altamusica
 
       aide















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




SELECTION CD 31 octobre 2020

Tosca en bande originale



En même temps que le film Tosca de Benoit Jacquot, EMI publie la bande originale avec Antonio Pappano à la tête de l'Orchestre du Royal Opera House de Covent Garden. Sans égaler la réussite de La Bohème avec Chailly, le couple Alagna-Gheorghiu signe une version aussi vivante que la pellicule.


Le 17/11/2001
Gérard MANNONI
 

  • Tosca en bande originale
      [ Toutes les parutions ]


  • Les 3 derniers dossiers
  • Les "indispensables" Bach de nos critiques

  • Telefunken Legacy : le nec plus ultra des collections historiques

  • Les dernières parutions pour l'année Bach

    [ Tous les dossiers CD ]


     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)


  •  

     Tosca en bande originale

    Tosca de Giacomo Puccini

    Chorus of the Royal Opera House Covent Garden
    Tiffin Boys' Chorus
    Orchestra of the Royal Opera House Covent Garden
    Direction : Antonio Pappano

    Avec Angela Gheorghiu (Tosca)- Roberto Alagna (Mario Cavaradossi)- Ruggero Raimondi (Il barone Scarpia)- Maurizio Muraro (Cesare Angelotti)- Enrico Fissore (Sagristano)- David Cangelosi (Spoleta)- Sorin Coliban (Sciarrone)- Gwynne Howell (Il carciere)- James Savage-Hanford (Un pastore).
    2 CD EMI 5 57216 2


    La qualité première de cet enregistrement est une impression de vie intense, de passions vécues à cent à l'heure, avec beaucoup d'authenticité. C'est assez rare dans le monde du disque d'opéra aujourd'hui pour être souligné.

    La direction très colorée, énergique et nuancée de Pappano y est pour beaucoup, mais l'investissement personnel des interprètes aussi. Roberto Alagna est avec Vargas, Cura et Alvarez l'un des quatre grands ténors du moment.

    Son engagement, sa sincérité, la tenue ici exemplaire de la voix, en font un Cavaradossi d'exception, l'enregistrement lui permettant de ne jamais forcer ses moyens qui ne sont déjà pas des moindres. Il est touchant, musical, vrai.

    Ruggero Raimondi n'a plus la voix de ses trente ans. Il a en revanche une expérience d'autant plus riche que c'est un artiste très intelligent et un acteur exceptionnel comme le rappelle le film.

    Alors son Scarpia est aussi tranchant que le couteau qui le tue, mais d'une sensualité absolue, d'une perversité aussi dévastatrice que tourmentée. Après tout, la plupart des grands Scarpia de notre époque étaient plus de grands comédiens que des chanteurs " à voix ", ne seraient-ce que Gobbi et Bacquier.

    Tous les seconds rôles sont parfaits. Reste le cas de la Tosca d'Angela Gheorghiu. Quoi que prétende cette belle cantatrice en passe de devenir la nouvelle victime d'une médiatisation excessive, elle n'est pas faite pour tout chanter et Tosca se situe certainement un peu au-delà de ses possibilités naturelles.

    Elle est beaucoup plus Traviata, Manon ou Mimi. Si on peut néamoins se satisfaire de son timbre séduisant et d'un sens dramatique incontestable elle ne peut soutenir la comparaison avec une Leontyne Price, une Tebaldi, ni bien sûr une Callas.

    Alors, gardons la tête froide devant le raz-de-marée médiatique que la belle roumaine en Rollex récupère au maximum pour son compte et, tout en admirant son métier, il est difficile de la considérer comme le phénomène vocal du nouveau millénaire ni la Tosca du siècle naissant.

    Lire aussi les critiques du film

     

     

  • Tosca en bande originale
     



  •   A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com