altamusica
 
       aide















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
dťsinscription




SELECTION CD 30 octobre 2020

Une baguette à vif



Hitler a contrari√© sa carri√®re, la concurrence d'un blanc-bec aux dents longues ¬Ė un certain Karajan ¬ó lui a donn√© envie de travailler sans rel√Ęche pour d√©montrer que l'art de la direction d'orchestre n'est pas une affaire de marketing, tel √©tait le grand " Furt " tel que le pr√©sente une biographie √† vif de G√©rard G√©fen.


Le 27/11/2001
Françoise MALETTRA
 

  • Une baguette √† vif
      [ Toutes les parutions ]


  • Les 3 derniers dossiers
  • Les "indispensables" Bach de nos critiques

  • Telefunken Legacy : le nec plus ultra des collections historiques

  • Les derni√®res parutions pour l'ann√©e Bach

    [ Tous les dossiers CD ]


     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)


  •  

     Une baguette √† vif

    Wilhelm Furtwängler, La puissance et la gloire
    (Suivi de  Je n'ai pas c√©d√© , texte in√©dit de Wihelm Furtw√§ngler)
    Par Gérard Gefen
    Préface d'Elisabeth Furtwängler

    Editions L'Archipel, 300 pages, 150,54 F (22,95 Euros)


     " Je n'ai pas c√©d√©. Pourquoi, moi, un allemand de vieille souche, aurais-je d√Ľ quitter ma patrie aim√©e, peut-√™tre sans espoir de retour ? Parce que je n'√©tais pas d'accord avec son gouvernement ? Parce que je connaissais trop bien dans quelle atmosph√®re de pression morale les meilleurs allemands devaient vivre ? Me fallait-il la quitter, alors que je ne lui serais peut-√™tre jamais plus utile qu'√† ce moment-l√† ? Je ne pus l'admettre " .

    Qui parle ? Un des plus grands chefs d'orchestre de notre temps, une l√©gende, et un destin contrari√© par la mont√©e du national-socialisme et l'arriv√©e d'Hitler au pouvoir : Wilhelm Furtw√§ngler (1886-1954). Un homme pris, entre les deux guerres, dans les filets des chasseurs de sorci√®res qui l'accus√®rent √† la fin des hostilit√©s de complicit√© passive avec les sinistres dirigeants du troisi√®me Reich.

    Un musicien, qui en 1945 se r√©fugie en Suisse pour tenter de restaurer son honneur, et r√©dige un vibrant plaidoyer o√Ļ il d√©nonce point par point le syst√®me qui a failli le d√©truire, et l'usage d√©voy√© du g√©nie allemand par les nazis.

     " Vrai : je suis avant tout musicien, et j'ai cru que la musique, par son caract√®re et sa nature m√™mes, risquait moins que tout autre art d'√™tre profan√©e par la politique. Vrai : j'ai aid√© beaucoup d'Allemands, artistes ou non, √† s'expatrier. Vrai : J'ai sous-estim√© la puissance de la propagande. Vrai : en 1934, j'ai d√©missionn√© de toutes mes fonctions officielles et de l'Orchestre Philharmonique de Berlin (mais il le dirigera pendant vingt ans, en " chef invit√© " !). Faux : je n'ai jamais accept√© de diriger dans un pays occup√© par l'Allemagne [
    ] ".


    Un document central, une pi√®ce in√©dite √† verser au " dossier Furtw√§ngler ", qui vient s'ajouter √† une autre, toujours au nom de la l√©gitime d√©fense :  Pourquoi j'ai quitt√© l'Allemagne , publi√©e il y a quelques ann√©es. Et il est passionnant de mettre ce texte en perspective avec les deux importantes parties du livre consacr√©es √† la vie et √† l'h√©ritage du grand chef.

    Dans la premi√®re, G√©rard Gefen esquisse une analyse de la personnalit√©, qui selon lui reste une √©nigme :  r√©serv√©, grave, aust√®re, un regard p√©n√©trant et lointain que rien ne pouvait distraire, un long corps embarrass√© de lui-m√™me, un peu maladroit, une sorte d'albatros musical que la hauteur de sa pens√©e emp√™che de parler.

    Dans la seconde, il dresse la liste de ses certitudes et de ses contradictions : son interpr√©tation post-romantique de la musique baroque, son m√©pris de la science musicologique en mati√®re d'instrumentation et d'√©tablissement des partitions, et en m√™me temps la versatilit√© de ses interpr√©tations, ses id√©es sur le tempo et le rubato, sa m√©fiance quant √† l'atonalisme, alors qu'il n'h√©site pas √† diriger Schoenberg, et m√™me √† le cr√©er. En fait, un anachronisme grandiose qui le fait √©tranger aux modes ou aux avanc√©es des nouvelles √©critures.

    Ce que l'on retrouvera chez Furtw√§ngler compositeur, hostile √† toute id√©e de progr√®s en art, refusant  " la pr√©tendue d√©livrance de la musique par le s√©rialisme " , se disant h√©ritier de la pure tradition allemande, celle des Brahms et des Bruckner, √† la recherche d'une vision  " simple, grande et monumentale ".

    Chaque chapitre du livre est pr√©c√©d√© de rep√®res chronologiques qui facilitent la lecture. On y trouve une discographie tr√®s compl√®te et largement comment√©e (avec les " vrais " et les " faux " enregistrements
    ), une s√©lection d'archives sonores o√Ļ Furtw√§ngler " parle ", et en cadeau, un single o√Ļ il dirige des extraits d'oeuvres de Beethoven, Schubert, Weber, Brahms, et Johann Strauss fils, √† la t√™te du Philharmonique de Vienne. Une somme d√©sormais incontournable sur le grand " Furt ".

     

     

  • Une baguette √† vif
     



  •   A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com