altamusica
 
       aide















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
dťsinscription




SELECTION CD 08 mars 2021

Marenzio fait tableau



Poursuivant leur exploration du r√©pertoire italien de la fin du XVIe si√®cle ¬Ė il est vrai qu'elle s'est quelque peu ralentie, depuis que le Concerto Italiano se consacre abondamment √† un r√©pertoire plus tardif ¬Ė, Rinaldo Alessandrini et son ensemble nous proposent de go√Ľter √† l'univers raffin√© de la Rome mani√©riste avec une anthologie de madrigaux √† cinq et six voix de Luca Marenzio.


Le 06/03/2002
Christelle CAZAUX
 

  • Marenzio fait tableau
      [ Toutes les parutions ]


  • Les 3 derniers dossiers
  • Les "indispensables" Bach de nos critiques

  • Telefunken Legacy : le nec plus ultra des collections historiques

  • Les derni√®res parutions pour l'ann√©e Bach

    [ Tous les dossiers CD ]


     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)


  •  

     Marenzio fait tableau

    Madrigaux à cinq voix de Marenzio par le Concerto Italiano
    Luca Marenzio : Madrigali - Il pi√Ļ dolce signo d'Italia
    Concerto italiano, dir. et clavecin Rinaldi Alessandrini
    1 CD Opus 111/Na√Įve OP30245


    Cet enregistrement se veut en fait le complément d'un premier volume de pièces à quatre voix, vieux de plusieurs années, et vient couronner une série de concerts donnés par le claveciniste italien et son ensemble à l'occasion du 4e centenaire de la mort du compositeur.
    Marenzio compte parmi les derniers grands ma√ģtres du madrigal, genre que le XVIIe si√®cle d√©laissera au profit de l'√©criture monodique et d'une nouvelle forme, l'op√©ra. Les pi√®ces √† cinq et six voix pr√©sent√©es dans ce disque sont extraites des 12 livres de madrigaux que Marenzio fit para√ģtre entre 1580 et 1599, date de sa mort. Elles offrent un condens√© de l'√©volution stylistique du compositeur en vingt ans d'activit√© cr√©atrice. Par exemple, la gr√Ęce et la simplicit√© des pi√®ces datant des ann√©es 1580 se place encore dans la tradition des villanelle du milieu du si√®cle, alors qu'au cours de la d√©cennie suivante, Marenzio se tournera progressivement vers des textes plus sombres, illustr√©s sur le plan musical par force chromatismes et harmonies dissonantes. Ces recherches sur l'expression de la m√©lancolie ne sont d'ailleurs pas sans rappeler celles de son contemporain Gesualdo, sous un aspect certes moins paroxysmique, mais souvent avec un raffinement bien sup√©rieur.

    Au-del√† des r√©flexions qui peuvent surgir √† l'√©coute de ces " derniers feux " de la polyphonie de la Renaissance, que retiendra-t-on de ce disque ? Le charme et la fra√ģcheur qui se d√©gagent de cette musique pourtant vieille de plus de quatre cents ans ne laissent pas de doute quant au g√©nie de Marenzio : la qualit√© des textes choisis (tir√©s du Tasse, de Guarini, de P√©trarque ou de Dante), l'√©quilibre des plans sonores, la richesse expressive, la transparence et la l√©g√®ret√© de l'√©criture.

    Avec une √©l√©gance qui √©vite fort judicieusement l'√©cueil d'un mani√©risme excessif, les musiciens de Concerto Italiano ¬Ė 7 chanteurs accompagn√©s d'une harpe et d'un th√©orbe, ainsi que de Rinaldo Alessandrini au clavecin ¬Ė donnent vie √† ces tableaux successifs, ciselant chaque mot du texte, donnant √† chaque note une sonorit√© diff√©rente, parvenant en outre √† une qualit√© de mise en place remarquable (surtout dans un r√©pertoire aussi redoutable quant aux probl√®mes de justesse et d'intonation des voix). On est ici dans l'art de la fresque : loin d'√™tre pesante ou convenue, la peinture des sentiments est esquiss√©e par les chanteurs avec une l√©g√®ret√© et une virtuosit√© qui, seules, permettent d'en faire jaillir toutes les couleurs.

     
    Christelle CAZAUX


     

  • Marenzio fait tableau
     



  •   A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com