altamusica
 
       aide















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




SELECTION CD 27 février 2021

Lamento delicioso



C'est par un enregistrement consacré à Jean-Sébastien Bach chez Archiv que Magdalena Kožena se fit connaître du grand public, et elle revient ici dans un répertoire baroque qui est, à ce jour, celui où elle semble le plus à l'aise. Un disque au titre trompeur, Lamento, car il dispense bien des délices vocaux.


Le 17/02/2005
Yutha TEP
 

  • Lamento delicioso
      [ Toutes les parutions ]


  • Les 3 derniers dossiers
  • Les "indispensables" Bach de nos critiques

  • Telefunken Legacy : le nec plus ultra des collections historiques

  • Les dernières parutions pour l'année Bach

    [ Tous les dossiers CD ]


     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)


  •  

     Lamento delicioso

    Lamento


    Johann Christoph Bach
    Ach, dass ich Wasser g'nug hätte

    Francesco Bartolomeo Conti
    Languet anima mea

    Johann Sebastian Bach
    Vergnügte Ruh, beliebte Seelenlust
    Bekennen will ich seinen Namen

    Carl Philipp Emanuel Bach
    Selma

    Johann Christoph Friedrich Bach
    Die Amerikanerin

    Magdalena Kožena, mezzo-soprano
    Musica Antiqua Köln
    direction : Reinhard Goebel

    1 CD DGG-Archiv 00289 474 1942


    Depuis son premier enregistrement Bach, la mezzo slovaque a eu maintes occasions de briller au disque, faisant apprécier une versatilité que lui permet une longueur de tessiture étonnante, jusqu'à une Cléopâtre du haendélien Giulio Cesare dans laquelle elle se confronte franchement avec une tessiture de soprano qu'elle avait auparavant tutoyée à plusieurs reprises. C'est encore une fois l'étendue de la voix que le présent Lamento met en valeur d'emblée – sans compter la rareté des pièces choisies, un autre atout de cette nouveauté, qui puise dans la légendaire bibliothèque de la famille Bach.

    Kožena paraît un peu contrainte par la profondeur – au sens vocal – du Ach, dass ich Wassers g'nug hätte, où la densité de l'écriture pour cordes – pas moins de trois altos – forme un écrin somptueusement expressif, mais qui demande à la voix une puissance dans le grave qu'elle n'a pas forcément : on peut préférer ici un Carlos Mena plus « rustique », mais aussi plus à l'aise – CD De Aeternitate chez Mirare, où le Ricercar Consort offre en outre un accompagnement plus concerné. Ensuite, c'est la brusque illumination d'une tessiture de soprano – la cantate Languet anima mea de Francesco Bartolomeo Conti – dans laquelle, par contraste brutal, on a presque l'impression d'entendre une autre chanteuse !

    Pour le reste, Kožena se promène dans un jardin de délices où sa voix de mezzo se déploie sans heurt. La technique est évidemment sans faille – des trilles parfaitement en place dans le Conti et dans la Cantate BWV 170 de Bach, dans laquelle le miel vocal fait merveille –, l'engagement toujours aussi immédiat et la tenue musicale irréprochable. Dommage que le Musica Antiqua Köln reste un peu mécanique – avec cependant une justesse qui est loin d'être le point fort des Allemands en concert : on trouve bien cette pulsation rythmique si particulière, certains effets sonores d'un impact indéniable, mais on aurait souhaité aussi d'une souplesse à la hauteur de celle de Kožena.

    Nulle question cependant de bouder ce récital de l'une des chanteuses les plus intéressantes et audacieuses du moment.

     
    Yutha TEP


     

  • Lamento delicioso
      [ Toutes les parutions ]
     



  •   A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com