altamusica
 
       aide















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
dťsinscription




SELECTION CD 08 mars 2021

Les trouvailles de Muti



Avec son A√Įda controvers√©e, Nikolaus Harnoncourt a au moins montr√© qu'il existe un autre Verdi. Un Verdi qui ne sacrifie pas tout son orchestre au cirque vocal et √† la surench√®re des d√©cibels. On s'attendait moins √† ce qu'un Riccardo Muti en fasse de m√™me, d'ailleurs presque de concert chronologiquement.


Le 12/02/2002
Gérard MANNONI
 

  • Les trouvailles de Muti
      [ Toutes les parutions ]


  • Les 3 derniers dossiers
  • Les "indispensables" Bach de nos critiques

  • Telefunken Legacy : le nec plus ultra des collections historiques

  • Les derni√®res parutions pour l'ann√©e Bach

    [ Tous les dossiers CD ]


     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)


  •  

     Les trouvailles de Muti

    Le Trouvère de Giuseppe Verdi
    Coro del Teatro alla Scala
    Orchestra del Teatro alla Scala-
    Direction : Riccardo Muti
    Avec Salvatore Licitra (Manrico), Barbara Frittoli (leonora), Leo Nucci (Il conte di Luna), Violetta Urmana (Azucena), Giorgio Giuesppini (Ferrando), Ernesto Gavazzi (Ruiz), Tiziana Tramonti (Ines), Francesco Biasi (une messo), Ernesto Panariello (un vecchio zingaro)
    2 CD Sony S2K 89553


    Les habitu√©s de la Scala se rappellent certainement le scandale de la premi√®re de cette production : le jeune t√©nor Salvatore Licitra, d√©couverte conjointe de Riccardo Muti et de Renata Tebaldi, n'avait pas chant√© le contre ut √† la fin de l'air de Manrico Di quella pira.

    On crut √† une faiblesse technique. C'√©tait un choix volontaire du maestro se r√©f√©rant √† la partition originale o√Ļ cette note ne figure pas.

    Ce choix tenait aussi au d√©sir d'accentuer le c√īt√© bel cantiste de l'oeuvre au d√©triment de ses aspects h√©ro√Įques. D'o√Ļ √©galement la pr√©sence de Barbara Frittoli en Leonore. Cet enregistrement r√©alis√© en direct est donc le reflet d'une interpr√©tation qui cherche √† sortir des sentiers battus en soulignant tout ce qui est lyrique, d√©licat et raffin√© dans la partition.

    Pari réussi à cet égard, les différents interprètes ayant les moyens correspondant à cette approche. Cela se traduit par de très beaux moments de dans les passages les plus cantabile et l'orchestre révèle effectivement bien des finesses que l'on attendait nettement plus tard dans l'oeuvre de Verdi avec Otello ou Falstaff.

    Le problème reste que le Trouvère est précisément un mélange de lyrisme et de vaillance, avec des contrastes parfois violents. Or si Licitra, Fritolli et même Nucci excellent dans la poésie et le legato, ils sont beaucoup plus faibles dans la vaillance.

    Seule la grande voix sombre de Violetta Urmana remplit ce contrat et se maintient égale de bout en bout. Cet enregistrement vaut cependant d'être entendu pour son approche orchestrale neuve, mais sans prétendre rivaliser avec les versions de références menées par une Callas, une Tebaldi, une Leontyne Price ou une Milanov. Une dimension vocale ici introuvable.




     

     

  • Les trouvailles de Muti
      [ Toutes les parutions ]
     



  •   A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com