altamusica
 
       aide















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
dťsinscription




SELECTION CD 15 octobre 2019

L'expérience unique d'un pèlerinage lisztien



C'est un grand coup que vient de frapper lu pianiste Nicholas Angelich qui dans son enregistrement des Ann√©es de P√®lerinage de Liszt pour Mirare nous entra√ģne dans le plus envo√Ľtant voyage lisztien v√©cu depuis longtemps. Une superbe r√©ussite, une revisitation de cahiers qu'on croyait trop bien conna√ģtre, bref, un mod√®le.


Le 17/03/2004
Gérard MANNONI
 

  • L'exp√©rience unique d'un p√®lerinage lisztien
      [ Toutes les parutions ]


  • Les 3 derniers dossiers
  • Les "indispensables" Bach de nos critiques

  • Telefunken Legacy : le nec plus ultra des collections historiques

  • Les derni√®res parutions pour l'ann√©e Bach

    [ Tous les dossiers CD ]


     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)


  •  

     L'exp√©rience unique d'un p√®lerinage lisztien

    Nicholas Angelich revisite les Années de Pèlerinage
    Franz Liszt (1811-1886)
    Les années de pèlerinage
    Nicholas Angelich, piano

    3 CD Mirare MIR 9941


    On savait Nicholas Angelich apte à figurer parmi les meilleurs musiciens de la génération arrivée à maturité ces dernières années. Il nous avait maintes fois au concert et au disque convaincus de sa capacité à aborder des répertoires variés avec un égal bonheur. Jamais pourtant il n'avait fourni une preuve aussi massive du caractère exceptionnel de sa personnalité.

    Les Ann√©es de p√®lerinage sont facilement un pi√®ge. D'abord parce qu'elles sont bien souvent jou√©es et enregistr√©es, soit dans leur totalit√©, soit en extraits ¬Ė toujours les m√™mes d'ailleurs. Et puis, pour r√©ussir √† ne rien trahir des humeurs si diverses et des formes si diff√©rentes des pi√®ces qui se succ√®dent, il faut au pianiste le m√™me talent que celui de certains chanteurs capables aussi bien de d√©velopper une grande m√©lop√©e √† la Bellini que de se lancer dans un air de fureur de Verdi ou dans un lied de Schubert.

    Avec une rondeur et une richesse de son remarquables ¬Ė pas une note qui claque inutilement en plus de trois heures de voyage ¬Ė un toucher d'une vraie d√©licatesse capable aussi de d√©cha√ģner les orages les plus terrifiants ou les tourments les plus angoissants, Angelich nous conduit dans un univers de sensations multiples, aussi √† l'aise et efficace dans une pi√®ce √† la simplicit√© mozartienne comme Le mal du pays que dans les affres d'Apr√®s une lecture de Dante ou encore dans les fines dentelles de Venezia e Napoli.

    Les couleurs sont exactes, vraies, le rubato bien √©quilibr√© sans exc√®s ni sans raideur, le tempo g√©n√©ral plut√īt lent, imprimant √† tout le cycle un climat m√©ditatif sans doute accentu√© par le lieu d'enregistrement, l'Abbaye royale de Fontevraud, cadre exceptionnel et id√©al pour ce type d'ouvrage. Trois disques qui sont une r√©volution de l'interpr√©tation lisztienne et qui rendent toute leur dimension √† des pages souvent trait√©es comme de simples aquarelles.

    Penser que ce diable de pianiste donne parfois les trois heures et quart de ce cycle en un même concert laisse pantois. Plus qu'une interprétation, une expérience absolument unique.

     
    Gérard MANNONI


     

  • L'exp√©rience unique d'un p√®lerinage lisztien
     



  •   A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com