altamusica
 
       aide















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




SELECTION CD 08 mars 2021

Junior vs senior



Superbe édition chez Hänssler d'un document attendu depuis des années : la 2e de Borodine par Kleiber dans un son digne du support numérique. Et belle intelligence éditoriale du label allemand qui propose en complément et à titre de comparaison la même symphonie par Kleiber père dans les années 1940. Edifiant !


Le 14/02/2005
Yannick MILLON
 

  • Junior vs senior
      [ Toutes les parutions ]


  • Les 3 derniers dossiers
  • Les "indispensables" Bach de nos critiques

  • Telefunken Legacy : le nec plus ultra des collections historiques

  • Les dernières parutions pour l'annĂ©e Bach

    [ Tous les dossiers CD ]


     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)


  •  

     Junior vs senior

    Carlos & Erich Kleiber dirigent Borodine



    Alexander Borodine (1833-1887)
    Symphonie n° 2 en si mineur, op. 5

    Radio-Sinfonieorchester Stuttgart
    direction : Carlos Kleiber
    Concert radiophonique du 12 décembre 1972

    NBC Symphony Orchestra
    direction : Erich Kleiber
    Concert radiophonique du 20 décembre 1947

    1 CD Hänssler Classic SWR Music CD 93.116


    Quelle excellente idée a eue Hänssler de coupler un document de l'importance de cette 2e symphonie de Borodine par Kleiber fils en 1972 à Stuttgart avec la même oeuvre par Kleiber père tout juste un quart de siècle plus tôt, en 1947 à New York. Mais pour que ce type de comparaison puisse fonctionner, restait une condition sina qua non : des circonstances similaires. Et c'est bien le cas, tant sur le niveau équivalent des orchestres – le NBC de l'époque Toscanini et l'Orchestre de la Radio Stuttgart des années 1970 se valent – que sur les conditions d'enregistrement – tous deux issus de captations radio. Les comparaisons sont donc permises, et il en ressort une fois de plus que le fils dépasse le père. Très étonnant, les deux lectures sont extrêmement proches quant à leur durée – quelques secondes de moins seulement pour le fils.

    Carlos Kleiber, qui signe la référence moderne de la courte symphonie de Borodine, confirme à chaque instant ses immenses qualités de dompteur d'orchestre, de travailleur acharné sur la moindre cellule, le moindre détail, ciselés avec une précision maniaque – le thème générateur du premier mouvement, puissant mais sans boursouflure. Tout y est : le souffle épique, le lyrisme des thèmes féminins, le mordant des sonorités folkloriques, le motorisme électrisant – un Finale à couper le souffle –, les coups de sang qui font tressaillir la matière orchestrale, dans des éruptions soudaines – les claquements féroces des timbales, la rage disciplinée des cuivres.

    Et alors que cela pouvait paraĂ®tre improbable, Kleiber imprime des sonoritĂ©s idoines Ă  la partition : le vibrato subtil et nostalgique, de couleur typiquement russe, du cor solo dans l'Andante – très diffĂ©rent du vibrato plus confidentiel mais « par dĂ©faut Â» du corniste du NBC –, des bois verts et acĂ©rĂ©s. Et par rapport au prĂ©cĂ©dent pressage Memories, le son est ici d'un relief et d'une clartĂ© inespĂ©rĂ©s. Dans une mono tout Ă  fait convenable, le père se dĂ©marque du fils par une lecture moins pointilliste, une emprise moins totale sur l'orchestre, qu'il laisse parfois s'Ă©pancher plus librement. Une excellente interprĂ©tation toutefois, ferme et Ă©nergique, juste privĂ©e des intuitions gĂ©niales et totalement imprĂ©visibles du junior.

    Un CD court mais passionnant, Ă  rapprocher de la gravure historique et incontournable de Mitropoulos Ă  Minneapolis en 1940 (Urania).

     
    Yannick MILLON


     

  • Junior vs senior
     



  •   A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com