altamusica
 
       aide















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




SELECTION CD 16 octobre 2019

La rime du destin souriant



Pour Henry Dutilleux, la musique détient un pouvoir d'enchantement que le musicien doit chercher à s'approprier. Et lorsque l'on écoute le dernier enregistrement de Chung, Mork et Capuçon pour Virgin, on comprend que la médiatrice de ce pouvoir est la poésie.


Le 30/12/2002
Françoise MALETTRA
 

  • La rime du destin souriant
      [ Toutes les parutions ]


  • Les 3 derniers dossiers
  • Les "indispensables" Bach de nos critiques

  • Telefunken Legacy : le nec plus ultra des collections historiques

  • Les dernières parutions pour l'année Bach

    [ Tous les dossiers CD ]


     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)


  •  

     La rime du destin souriant

    Oeuvres d'Henri Dutilleux
    Tout un monde lointain (Violoncelle et orchestre) (1970)
    (Enigme, Regard, Houles, Miroirs, Hymne)
    Trois Strophes sur le nom de Sacher (violoncelle) (1976)
    (Un poco indeciso, Andante sostenuto, Vivace)
    L'Arbre des songes (violon et orchestre) (1985)
    (Librement, Interlude – Vif, interlude – Lent, interlude - Large et animé)

    Truls Mork (violoncelle) – Renaud Capuçon (violon) – Orchestre Philharmonique de Radio France – Direction :


    De quelle poésie est faite l'oeuvre de Dutilleux ? Celle des Fleurs du mal de Baudelaire dans Tout un monde lointain, où le sentiment poétique qu'inspire au compositeur l'efflorescence d'un arbre dans L'arbre des songes.

    Deux chefs-d'oeuvre où la forme concertante ne cède ni à la virtuosité admise de l'instrument, ni à la vision classique ou romantique qu'il incarne. Le violoncelle de Tout un monde lointain est une voix qui nous invite à un voyage initiatique, environné par un univers sonore chargé de mystérieuses interrogations.

    Le violon de l'arbre des songes reste étroitement dépendant de l'orchestre, au point de devenir son double dans le mouvement lent, donnant tout son sens aux paroles d'Henri Dutilleux lorsqu'il évoque " le lyrisme de l'arbre, dont les ramifications se multiplient et se renouvellent constamment. "

    Dans les Trois Strophes sur le nom de Sacher, composés pour le soixante-dixième anniversaire du grand mécène et chef d'orchestre, c'est le violoncelle seul qui se livre à un savant jeu de miroirs sur les six lettres de Sacher : nerveux d'abord, aux limites du son, puis élégiaque, léger et tourbillonnant enfin, comme entraîné dans un mouvement perpétuel.

    Dignes successeurs de Mstislav Rostropovitch et Isaac Stern qui en furent les dédicataires, Truls Mork et Renaud Capuçon font preuve d'une intelligence et d'une sensibilité exceptionnelles, à la mesure de l'Orchestre Philharmonique de Radio France, auquel Myung-Whun Chung donne une densité sonore emprunte d'une réelle ferveur.

    Comment assurer la permanence des oeuvres de notre temps, et les faire rimer avec un destin souriant ? La réponse est là.

     

     

  • La rime du destin souriant
      [ Toutes les parutions ]
     



  •   A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com