altamusica
 
       aide















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




SELECTION CD 20 octobre 2019

Centenaire Chostakovitch
Discographie comparée :
10e symphonie




29 mai 2006, Association internationale Dimitri Chostakovitch de la Défense. Michel Le Naour, Benjamin Grenard et Yannick Millon se retrouvent pour une table ronde sur la discographie de la 10e symphonie de Chostakovitch. À l'aveugle, treize versions vont être passées au crible
avec quelques surprises en perspective.



Le 29/06/2006
Yannick MILLON
Benjamin GRENARD
Michel LE NAOUR

 

  • SĂ©lection
  • Écoute Ă  l'aveugle : versions n° 1 Ă  7
  • Écoute Ă  l'aveugle : versions n° 8 Ă  13
  • Deuxième mouvement
  • Les deux derniers mouvements
  • Bilan
      [ Toutes les parutions ]


  • Les 3 derniers dossiers
  • Les "indispensables" Bach de nos critiques

  • Telefunken Legacy : le nec plus ultra des collections historiques

  • Les dernières parutions pour l'annĂ©e Bach

    [ Tous les dossiers CD ]


     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)


  •  

    SĂ©lection


    Quelques semaines avant le déménagement de l'Association internationale Dimitri Chostakovitch – qui s'installera à compter de juillet 2006 au 19 bis rue des Saints-Pères, dans le 6e arrondissement de Paris –, Michel Le Naour, Benjamin Grenard et Yannick Millon se retrouvent au pôle universitaire Léonard de Vinci de la Défense pour une journée consacrée à une table ronde sur les grandes versions discographiques de la 10e symphonie de Chostakovitch.

    Préalablement, chacun a sélectionné les versions qui lui semblaient essentielles. Douze versions ont été retenues, parmi lesquelles les incontournables Haitink, Kondrachine, Ancerl, Barshaï, Rojdestvenski. Il était aussi intéressant de confronter à ces références connues et révérées les versions studio de deux chefs placés sous les feux de l'actualité musicale d'aujourd'hui, à savoir Jansons et Rattle.

    Concernant Mravinski, c'est la version Praga, enregistrée sur le vif en 1956, soit seulement deux ans après la création, qui a été retenue. Pour ce qui est de Karajan, c'est la deuxième version, celle des années 1980, qui sera examinée. Un live d'Oïstrakh à la tête du Deutsche Symphonieorchester Berlin, présent dans un coffret Harmonia Mundi consacré à Sanderling, est également inclus à la liste des versions à écouter, tout comme l'enregistrement de Rostropovitch avec le LSO.

    Sur les conseils d'Emmanuel Utwiller, conservateur du centre de documentation de l'Association internationale Dimitri Chostakovitch, une version hors catégorie, inconnue des trois journalistes – celle de Vitaly Kataev, enregistrée en concert peu avant la disparition du chef russe – s'ajoute à la liste des versions sélectionnées.

    Un intervenant supplémentaire est chargé du tirage au sort de l'ordre de passage des versions, et de l'organisation de l'écoute à l'aveugle du premier mouvement. Nous vous indiquerons donc concernant l'examen du mouvement initial le numéro de la version écoutée, ainsi qu'entre crochets le nom du chef qu'ignorent à ce moment-là Michel Le Naour (MLN), Benjamin Grenard (BG) et Yannick Millon (YM).

     

     

  • SĂ©lection
  • Écoute Ă  l'aveugle : versions n° 1 Ă  7
  • Écoute Ă  l'aveugle : versions n° 8 Ă  13
  • Deuxième mouvement
  • Les deux derniers mouvements
  • Bilan
     



  •   A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com