altamusica
 
       aide















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
dťsinscription




SELECTION CD 16 octobre 2019

Cécile, patronne des musiciens



On le sait, Anne Sofie von Otter est une d√©fricheuse et une redresseuse de tort musical. Nouvelle preuve ici avec une d√©licieuse (nulle l√©g√®ret√© coupable dans ce terme) ¬ę Chaminade ¬Ľ, en fait un disque-r√©cital enti√®rement consacr√© √† C√©cile Chaminade, compositrice injustement m√©connue, qui fut pourtant la coqueluche des Bizet, Massenet ou Gounod.


Le 21/03/2002
Juliette BUCH
 

  • C√©cile, patronne de la musique
      [ Toutes les parutions ]


  • Les 3 derniers dossiers
  • Les "indispensables" Bach de nos critiques

  • Telefunken Legacy : le nec plus ultra des collections historiques

  • Les derni√®res parutions pour l'ann√©e Bach

    [ Tous les dossiers CD ]


     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)


  •  

     C√©cile, patronne de la musique

    Anne Sofie von Otter chante Cécile Chaminade
    CECILE CHAMINADE : Mots d'amour

    Anne-Sofie von Otter, Mezzo-soprano
    Bengt Forsberg & Peter Jablonski, pianos
    Nils Erik Sparf, violon

    Mélodies - Pièces pour violon et piano
    Pièces pour deux pianos


    Curieux destin que celui de C√©cile Chaminade, dont la longue vie (1844-1957) fut plut√īt solitaire : .."Mon amour, c'est la musique, j'en suis la religieuse, la vestale" disait cette f√©ministe avant l'heure, qui c√ītoya Bizet, Massenet, Gounod, Saint-Sa√ęns, Chabrier et Ambroise Thomas dont elle fit l'admiration. Son oeuvre est cons√©quente : √† peu pr√®s 140 m√©lodies parmi 400 oeuvres dont 200 pour le piano. Elle √©crivit m√™me un op√©ra-comique, La S√©villane et la musique d'un ballet, Callirh√∂. Elle entama une carri√®re de concertiste √† travers toute l'Europe et √©galement aux Etats-Unis, o√Ļ elle fit un triomphe. La Reine Victoria l'accueillit r√©guli√®rement √† Windsor et fut l'une de ses admiratrices les plus ferventes...
    Au d√©part, c'est le pianiste attitr√© ¬Ė et talentueux ¬Ė de la mezzo su√©doise, Bengt Forsberg, qui s'enthousiasma pour quelques-unes de ses oeuvres pour deux pianos, qu'un ami pianiste lui avait fait conna√ģtre. Plus tard, il trouva √† Anvers d'autres partitions, dont quelques m√©lodies, qui eurent le bonheur de plaire √† Anne-Sofie von Otter, quand ils les d√©chiffr√®rent ensemble. De ce double coup de foudre, il en r√©sulta que, lors d'un superbe r√©cital au Palais Garnier, en avril 1999, les deux complices donn√®rent √† entendre pour la premi√®re fois quelques oeuvres de C√©cile Chaminade, avec en particulier, le d√©licieux Voisinage, libertin et malicieux √† souhait. Depuis, Anne-Sofie von Otter avait, √† plusieurs reprises, inclu ce compositeur dans ses r√©citals √† travers le monde. Au Th√©√Ętre du Capitole, √† Toulouse, en novembre 2000, elle n'avait pas h√©sit√© √† lui consacrer une bonne partie de son programme, confiant √† un public d√©finitivement conquis qu'elle et Bengt Forsberg √©taient "tomb√©s amoureux" de la musique de "C√©cile"... Pour le plus grand bonheur de l'auditoire, elle avait alors distill√© avec la finesse, l'humour et la sensibilit√© qui la caract√©risent quelques-uns des plus beaux fleurons de l'enregistrement qui para√ģt aujourd'hui : L'anneau d'argent, Ma premi√®re lettre, Mignonne, l'Et√© et le fameux Voisinage, bien s√Ľr... <

    La sortie de ce disque sous le label DG constitue donc une excellente initiative, la discographie relative √† l'oeuvre de C√©cile Chaminade √©tant plut√īt mince, surtout en ce qui concerne les m√©lodies (Danielle Laval avait, il y a quelques ann√©es, grav√© des pi√®ces pour piano). Certes, les enregistrements r√©alis√©s en studio ne rendent pas toujours totalement justice √† la qualit√© des prestations en public des artistes, certaines prises de sons att√©nuant parfois la spontan√©it√©, le naturel et la simplicit√© de leur interpr√©tation "live". C'est parfois le cas dans cet enregistrement, quand on le compare au souvenir qu'on peut conserver des concerts cit√©s plus hauts.
    Il est vrai aussi que tout n'est pas de qualit√© √©gale dans les m√©lodies choisies, et que, outre les joyaux d√©ja mentionn√©s et quelques heureuses d√©couvertes, comme l'admirable Attente (Au pays de Provence) et les charmantes Bonne Humeur, Aupr√®s de ma mie, Viens mon bien-aim√© (cette derni√®re √©crite tr√®s "√† la mani√®re de" Reynaldo Hahn) figurent quelques pages plus mineures, un peu surann√©es, parfois d√©su√®tes, √† la limite de la mignardise, mais il est vrai remplies aussi de nostalgie et de m√©lancolie, o√Ļ le d√©sespoir n'√©clate jamais en pathos d√©vastateur. Enfin, il est surprenant de constater √ß√† et l√† quelques erreurs de diction, inhabituelles chez cette chanteuse, pourtant on ne peut plus rompue au r√©pertoire fran√ßais.

    Quoi qu'il en soit, le charme op√®re indiscutablement et il semble qu'une v√©ritable rencontre ait eu lieu entre von Otter et ces m√©lodies raffin√©es, d√©licates, parfois presque un peu d√©cadentes, dont semble se d√©gager un enivrant parfum de tub√©reuse. Il est √©vident que ces oeuvres conviennent parfaitement √† son temp√©rament tr√®s int√©rioris√©, qui excelle dans le non-dit et les demi-teintes, et aussi √† la couleur moir√©e de sa voix, √† tel point que certaines paraissent avoir √©t√© √©crites pour elle... Dans l'ensemble, force est de reconna√ģtre que l'√©criture musicale de C√©cile Chaminade est d'assez haute tenue, d'un style tr√®s vocal, plus proche, par cons√©quent, de celui de Gounod et de Massenet que de Faur√©, m√™me si par ailleurs les textes ne sont pas toujours d'une grande qualit√© litt√©raire.
    Les oeuvres de musique de chambre qui complètent ce disque sont loin d'être sans intérêt et se laissent écouter avec plaisir, bien qu'elles fassent partie de ce que l'on appelle communément la "musique de salon", mais ce genre ne comporte-t-il pas, çà et là, quand on y prête attention, quelques trésors ?

    Il convient donc de saluer la sortie de cet enregistrement, qui répare une cruelle lacune dans la discographie de ce compositeur injustement oublié, et signaler, non sans ironie, (mais nul n'est prophète en son pays) que l'on doit à une équipe suédoise d'avoir gravé avec charme pour la postérité ces oeuvres charmantes.... et charmeuses.

     
    Juliette BUCH


     

  • C√©cile, patronne de la musique
     



  •   A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com