altamusica
 
       aide















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




SELECTION CD 27 février 2021

Barbara Bonney, la comparable



Il est des artistes qui pensent qu'un timbre peut se suffire à lui-même. C'est visiblement le cas de Barbara Bonney dans son dernier récital d'airs d'opérettes paru chez Decca. Seulement, le souvenir d'une certaine Elisabeth fait toujours de la concurrence à ce type prestation honnête mais en rien incomparable.


Le 10/06/2003
Gérard MANNONI
 

  • Barbara Bonney, la comparable
      [ Toutes les parutions ]


  • Les 3 derniers dossiers
  • Les "indispensables" Bach de nos critiques

  • Telefunken Legacy : le nec plus ultra des collections historiques

  • Les dernières parutions pour l'année Bach

    [ Tous les dossiers CD ]


     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)


  •  

     Barbara Bonney, la comparable

    Im chambre séparée - The Operetta Album
    Im chambre séparée (Der Opernball)
    Ich schenk mein Herz (Die Dubarry)
    Ich bin die Christel von der Post (Der Vogelhändler)
    Sei nicht bös (Der Obersteiger)
    Du sollst der Kaiser meiner Seele sein (Der Favorit)
    Als geblüht der Kirschenbaum (Der Vogelhändler)
    Draussen in Sievering (Die Tänzerinn)
    Schwips Lied (Eine Nacht in Venedig)
    Mein Herr Marquis (Die Fledermaus)
    Es muß was Wunderbares sein (Im weißen Rößl)
    Im Salzkammergut (Im weißen Rößl)
    Du nur bist das Glück meines Lebens (Die Viegeliebte)
    Strahlender Mond (Der Vetter aus Dingsda)
    Vilja Lied (Die lustige Witwe)
    Sah ein Knab ein Röslein stehn (Friederike)
    Einer wird kommen (Der Zarewitsch)
    Meine Lippen, die küssen so heiss (Giuditta)
    Wien, Wien, nur du allein

    Barbara Bonney, soprano
    Ronald Schneider, piano
    The Operetta Album
    CD Decca 473 473 2


    Barbara Bonney tente ici de renouveler l'exploit d'Elisabeth Schwarzkopf qui avait enregistré un lot d'airs d'opérettes viennoises de façon magistrale. Il est des artistes dites « incomparables Â», ce qui veut dire qu'aucune comparaison n'est possible. C'est le cas de Schwarzkopf, pour l'immense majorité de ce qu'elle a laissé comme témoignage discographique et théâtral. Epargnons donc à Barbara Bonney toute comparaison qui ne pourrait être que désobligeante.

    Regrettons simplement qu'elle soit accompagnée au piano, ce qui n'est guère adéquat pour ce type de répertoire, et surtout que, avec une si jolie voix, elle manque à ce point d'esprit, de piquant, d'humour et de personnalité. Ces musiques sont inégales, et doivent souvent être défendues avec ce qu'il faut de pétillant, de distance et de charme. On ne peut se reposer sur la seule qualité d'un timbre agréable et musical.

    On ne passe certes pas un mauvais moment à l'écoute de disque, mais on a plutôt envie de l'utiliser comme fond sonore pour une soirée entre amis, que de se délecter de chaque morceau comme avec
    mais il ne faut pas faire ce genre de comparaison !

     
    Gérard MANNONI


     

  • Barbara Bonney, la comparable
      [ Toutes les parutions ]
     



  •   A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com