altamusica
 
       aide















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
dťsinscription




SELECTION CD 29 mars 2020

Jalon brucknérien



Il aura fallu attendre presque neuf mois, durée d'une gestation digne de ce nom, pour que RCA publie la 5e de Bruckner donnée par Harnoncourt et les Wiener Philharmoniker à Vienne en juin 2004. Et le moins que l'on puisse dire est qu'il s'agit du plus beau bébé du monde. Comme nous l'avions alors annoncé, un jalon de l'interprétation brucknérienne.


Le 14/03/2005
Yannick MILLON
 

  • Jalon bruckn√©rien
      [ Toutes les parutions ]


  • Les 3 derniers dossiers
  • Les "indispensables" Bach de nos critiques

  • Telefunken Legacy : le nec plus ultra des collections historiques

  • Les derni√®res parutions pour l'ann√©e Bach

    [ Tous les dossiers CD ]


     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)


  •  

     Jalon bruckn√©rien

    Bruckner au firmament



    Anton Bruckner (1824-1896)
    Symphonie n¬į 5 en sib majeur, WAB 105
    Edition Nowak (+ remaniements du manuscrit 36.693 de la √ĖNB)

    Wiener Philharmoniker
    direction : Nikolaus Harnoncourt
    enregistrement : Vienne, Musikverein, 7-14 juin 2004.

    2CD RCA Red Seal 82876 60749 2
    (1 SACD hybride + 1 CD de répétitions)


    Il y a maintenant presque un an, nous √©voquions dans notre colonne concerts (Bruckner au firmament) une 5e symphonie de Bruckner par Nikolaus Harnoncourt et les Wiener Philharmoniker √† la salle dor√©e du Musikverein de Vienne. L'enregistrement RCA qui para√ģt ce printemps a √©t√© r√©alis√© pendant cette s√©rie de concerts d'abonnements de la Philharmonie, la plus grande discr√©tion ayant alors √©t√© exig√©e d'un public tr√®s habitu√© √† cette discipline. Il faut dire aussi que la stup√©fiante qualit√© de cette 5e avait de quoi refouler bien des toux et s√©cr√©tions irritantes. Restait √† savoir si l'√©motion de l'instant passerait sans perte la barri√®re du disque. La r√©ponse est oui.

    Une nouvelle partition

    A l'issue du concert, le chef d'orchestre nous avait invit√© √† consulter √† la Biblioth√®que nationale autrichienne le manuscrit de la copie que Bruckner avait r√©alis√©e pour son d√©dicataire, le ministre de l'instruction publique Karl Ritter von Stremayr, qui refl√®te les derni√®res volont√©s av√©r√©es du compositeur, ignor√©es des √©ditions critiques de Haas (1935) et Nowak (1951), le manuscrit perdu n'ayant √©t√© retrouv√© qu'en 1979. Toutefois, avant sa mort, Nowak, dans un addenda de 1989, avait fait √©tat de la red√©couverte du fameux manuscrit et de ses pr√©cieuses informations sur quelques remaniements, notamment dans les silences et points d'orgue du Scherzo et la toute fin du mouvement lent, avec sa phrase de fl√Ľte et clarinette beaucoup plus suspendue, qu'on croyait des √©l√®ves de Bruckner, mais que l'expertise graphologique a bien confirm√© comme de la main du compositeur. La partition en question, utilis√©e pour cet enregistrement, sera publi√©e prochainement √† Vienne dans le cadre de la Bruckner Gesamtausgabe.

    CD bonus d'une heure et quart de répétitions

    Mais revenons √† l'enregistrement. Outre un texte admirable de Benjamin Gunnar-Cohrs dans le livret, l'√©diteur a adjoint un second CD de soixante-quatorze minutes de r√©p√©titions ¬Ė en allemand seulement ¬Ė qui permettent de prendre la mesure de la compr√©hension intime de l'univers bruckn√©rien par le ¬ę pape du baroque ¬Ľ. Jamais la complexit√© structurelle de l'oeuvre, ses entrelacs contrapuntiques, n'ont √©t√© √† ce point clarifi√©s, diss√©qu√©s, avec une r√©flexion sur les articulations, les appuis dans les sujets fugu√©s, qui sonnent ici comme une √©vidence.

    On se d√©lectera de la clart√© de la direction d'Harnoncourt ¬Ė la pr√©cision des jeux rythmiques de l'Adagio, pour une fois battu vraiment √† deux temps ¬Ė, dont la science rh√©torique, structurelle et contrapuntique alli√©e √† la sublime tradition sonore des Viennois livre sans doute √† ce jour la version absolue d'une symphonie r√©put√©e aust√®re. Loin de tromblons avides de d√©cibels, les cuivres du Philharmonique de Vienne sont en √©tat de gr√Ęce, avec leur intonation √† la pr√©cision de synth√©tiseur √©voquant en permanence la profondeur et les contours d'un grand orgue, et avec un velout√© et une rondeur surnaturels, m√™me dans les nuances les plus extr√™mes.

    © Marco Borggreve / BMG

    Et preuve si besoin √©tait qu'Harnoncourt ne s'en tient jamais b√™tement √† la lettre mais se plie toujours en dernier recours √† l'esprit : pour ne pas subir de perte de tension dans les roulements de la monumentale coda du Finale, il double la partie de timbales. Ajoutez √† cela la frappe foudroyante du timbalier viennois ¬Ė un Scherzo absolument lapidaire ¬Ė, et vous tenez un immense Coup de coeur Altamusica, l'un des t√©moignages bruckn√©riens majeurs de ces vingt derni√®res ann√©es, aux c√īt√©s de la 9e enregistr√©e √† Salzbourg par les m√™mes interpr√®tes.

    Thielemann, dont la 5e capt√©e en live √† Munich en novembre dernier doit para√ģtre sous peu chez DG, aura fort √† faire pour s'√©lever aussi haut.

     
    Yannick MILLON


     

  • Jalon bruckn√©rien
     



  •   A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com