altamusica
 
       aide















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




SELECTION CD 15 octobre 2019

Le quatrième mousquetaire ?



Le mexicain Rolando Villazon qui fut Faust sur la scène de l'Opéra Bastille et qui y est ce printemps Alfredo dans La Traviata marque un point important dans le match des ténors internationaux avec ce très beau disque d'airs italiens chez Virgin.


Le 26/04/2004
Gérard MANNONI
 

  • Le quatrième mousquetaire ?
      [ Toutes les parutions ]


  • Les 3 derniers dossiers
  • Les "indispensables" Bach de nos critiques

  • Telefunken Legacy : le nec plus ultra des collections historiques

  • Les dernières parutions pour l'année Bach

    [ Tous les dossiers CD ]


     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)


  •  

     Le quatrième mousquetaire ?

    Rolando Villazon : Airs d'Opéras italiens
    Cilea, Donizetti, Verdi, Puccini,Mascagni
    Rolando Villazon, ténor
    Münchner Rundfunkorchester
    direction : Marcello Viotti

    1 CD Virgin Classics 5 45626 2 4


    Sera-t-il le quatrième mousquetaire aux côtés d'Alagna, Cura et Alvarez ? Il faut être prudent, après l'exemple de Licitra qui, sans vraiment déroger, n'a pas encore à ce jour répondu à tous les espoirs mis en lui. Et pourtant, avec la publication de cet excellent récital d'airs d'opéras italiens, on aurait bien envie de dire qu'un quatrième larron est en passe de rejoindre la trilogie de tête des ténors actuels.

    Faisant se côtoyer grands titres et ouvrages moins courant comme L'Arlesiana de Cilea, Il Duca d'Alba de Donizetti ou le Nerone de Mascagni, évitant pour l'instant les Calaf, Otello, Manrico et autres rôles trop héroïques pour lui à ce stade de sa carrière, Villazon fait ici un parcours sans faute. On ne peut qu'admirer la couleur d'un timbre lumineux et chaud, la facilité de l'émission sur toute la tessiture, la qualité très soignée du phrasé et de l'interprétation et le respect des styles.

    Le ténor mexicain ne fait pas du son au mètre quelle que soit la musique. Il ne chante pas Donizetti comme Puccini ni comme Verdi. Il sait la différence de climat qui existe au sein même du vérisme entre un Cilea et un Mascagni. C'est beau de bout en bout, agréable à entendre car la voix est utilisée avec goût et intelligence. Les musiciens munichois et Marcello Viotti ne gâchent pas la fête. Une très belle réussite qui nous rend impatient d'entendre le CD suivant, consacré, paraît-il, à des airs d'opéra français.

     
    Gérard MANNONI


     

  • Le quatrième mousquetaire ?
      [ Toutes les parutions ]
     



  •   A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com