricain, venu demander des comptes. "¬†Je suis Richard Strauss¬†!¬†".

    L'officier s'incline. Le jour de ses 80 ans, on lui adresse le procès-verbal le concernant au titre de la dénazification. Il plaide en sa faveur. Le compositeur meurt le 8 septembre 1949. Le 22 mai 1950, Kirsten Flagstad crée les Quatre derniers Lieder à l'Albert Hall de Londres.

    Libéré du strict travail du biographe, Michael Kennedy reprend alors l'éloge interrompu au début du livre, et prononce une vibrante plaidoirie : " Est-il inconvenant de reprocher à un musicien de ne pas s'être conduit en héros politique ? Alors même que régnait le mal absolu, il a permis à la lumière de l'art de continuer de briller ".

    Courage, lecteur, il va falloir juger en votre √Ęme et conscience


     

     

  • Strauss sans ombres
     



  •   A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com