altamusica
 
       aide















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
dťsinscription




SELECTION CD 27 février 2021

Une belle entrée en matière



Deutsche Grammophon lance une nouvelle collection économique appelée "Entrée", mélangeant grands classiques de son catalogue et enregistrements plus rares. La première fournée s'avère prometteuse, et propose plusieurs titres prestigieux pour une bouchée de pain. Elle comporte en outre une perle symphonique, la 1e de Brahms par Giulini.


Le 10/06/2003
Yannick MILLON
 

  • La s√©lection DG "Entr√©e" de Yannick Millon
  • Brahms r√©concili√© avec Bruckner
      [ Toutes les parutions ]


  • Les 3 derniers dossiers
  • Les "indispensables" Bach de nos critiques

  • Telefunken Legacy : le nec plus ultra des collections historiques

  • Les derni√®res parutions pour l'ann√©e Bach

    [ Tous les dossiers CD ]


     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)


  •  

     La s√©lection DG "Entr√©e" de Yannick Millon

    Quelques titres qui ont retenu notre attention




    - Parmi les titres dont nous pouvons nous réjouir du passage en collection économique, on trouve en premier lieu le Requiem de Mozart par Bernstein à la Radio Bavaroise, ultra-romantique et génialement inspiré. Ainsi rapproché de la Messe en fa de Bruckner, le Requiem selon Lenny, légèrement desservi par des solistes en rien inoubliables, exprime la dernière goutte d'émotion au travers de tempi lentissimes et d'effectifs importants. Avec le classique Böhm-Vienne-DG (rehaussé lui de solistes magnifiques de bout en bout), il est l'antidote idéal à la vague baroque.



    - Autre réédition enthousiasmante, les Ravel d'Ozawa à la tête du plus français des orchestres américains, le Boston Symphony. Le chef nippon a toujours trouvé le juste ton et des couleurs idoines pour ses Ravel pleins de soleils, de verve et de couleurs éclatantes. Le cd ne reprend hélas qu'une partie de l'anthologie jadis publiée dans la collection "double 2CD" mais compte parmi les plus grands Boléro et Valse de la discographie.



    - Retour √† Bernstein avec l'une des ses anthologies les plus abouties, le CD de musique am√©ricaine repris tel quel de la collection "Autographe", comprenant les meilleurs extraits de West Side Story donn√©s par le chef am√©ricain - tr√®s loin devant ceux que l'on peut entendre dans l'enregistrement int√©gral bien p√Ęle avec Carreras et Te Kanawa. Ici, Bernstein se l√Ęche comme jamais, et exalte la rythmique endiabl√©e des danses qui swinguent au d√©tour de chaque formule. Dans la Rhapsody in Blue, le chef gagne le piano pour donner l'une des meilleurs versions de l'oeuvre. Quant √† l'Adagio de Barber, difficile de trouver mieux que cette lecture d√©sesp√©r√©e et tendue √† rompre comme s'il s'agissait du finale de la 9e de Mahler. Le chef am√©ricain semble jouer sa vie √† chaque note et culmine dans un crescendo central vertigineux. Seul Schippers chez CBS a r√©ussi √† approcher cette version incontournable.



    - Pour les amateurs de Concertos de Mozart, le CD regroupant les 21e et 26e concerto par Maria Jo√£o Pires et Abbado appara√ģtra comme une petite merveille de classicisme serein, aux formes √©quilibr√©es et au dosage dynamique et digital parfaits. Abbado suit comme toujours sa soliste avec un art consomm√© de l'accompagnement, comme le prodiguaient jadis des chefs comme Ormandy ou Szell.

    - La collection "Entr√©e" ne comporte toutefois pas que des perles, et l'on peut trouver du fond de catalogue rab√Ęch√© jusqu'√† la naus√©e comme les 5e et 7e de Beethoven par Karajan derni√®re mani√®re, bruyantes, narcissiques, legatisantes, et mal √©quilibr√©es ¬Ė merci √† la technique du potentiom√®tre pour surexposer √† ce point les cordes et noyer les bois.

    - Certains titres de la collection s'av√®reront tr√®s frustants, comme le CD Dvorak couplant le c√©l√®bre et excellent Concerto pour violoncelle de Fournier Szell avec une monstrueuse Nouveau monde par Levine et Dresde. Le chef am√©ricain d√©figure tout simplement l'un des meilleurs ensembles de la plan√®te √† coup d'effets vulgaires, de p√Ęte sonore grossi√®re. La contestable mais int√©ressante 8e symphonie qui compl√©tait jadis le concerto dans l'√©dition du mill√©naire valait mieux que cette gravure calamiteuse.

     
    Yannick MILLON


     

  • La s√©lection DG "Entr√©e" de Yannick Millon
  • Brahms r√©concili√© avec Bruckner
      [ Toutes les parutions ]
     



  •   A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com