altamusica
 
       aide















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
dťsinscription




SELECTION CD 31 octobre 2020

Des Goldberg canon



En conclusion de plusieurs années de rodage en concert, Céline Frisch vient d'enregistrer ces Variations Goldberg qui ont révélé son tempérament de virtuose du double clavier et des cordes pincées. En prime, son album propose une perspective originale sur les 14 canons associées à ces mêmes Goldberg.


Le 15/11/2001
Eric SEBBAG
 

  • Des Goldberg canon
      [ Toutes les parutions ]


  • Les 3 derniers dossiers
  • Les "indispensables" Bach de nos critiques

  • Telefunken Legacy : le nec plus ultra des collections historiques

  • Les derni√®res parutions pour l'ann√©e Bach

    [ Tous les dossiers CD ]


     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)


  •  

     Des Goldberg canon

    Variations Goldberg de J.-S. Bach
    Variations Goldberg, BWV 988
    14 canons sur les huit premières notes de basse de l'Aria des Variations Goldberg BWV 1087

    Céline Frisch, clavecin d'après Silbermann réalisé par Anthony Sidey & Frédéric Bal

    Ensemble Caf√© Zimmermann :
    Dominique Visse : T√©nor
    Pablo Valetti, Claire Cachia & David Plantier, Violons
    Sabine Bouthinon, Alto - Petr Skalka, Violoncelle - Ludek Brany, Contrebasse
    2 CD Alpha 014


    Sur l'ensemble des compositions que l'on conna√ģt, Johann Sebastian Bach ne brille pas pour son recours aux techniques de l'ostinato (ligne de basse r√©p√©t√©e tout au long d'une pi√®ce), si pris√©es de ses contemporains.

    Comme contributions √©videntes (mais parcimonieuses √† l'√©chelle de son immense corpus), on retient √©videmment la grande Passacaille avec son motif de basse hypnotique et la Chaconne pour violon seul o√Ļ l'√©l√©ment de basse devient virtuel car l'instrument ne peut le tenir.

    Si ce n'est quelques usages dans sa musique vocale, Bach n'aura d√©cid√©ment pas √©t√© le champion de la basse obstin√©e ; mais il est vrai que la facilit√© n'a jamais √©t√© un penchant naturel chez lui.

    Red√©couverts en 1975, les 14 canons associ√©s aux variations Goldberg constituent a contrario presque un pied de nez savant √† cette technique de la basse " t√™te de mule " (dont l'Offrande Musicale avait d√©j√† un d√©voil√© le proc√©d√©).

    D'une même basse, Bach a édifié des minuscules pièces dont la géométrie totalement symétrique autorise des lectures dans tous les sens et en boucle infinie. La réalisation instrumentale n'étant pas spécifiée, les interprètes sont libres de leur créativité et ici, la qualité première de la réalisation du Café Zimmermann est ne pas avoir négligé la dimension humoristique de l'entreprise.

    Impossible de ne pas noter le déhanchement de la basse, l'espièglerie des violons et de ne pas sourire au jeu de ces musiciens séquestrés volontaires dans leurs propres boucles musicales. Sans compter la conclusion en chansons dont les thèmes sont cités dans la dernière variation des Goldberg. Une occasion savoureuse de découvrir Dominique Visse à cheval sur les registres de ténor et contre-ténor.

    Mais naturellement, ce sont les Variations Goldberg qui constituent la substance premi√®re de cet album ; un enregistrement qui vient d'ailleurs couronner plusieurs ann√©es de r√©citals pour la claveciniste C√©line Frisch.

    Ici, le chemin parcouru et la maturité acquise sont manifestes. Les tempi se sont assagis, et en même temps densifiés, alors que la variété d'ensemble est beaucoup plus sensible. Pourtant la caractéristique saillante de cette lecture reste son unité.

    Même si leur majestueuse et volubile architecture le dissimule complètement, toutes les variations des Goldberg s'appuient sur une même basse dont le génie de Bach a su vaincre l'obstination. Toute la force de l'interprétation de Céline Frisch est de le faire sentir, de jouer d'un même souffle la partition comme s'il s'agissait d'une grande chaconne.

    Typiquement, voil√† une version qui n'est pas faite pour les √©coutes compar√©es variation par variation, car prises individuellement et malgr√© le toucher souverain de la claveciniste, on trouvera souvent plus de qualit√©s chez des ma√ģtres comme Leonhardt ou Gould.

    Mais comme ces tableaux que l'on apprécie qu'avec du recul, ces nouvelles Goldberg engendrent sur la durée leur propre profondeur de champs, un canon de la vertu pour le redoutable instrument soliste qu'est le clavecin.




     

     

  • Des Goldberg canon
     



  •   A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com