altamusica
 
       aide















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




SELECTION CD 27 février 2021

Requiem les yeux fermés



Herbert von Karajan était fasciné par le Requiem de Verdi, au point de le reprendre sans cesse. Au sein de ces essais multiples, Arthaus restitue l'une de ses tentatives les plus abouties, par la grâce notamment d'un quatuor de rêve emmené par Leontyne Price : c'est lui qui fait le prix du DVD, malgré la présence de Clouzot à la caméra. Un DVD à écouter les yeux fermés.



Le 04/03/2002
Christian PETER
 

  • Requiem les yeux fermés
      [ Toutes les parutions ]


  • Les 3 derniers dossiers
  • Les "indispensables" Bach de nos critiques

  • Telefunken Legacy : le nec plus ultra des collections historiques

  • Les dernières parutions pour l'année Bach

    [ Tous les dossiers CD ]


     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)


  •  

     Requiem les yeux fermés

    Georges Clouzot filme le Requiem de Verdi par Herbert Von Karajan.
    Giuseppe Verdi : Requiem

    Leontyne Price, soprano
    Fiorenza Cossotto, mezzo-soprano
    Luciano Pavarotti, ténor
    Nicolaï Ghiaurov, basse

    Choeurs & Orchestre de la Scala de Milan
    Herbert von Karajan direction
    (Filmé par Henri-Georges Clouzot en 1967)

    1 DVD Deutsche Grammophon


    En 1967, la firme Unitel, spécialisée dans le film d'opéra, enregistrait à la Scala de Milan le Requiem de Verdi, avec une distribution de rêve. Le mélomane attendit, lui, plus de vingt ans avant de disposer de cette version, devenue mythique. D'abord éditée sous forme de VHS (1989) sous le label DGG, elle est aujourd'hui disponible en DVD. Cette oeuvre ne compte pas moins d'une cinquantaine ( !) de gravures en studio, auxquelles s'ajoutent de nombreuses captations sur le vif. Dans cette pléthorique discographie, les noms des solistes ici présents se retrouvent à plusieurs reprises, associés à des partenaires pas toujours adéquats. Le miracle est d'avoir réuni ce quatuor homogène – qui plus est au meilleur moment pour chacun. Au contraire de tant d'interprètes (et non des moindres) qui se sont aventurés au coeur de cette partition sans en posséder les moyens, tous quatre savent leur Verdi, en possèdent le style, et – cerise sur le gâteau – l'italianité.

    A quarante ans exactement, Leontyne Price est la digne héritière de Teresa Stolz, qui au même âge créa ce Requiem à Milan, après avoir été la première Aïda scaligère, entre autre rôles verdiens. " La " Price, autre immense Aïda, constituait déjà l'un des atouts maîtres de la version Reiner (RCA, 1959). Huit ans plus tard, l'aigu n'a rien perdu de sa splendeur, tandis que le medium plus ample et le grave plus assuré permettent à la cantatrice de dominer totalement sa partie ; et d'offrir un Libera me d'une intensité et d'une profondeur rarement égalées.

    Fiorenza Cossotto et Luciano Pavarotti, à l'époque déjà des valeurs sûres mais non encore des " stars ", surprennent. On connaît bien leurs incontestables qualités vocales, mais leurs débordements ultérieurs nous a un peu oublié qu'ils peuvent alors chanter avec retenue et sobriété, comme en témoigne ce DVD. Que l'on écoute, pour s'en convaincre, le timbre fruité de la mezzo dans un Liber scriptus intériorisé (plage 4), et la voix solaire du ténor, bouleversant d'humilité, dans son meilleur Ingemisco (plage 8). Nicolaï Ghiaurov réitère la performance qui fut la sienne avec Giulini (EMI, 1964). La voix est de bronze, elle a l'étendue et le volume requis. L'ombre de ses récents Philippe II (Don Carlos) plane sur son Confutatis autoritaire et désespéré (plage 9).

    Herbert von Karajan, de 1949 (EMI) à 1985 (DGG), n'a cessé de remettre son Requiem sur le métier. En cette année 1967, il trouve l'équilibre idéal en spiritualité et théâtralité, et ce sans excès démonstratifs (Dies irae, plage 2). Galvanisant l'orchestre et les choeurs de la Scala, il varie les coloris, multiplie les nuances – et laisse s'épanouir les voix sans les couvrir. La prise de son, très bonne pour son époque, trahit à peine son âge (quelques tutti forte opaques) ; et le DVD restitue la clarté et la dynamique que la VHS lui refusait.

    Etait-il nécessaire de convoquer Henri-Georges Clouzot pour cette réalisation ? Le grand cinéaste s'efface devant la musique ; il filme avec efficacité, faisant alterner habilement plans d'ensemble et plans rapprochés. Il capte parfois l'émotion sur un visage en gros plan, tout en laissant entrevoir la salle, vide : le spectateur est, en fait, derrière l'écran. Au sein d'une discographie – où les enregistrements inutiles, voire disqualifiés, sont légion – ce Requiem rejoint le peloton de tête des grands enregistrements de l'oeuvre, tous supports confondus. Autant dire qu'on peut l'écouter les yeux fermés !


     
    Christian PETER


     

  • Requiem les yeux fermés
     



  •   A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com